• Plaidoyer pour l'orthographe

    Ma souris est malade. Les symptômes ont commencé à apparaître voilà 4 ans, lorsque nous avons acquis un ordinateur et obtenu une connexion internet. Les signes cliniques sont les suivants : j'ai le temps, je suis détendue, je navigue tranquillement, en cherchant quelque chose ou au hasard, j'entre sur un site ou un blog pour le visiter parce que l'enseigne est alléchante. L'endroit est joli, agréable, bien décoré. Lisible. Alors je lis. Et là, parfois, clic ! Prise d'un spasme subit, ma souris couine et ferme la fenêtre. Comme ça, brutalement. Mais j'ai réussi à établir un diagnostic.

    Plaidoyer pour l'orthographeCe phénomène se produit lorsque je n'arrive pas à lire plus de trois lignes de texte : au bout de trois lignes à raison de quatre ou cinq fautes par ligne, la surcharge électrique occasionnée dans mon système nerveux central par le conflit entre compréhension du texte et correction automatique des fautes d'orthographe provoque des convulsions cloniques dans mon index droit. Je disjoncte.

    Le plus curieux, c'est que l'expression de ce trouble mental, la phobie de la faute d'orthographe, ne s'était jamais manifestée à la lecture de livres, de journaux ou de magazines, ou très rarement. Je me suis donc demandé pourquoi : livres, journaux et magazines sont écrits et relus par des scripteurs professionnels avant d'être vendus. Ces gens ne peuvent pas se permettre de vendre un produit moisi. Sur internet, l'écriture est accessible à tous et le plus souvent gratuite, et c'est très bien. Elle est aussi parfois affreuse. Il n'entre évidemment pas dans mon propos de me livrer à une critique de la qualité du style des blogueurs et rédacteurs de sites, seulement de celle de leur orthographe. Il est très étonnant qu'elle soit à ce point altérée chez tant de personnes.

    Sans chercher à remonter aux racines du mal, – la détérioration de la langue française est dénoncée depuis l'obligation de l'enseignement de cette discipline en France sous Jules Ferry, c'est à dire depuis qu'elle est évaluée dans le système éducatif – il faut bien observer que, à l'oral comme à l'écrit, la situation se dégrade à grande vitesse depuis une à deux décennies, pour de multiples raisons.

    Certes, le français écrit est une langue difficile, truffée d'exceptions, dont la graphie ne recouvre pas toujours la phonation : beau ne s'écrit pas bo, cerf n'est pas l'équivalent de serre. Certes, sa syntaxe peut elle-même être complexe. Mais après tant d'années (légalement au moins dix) passées à acquérir cette instruction obligatoire, à raison de plusieurs heures d'orthographe d'usage, grammaire et conjugaison par semaine, avoir une orthographe aussi généralement déplorable est inexplicable et peu excusable. L'orthographe lexicale, celle qui est inhérente à l'histoire du mot, s'enseigne et s'apprend. Dans son cas, il n'y a rien à comprendre, à moins de s'intéresser de près à l'étymologie et à la linguistique, et il est évident que la mémoire joue un rôle prépondérant, la langue française étant riche en vocabulaire d'origines très diverses. Si la mémoire est défaillante, il faut travailler plus, et, en cas de doute, vérifier, ce qui est quand même des plus simples quand on dispose d'un ordinateur connecté.

    Plaidoyer pour l'orthographeL'orthographe grammaticale, celle qui est régie par les relations entre les mots, s'apprend, se comprend et s'applique. Elle s'appuie sur quelques règles simples : après avoir identifié qui fait quoi dans la phrase, - phrase qu'a priori on est censé comprendre puisqu'on l'écrit soi-même -, on pratique l'accord de genre, l'accord de nombre, et on colle au radical du verbe la bonne terminaison en fonction de son temps, de son mode et de sa personne. Ces règles simples, qui sont acquises à l'école primaire, gouvernent l'écriture de la majorité des textes, mais leur application nécessite un petit effort d'analyse syntaxique. Ma fille, en CM1, sait découper une phrase en groupes fonctionnels (sujet, verbe, attributs, compléments), avec ses stylos de couleur, elle sait donc analyser cette phrase, et appliquer les règles qui conviennent. Pourvu que ça dure, car le problème, c'est qu'après l'école primaire, cette analyse n'est plus revue que sporadiquement, puis tombe dans l'oubli. Sans parler des vraies difficultés grammaticales, comme les verbes pronominaux, les accords de sens... La première raison, la cause majeure, du déclin de l'orthographe est que l'écrit est de plus en plus pratiqué publiquement par des personnes auxquelles le système n'en a pas donné les moyens, et qui ne s'en donnent pas toujours (toujours pas ?) les moyens. Mais l'écriture, c'est comme la musique, sans un minimum de travail, ça n'aboutit à rien de bon.

    A mon avis, les autres raisons, plus secondaires, du déclin de l'orthographe, et qui sont patentes chez de trop nombreux scripteurs de la Toile, sont :

    -        le vite fait, mal fait, tout de suite oublié, ce qui colle bien à l'air du temps du consommable-jetable. Se relire, c'est trop long, chercher l'orthographe d'un mot, c'est trop long, faire une analyse syntaxique de la phrase, vous n'y pensez pas !

    -        les dégâts considérables dus au langage SMS, chez les plus jeunes notamment, qui apprennent à écrire le pouce sur le téléphone. Lié à des raisons économiques (coût des SMS), et au manque chronique de temps, l'essor de ce langage abrégé, dont je ne conteste nullement par ailleurs l'ingéniosité, est tout à fait préjudiciable à l'écriture du français. Entré dans les mœurs de toute une génération, admis comme un code valable, il introduit une confusion regrettable entre ce qu'il est licite d'écrire et ce qui ne l'est pas.

    -        le manque de respect à l'égard du lecteur. Ce facteur n'est pas conscient, ni actif : la faute d'orthographe n'est pas volontairement commise pour indisposer le lecteur. Elle est juste le témoin d'une certaine indifférence à son égard, même si on prétend par ailleurs s'en préoccuper. Paraphrasant Louis XVIII, on peut dire que l'orthographe est la politesse de l'écriture.

    -        le manque de respect à l'égard de la langue. Mais je crois qu'il ne faut pas en demander trop, le concept précédent étant déjà difficile à comprendre pour certains (voir le texte de Pipiou sur la politesse).

    -        l'usage du clavier : il est à l'origine de coquilles, rien donc qui tienne encore après une petite relecture un peu attentive.

    Pourtant, en rédigeant un courrier, un CV, un article d'information ou un billet d'humeur, que ce soit sur papier ou devant son écran, sans être vu, entendu et ressenti par les personnes auxquelles on s'adresse, la première image qu'on leur donne de soi, par l'écrit, c'est le style et... l'orthographe. On ne voit plus le style quand l'orthographe est par trop défectueuse, comme une belle étoffe sous une couche de crasse. Et tout ce qui peut être rajouté sur un blog comme gadgets en couleurs, clignotants, scintillants, et autres, n'y change rien. Si Accueil est écrit Acceuil, je zappe instantanément en ne pensant pas que du bien de celui qui a osé faire ça, même si c'est un dieu en CSS ou en HTML. Si vous voulez que le lecteur ait une bonne opinion de vous, et il me semble que l'affichage de soi qu'est quelque part un blog vise cet objectif, si vous voulez que le lecteur vous lise et revienne, soignez votre orthographe ! Parce qu'on voit toujours les fautes des autres...

    Brisant là mon prêchi-prêcha, je vais me permettre quelques conseils favorisant la chasse aux fautes d'orthographe (et de typographie) :

    -        Se relire, toujours, et se faire relire, si possible, avant de publier. La pensée est plus rapide que l'écriture sur papier ou la frappe sur clavier. Les mélanges d'idées et de phrases sont causes de bouillies de mots incompréhensibles, en plus des fautes qu'ils génèrent inévitablement.

    -        Ajouter des s ou des x au pluriel, accorder les verbes avec leurs sujets, les adjectifs avec le nom ou le pronom qu'ils qualifient, chercher sur le net (ou même dans un dictionnaire en vrai papier) l'orthographe des mots pour lesquels affleure un doute, ou le détail des règles grammaticales oubliées ou un peu complexes, remplacer par "prendre" et "pris" un mot dont on ne sait pas s'il se termine par "er" ou par "é", penser qu'une phrase commence par une majuscule et se termine par un point... C'est basique ? Oui, mais j'ai vu des choses terribles.

    -        Utiliser les correcteurs d'orthographe. Aucun intérêt pour la grammaticale, ils ne savent pas encore faire l'analyse, seul l'homme le peut, mais bien commodes pour la lexicale. Sur Eklablog, le correcteur se trouve dans la fenêtre d'édition de l'article, mode expert : dernier bouton en bas à droite dans la barre des options (noté ABC). S'il ne fonctionne pas, taper son texte dans un traitement de texte avec correcteur d'orthographe, puis copier-coller, ça n'est pas plus long que de le saisir directement dans le blog.

    -        Laisser un espace avant et après les signes doubles de ponctuation ( ? ; : ! ), laisser un espace après les signes de ponctuation simple (,.) mais pas avant, et les placer à bon escient pour faire respirer la phrase, le paragraphe, le texte.

    -        Lire des textes bien écrits, des livres, des BD, le journal... Du papier, quoi.

    L'avantage de se forcer à fournir ce petit effort, c'est que le blog y gagne, et son auteur aussi, obligatoirement et très vite, et la langue française également, par tous ceux qui ne rebondiront pas après trois lignes, car c'est beaucoup par la lecture que l'orthographe, lexicale surtout, s'acquiert.

    Alors, un beau geste, aidez-moi à guérir ma souris ! Plus que des blogs écrits correctement !

    Bon, j'ai un ou deux articles à relire, parce que si j'en laisse maintenant, je vais me faire épingler comme il faut...

    Cordialement.

    Thordruna.


    Tags Tags : , , , ,
  • Commentaires

    1
    Pipiou Profil de Pipiou
    Lundi 24 Octobre 2011 à 11:58

    Bonjour,
    Je me reconnais bien dans la maladie de ta souris, merci de défendre la langue française !

    C'est vrai que le français est compliqué parce que très judicieux dans sa justesse, c'est un vrai labyrinthe dans lequel on peut vite se perdre, et à fortiori, dans lequel on refuse d'aller parce qu'il semble inutile. Alors on peut légitimement se demander "un labyrinthe, ça sert à quoi ?" ! Je pense que ça sert, sinon à trouver la sortie (!), à se poser les bonnes questions pour arriver à en sortir...

    D'aucuns parlent de simplifier la langue française, ah bin non alors, pas question ! On a vu ce que l'apprentissage syllabique (et pas alphabétique) a donné : un savant mélange... bourré de raccourcis incompris : oui, ça allait plus vite, mais le mal était fait !

    Est venu s'ajouter le SMS avec son côté rigolo de textes simplifiés : les jeunes s'y sont noyés parce qu'ils se comprenaient entre eux : et c'est le but ! Mais Internet a pris la suite, en imposant sa loi implacable : LA RAPIDITE.

    Aujourd'hui on ne comprend plus rien, les écrits sont simplement... écrits et on se fout de savoir s'ils seront compris : un comble ! Parce qu'on s'étonne de ne pas être lu mais quand on dit que c'est parce qu'on ne comprend pas les tectes, on se fait envoyer bouler ! Autant je peux comprendre la vexation personnelle de ne pas savoir bien écrire, mais je ne comprends pas qu'on rejette la faute... sur celui qui ne comprend pas ! Ah bin si : c'est un raccourci : c'est plus rapide !

    Je suis toujours surprise de voir qu'autant de gens puissent être satisfaits et presque fiers... de mal écrire, ça me semble hallucinant ! Mais aujourd'hui, quand tu comprends rien, c'est ton problème !! Encore un raccourci...

    Sauf qu'à force de "laisser courir" on laisse l'erreur se propager... C'est aussi pour ça que la politesse n'est plus de mise alors qu'elle devrait être systématique... (merci pour le clin d'oeil ;-) On dit qu'on n'a pas le temps et que c'est banal, on croit se protégér en ne disant rien et on abandonne : mais l'abandon d'un problème n'a jamais permis de le résoudre, si ?

    Je défends l'orthographe au même titre que les maçons défendent une construction ou qu'un cuisinier défend une recette : chacun son truc. Mais c'est pas parce qu'on n'a pas les mêmes préférences qu'il faut dénigrer l'autre ! Ca s'appelle de la connerie et à grande échelle, ça provoque des guerres...

    Sauf qu'on a le choix de laisser s'installer une habitude, ou pas. Et c'est bien ceux qui auront laissé s'installer la mauvaise habitude qui seront responsables de ce qu'elle a génèré. Mais tu sais quoi ? Je crois que tout le monde s'en fout, parce que le monde n'a plus le temps de rien !

    2
    Thordruna Profil de Thordruna
    Lundi 24 Octobre 2011 à 13:35

    Bonjour Pipiou.

    Il ne m'étonne en rien que tu sois la première à réagir. Merci.

    Je ne pouvais pas développer encore plus comme tu l'as fait, le papier était déjà assez long, mais j'adhère à tout ce que tu as écrit. En résumé, rédiger en français nécessite trois éléments fondamentaux : du temps, des efforts, et du respect, de soi et des autres. Toutes choses qui me semblent manquer de plus en plus aujourd'hui, et dans nombre de compartiments de nos vies. J'ai l'impression que défendre la cause de la langue française devient un travail de fourmi, individuel, alors qu'il devrait être fait à grande échelle. (Qui a entendu "Education Nationale" ?)

    J'ai enseigné la lecture en alphabétique à ma fille en fin de moyenne section et en grande section, au motif officiel qu'elle me le demandait avec insistance. En réalité, il était hors de question pour moi de confier cette mission à des enseignantes (auxquelles je fais plutôt confiance par ailleurs) utilisant je ne sais quelle méthode globale ou semi-globale sous prétexte que c'est plus rapide et plus gratifiant pour les enfants. C'est surtout généralement catastrophique. Je continue à surveiller son orthographe comme le lait sur le feu. Mais ça prend du temps, et je ne suis pas plus formée pour ce boulot que tout un chacun. Cependant, je crois que ce n'est pas un investissement à fonds perdus : si j'arrive à lui donner en plus le goût de l'effort et du travail bien fait - qui est vraiment gratifiant, pour le coup -, j'aurais réussi quelque chose d'important pour elle, pour qu'elle apprenne à se sortir de ce labyrinthe, et de tous les labyrinthes. L'image m'a fait sourire. Ma gamine se prénomme... Ariane.

    Cordialement.

    3
    Mercredi 26 Octobre 2011 à 16:47

    C'est vrai que les blogs mal écrits, c'est une horreur ! Parfois il y'a tellement de fautes que j'ai du mal à comprendre ce qui est écrit ! Pourtant je suis sûre que les miens sont pleins de fautes également, mais je fais ce que je peux, un jour j'arriverai à faire zéro fautes ! 

    D'ailleurs je comprends ma mère maintenant quand elle repassait derrière moi pour regarder si je n'avais pas fait de fautes dans mes articles, et, dans le cas échéant, les corriger. Grâce à ça j'ai réussi à faire des progrès, et quand je me fais littéralement insulter et traiter "d'intellote" pour avoir corrigé une minable faute d'orthographe, ça fait peur...

    4
    Thordruna Profil de Thordruna
    Mercredi 26 Octobre 2011 à 17:15

    Bonjour Ali-sama,

    Personne ne fait zéro faute ! Je me relis toujours, je sais de quoi je parle... Ce que j'ai pu lire sur tes blogs est très correct. Et c'est toi qui as raison et qui es sur la bonne piste, pas les trop nuls qui te traitent d'"intellote". Au moins, ça prouve que tu te sers de ton cerveau.

    Keep on, girl :-)

    et amitiés à ta maman.

    5
    Mercredi 26 Octobre 2011 à 17:34

    merci beaucoup, ton message m'a fait très plaisir ^^' Si ce qui est écrit sur mes blogs est très correct, ça me rassure, merci ! 

    Sinon, je lui ferai savoir !

    6
    Mardi 1er Novembre 2011 à 20:14

    Excusez-moi, j'espère ne pas commettre d'énormes bourdes en parlant ici, mais j'aimerais rajouter quelque chose:

    On parle, et on a bien raison, d'améliorer l'orthographe de chacun. On parle de causes, et celles citées ci-dessus dans l'article sont bien réelles, je ne les remets pas en cause.

    Mais il y a une cause que je ne vois jamais citée lorsque l'on parle, comme ici, des gens en général: L'environnement.

    Oui bon, j'imagine que vous le savez tous, mais excusez-moi, je dois rajouter que dans certains milieux, c'est un facteur dont les conséquences sont énormes, et le problème est que quand ça arrive, les parents ne le vois absolument pas.

    Je m'excuse encore et encore, mais étant moi-même geek, je dois vous parler de notre situation, de ce qui se passe et que vous ignorez:

    Dans les milieux mmorpg (les jeux "massivement multijoueurs"), la situation est absolument alarmante. Une partie beaucoup trop grande des joueurs écrivent SMS, ou alors avec beaucoup trop de fautes d'orthographe, mais ce qui se passe surtout, c'est qu'à force de voir tout le monde écrire de la sorte, nous finissons par être influencés. Mais quand je dis que tout le monde écrit mal et que nous nous faisons influencer, je veux dire que cela atteint un point tel que ceux qui souhaitent garder leur othographe finissent, comme moi, par avoir une sorte de paranoïa, une impression d'écrire constamment des fautes, même quand il n'y en a pas.

    Et cela, c'est uniquement quand on s'en sort assez vite. Parce que ces jeux, et tous ces endroits sur internet où tout le monde peut écrire n'importe comment forment des véritables bouillons de culture, bouillons de culture côtoyés par un nombre absolument énorme de jeunes qui y perdent leur orthographe!

    Et là, je vous le demande, comment, même avec de la bonne volonté, peut-on récupérer son orthographe, si nous voyons quasiment tout le monde écrire mal?

    Désolé d'avoir appuyé uniquement sur cet aspect alors que cet article parle de façon beaucoup plus générale, mais si vous êtes parents, vous devez penser non seulement à "réparer" l'orthographe, mais surtout à la "prévenir", mais lorsque je vois la situation dans certains milieux, j'ai l'impression que c'est un énorme détail qu'absolument tout le monde oublie, et faisant partie à la fois d'un bon et d'un mauvais milieu, je me devais de dire cela.

    En espérant ne pas avoir pourri cet article.

    7
    Thordruna Profil de Thordruna
    Mardi 1er Novembre 2011 à 21:24

    Bonsoir Pohatu,

    et merci de votre (ta ?) réaction et de ce complément d'information.

    Il est un fait que ne pratiquant pas le mmorpg, vu que je ne joue que sur table en live (ADD et Runequest), je n'ai pas vraiment d'idée de ce qui s'écrit au cours de ce genre de sessions (à te lire, j'imagine...), et que cette cause de dégradation m'a complètement échappé. Etant donné que, comme je l'ai dit plus haut, l'orthographe s'apprend par la lecture, il ne fait aucun doute que les joueurs qui lisent ce genre d'écrits ne doivent plus savoir où ils en sont assez rapidement. D'autant qu'il s'agit en général de personnes jeunes (quoique, j'ai des copains qui jouent aussi...), dont l'orthographe est en cours d'acquisition et qui ne bénéficient plus au collège des cours de grammaire qui permettraient de rectifier le tir. Je conçois la difficulté pour des personnes comme toi de garder le cap. Tu fais partie de ceux qui le veulent, comme Ali-sama, et c'est une chance pour vous deux, mais très franchement, je n'ai guère de solution à proposer pour cet environnement particulier. Je ne sais même pas si ces jeux ont des administrateurs ou des modérateurs. Vu la rapidité des interactions, j'en doute. Mais si ça peut te rassurer, je n'ai trouvé que deux fautes dans ton texte, qui est plutôt long (les parents ne le voient pas, oRthographe), ce qui est beaucoup moins que ce qu'on peut lire dans certains blogs. Sinon, pour récupérer ton orthographe, qui n'est pas si endommagée que tu ne le crois, il faut lire aussi du papier (et utiliser le "Bled, orthographe d'usage", excellent petit bouquin d'exercices courts). Et conseiller à tes amis de demander à leurs parents de les aider. Pas si simple, mais si ça permet d'en sauver quelques-uns...

    En résumé, réaction intelligente et pas hors sujet, puisque c'est certainement une cause grandissante mais encore méconnue de dégradation de l'orthographe. Je ferai gaffe, avec ma môme...

    Merci à toi, et arrête de présenter tes excuses quand tu écris intelligiblement et poliment ce que tu penses :-)

    A+

    8
    Pipiou Profil de Pipiou
    Mercredi 2 Novembre 2011 à 08:46

    Coucou
    Bien vu "le monde des jeux" c'est effectivement un environnement propice puisqu'à partir du moment où on est dans un jeu... on joue... et le premier qui osera s'interposer pour des raisons orthographique se fera allumer !!
    Mais tu l'as dit toi-même Pohatu850 : les échanges sont rapides, pas le temps de s'y arrêter : ce qui démontre bien que le problème majeur serait la rapidité et ce qu'elle entraîne.
    Je suis toujours perplexe (et ô combien sévère) face à ce phénomène et je reconnais volontiers que le monde a changé. Le monde oui, mais l'humain ? Il croit avoir suivi l'évolution mais il n'en n'est rien : il s'est fait happé par ce cyclone de la vitesse, et il ne veut pas en sortir, parce qu'il est finalement très confortable !
    Quand j'étais ado, évidemment, je critiquais les différences générationnelles... sauf que mes parents ne m'ont pas laissé le choix... contraintes du respect, du bien-faire, de la politesse, du travail... Aujourd'hui, un enfant (ou un ado, mais c'est déjà trop tard) passe 2 heures à jouer sur une PS et ça fait marrer tout le monde parce qu'il est super balèze... et bien non, il n'est pas balèze, il a juste bien compris le jeu, les manips... mais ce n'est qu'un jeu !!! Etre fier que l'enfant soit le roi de la PS, ou autre rôle play... oui, mais seulement s'il fait aussi bien dans la vie réelle.
    La différence elle est là : le vrai et le faux, l'utile et l'accessoire, le bénéfique et le plaisir instantané... autant de distingos qui n'existent plus parce que tout est mélangé... La pelote de laine, bien que pleine de noeuds est douce au toucher mais quand on voit les enchevêtrements, on n'a pas envie de la défaire, pourtant pour tricoter, on est bien obligé ;-)

    9
    Samedi 5 Novembre 2011 à 13:51

    J'approuve TOTALEMENT ce sujet!!J'en ai marre de"MRci 2ri1" et des "sava etoi"!!Ou bien encore:"J'4IM3 P4S C3 G4RS0N"!!

    10
    Samedi 5 Novembre 2011 à 14:47

    C'est vrai que niveau compréhension ce genre de trucs est très moyen, moi parfois je comprends rien de ce qu'on me dit quand c'est écrit en SMS... Sur son portable je veux bien mais sur internet c'est pas pareil, en plus on ne paye pas en plus quand il y'a trop de caractères ici !

    11
    Dimanche 6 Novembre 2011 à 22:09
    Bon, comme je suis maitresse d'école je ne peux qu'applaudir des deux mains. Je n'ose pas trop intervenir, mais de temps en temps, ici, je lis des horreurs.
    C'est vrai que nous avons beaucoup de très jeunes eklablogueurs, mais quand même...

    Ceci dit, ce qui me réjouit, c'est que je trouve qu'avec internet les jeunes communiquent plus qu'avant par écrit.

    Un espoir ?
    12
    Pipiou Profil de Pipiou
    Lundi 7 Novembre 2011 à 09:01

    Coucou
    voir les jeunes communiquer comme ça, c'est à dire n'importe comment, perso, ça ne me réjouit pas et je n'y vois pas d'espoir, au contraire !

    13
    Thordruna Profil de Thordruna
    Lundi 7 Novembre 2011 à 10:07

    Bonjour, 

    L'espoir réside probablement dans la prise de conscience par certains de ces jeunes qu'il est nécessaire d'appliquer des codes pour se comprendre. Hélas, ils sont minoritaires, et lorsqu'ils voient la manière dont écrivent les adultes, je conçois qu'ils ne soient guère motivés pour fournir cet effort que ne font même pas leurs aînés...

    Charivari, sans trop vous mettre la pression, je tiens à réaffirmer, tout en sachant parfaitement que c'est très difficile (je suis parent d'élève élu depuis six ans, et je sais ce qu'est l'école d'aujourd'hui vue de l'intérieur), que d'abord et avant tout, la balle est dans le camp de l'Educ Nat. D'accord, ça ne se présente pas super bien, mais c'est un autre débat.

    Cordialement.

    14
    Lundi 7 Novembre 2011 à 17:55

    Vous avez raison de mettre la pression. Je fais partie de ces instits "réactionnaires" qui font une dictée chaque matin... Cela fait froncer les sourcils de certains de mes collègues et inspecteurs, mais tant pis, j'assume.

    Bon, je vais être honnête, malgré cela, après un an de ce régime, on ne voit pas de miracles. Pourtant je veux croire que c'est quand même utile de rabâcher les accords sujet-verbe, les accords dans le groupe nominal (l'article avec le nom et l'adjectif...), l'orthographe des mots invariables... Cela va finir par rentrer.

    Il faut y croire !

     

    15
    Pipiou Profil de Pipiou
    Mardi 8 Novembre 2011 à 08:31

    Bonjour Charivari,
    ah oui, là je suis d'accord : il faut y croire !! Je me doute que les miracles... et non seulement 1 an c'est pas suffisant (c'est toute une génération qui est concernée) et si t'es la seule à le faire, ça va être d'autant plus long. Sauf que tu as raison de le faire : on les aura !

    16
    Mardi 8 Novembre 2011 à 11:36

    Oh là là, j'adhère complètement, c'est tellement décourageant quand l'écriture pique les yeux.. et même quand ce n'est pas le sujet du blog!


    Et puis bon, ça ne fait pas très sérieux hein...

    17
    Samedi 12 Novembre 2011 à 15:41

     

    Plaidoyer pour l'orthographe : oui ! Nécessairement.

     

    L'orthographe est faite pour les yeux du lecteur.

     

    La lecture est orthographique.

    Je pose la question : a t-on été bien formé à enseigner l'orthographe ?
    L'orthographe lexicale.
    L'orthographe grammaticale.

     

    Toute une carrière exercée sur le terrain à titre de maître spécialisé et de professeur des écoles me conduit à affirmer aujourd'hui que l'apprentissage de l'orthographe :
    -  est en lien direct avec l'apprentissage de l'écriture et avec la mémoire gestuelle (kinesthésique)
    - que l'apprentissage de l'orthographe doit reposer sur une approche multi-sensorielle, kinesthésique et cognitive
    ...  des aspects trop peu pris en compte dans l'enseignement-apprentissage de l'orthographe lexicale.


    Afin de transmettre les résultats de ce travail de terrain,  je vous informe que je viens de publier  un ouvrage relatant mon expérience et mes recherches qui a pour titre facilécriture & facilorthographe lexicale. Je vous invite à aller le découvrir sur le site du petit  éditeur qui le publie en suivant le lien ci-après :

     

    http://www.editionsloiseaulire.com/PBCPPlayer.asp?ID=878306

     

    Merci de votre attention et bonne continuation dans ce beau et difficile métier "d'ensaignant" ...

     

    FR

    18
    Dimanche 13 Novembre 2011 à 13:20

    j'apprécie et j'y travaille fort fort... J'aime beaucoup la langue française et c'est un apprentissage de toute une vie... Tu donnes de bons trucs...


    bienvenue chez toi si le coueur t'en dit...


    IsaMalina

    19
    Lundi 14 Novembre 2011 à 17:48

    Peut-être le problème vient-il aussi du fait que les enfants dès leur plus jeune âge doivent engranger une somme de connaissances de plus en plus importante et que leur petite tête n'est pas faite pour ça ? Lorsque je fais faire les devoirs d'un enfant de CM1 qui doit savoir poser une division par treize (sic) et réciter une leçon d'anglais alors qu'il est incapable de conjuguer le verbe être à la première personne au présent de l'indicatif (sic !), je me dis que les priorités ne sont plus les mêmes qu'à l'époque où j'étais moi-même en CM1. Et pourtant ça ne fait que 10 ans ! Je voudrais qu'on laisse le temps aux enfants d'apprendre les choses à leur vitesse et pas à la nôtre. Que leur importe de savoir parler une langue étrangère s'ils ne savent pas s'exprimer dans leur langue maternelle ?

    20
    Lundi 14 Novembre 2011 à 18:05

    ... ce qui est sûr c'est qu'on a beaucoup moins d'heures qu'autrefois à consacrer à l'enseignement de l'orthographe, vu ce que sont devenus les programmes (histoire de l'art, anglais, secourisme, sécurité routière, informatique...) et ce que sont devenues les heures d'enseignement (ouh, comme les heures du samedi matin nous manquent !)

    21
    Pipiou Profil de Pipiou
    Mardi 15 Novembre 2011 à 08:22

    Coucou,
    c'est vrai que les heures sont occupées, le sont-elles bien... vaste débat  ! Le problème aussi c'est que dès que l'on propose des changements à l'éducation nationale : ça se règle dans la rue, les syndicats en première ligne, sous le prétexte qu'ils n'ont pas été consultés ou qu'ils n'ont pas eu assez de temps pour se concerter... On demande aux politiciens d'agir vite mais on n'est pas foutu de le faire quand ça nous concerne. Qui c'est qui, vraiment, ne veut pas débattre de tout ça ? Les parents, ils n'ont pas leur mot à dire ? et l'éducation, elle est nationale dans son contenu, certes, mais elle est parentale dans son suivi et dans le travail qui s'impose, après l'école... là aussi, vaste débat,...

    22
    Mardi 15 Novembre 2011 à 10:27

    Bonjour,

    En rédigeant mon plaidoyer, je m'adressais surtout aux adultes, et en particulier à ceux qui par manque de formation et/oude temps et/ou d'efforts se permettent des productions illisibles ou à tout le moins désagréables dans leur forme. Je suis ainsi faite que lorsque je me rends compte que j'ai laissé une faute à la vue de quelqu'un d'autre que moi, un intense et disgracieux érythème de honte s'étend sur mon visage.

    Les plus jeunes, c'est un autre débat. L'enseignement de l'orthographe (et de la lecture), et les moyens mis en œuvre pour l'enseigner (FR, je transmets vos références à mes deux directrices d'école préférées) m'apparaissent comme la cause princeps de sa qualité ou de sa non-qualité. Mais l'enseignement est forcément un échange entre enseignant et enseignés. Lilypuce, si l'enfant dont vous parlez ne sait pas conjuguer le verbe être, alors qu'à ce stade, ça lui a forcément été enseigné, c'est qu'il n'a pas appris sa leçon, et donc pas fait sa part de boulot. Et qu'on ne l'a pas obligé à l'apprendre si nécessaire, et qu' "on" n'a pas fait sa part de boulot non plus. Faites-lui donc copier cinq fois la conjugaison de être, et recommencer si ça ne suffit pas : au bout d'un moment, en ayant assez de faire des lignes, il finira bien par se concentrer et fournir un effort. Si, si, ça marche ("Maman, tu me tortures !" "Voui ma bichette, c'est parce que je t'aime..."), même si ce sont peut-être des méthodes d'un autre âge. Et ça, l'école ne peut pas se le permettre (les devoirs écrits à la maison sont interdits depuis 1956, ou à peu près, il me semble...). Donc là, je suis d'accord avec Pipiou. L'école fournit des bases et des directions de travail, qui sans complément par ailleurs ne peuvent rester qu'insuffisantes, et ce d'autant plus qu'il manque aujourd'hui de temps d'école. Par contre, je me rappelle que si la dernière réforme des programmes et des horaires avait été rejetée à la fois par les parents et par les enseignants - et puis après, quels moyens de pression avaient-ils ? -, elle semble aujourd'hui passée dans les mœurs, au moins des parents, si j'en juge par l'enquête sur les rythmes scolaires réalisée l'année dernière et dont j'étais en charge pour mon village (côté parents). Ils en étaient généralement contents... Donc, si ça change à nouveau, et c'est prévu je crois pour la rentrée 2012, ça va encore renâcler, sûrement.

    Je n'ai pour ma part toujours pas compris comment on pouvait se recentrer sur les fondamentaux en enseignant les périphériques dans une semaine à horaire réduit (sauf si Charivari = Wonderwoman !), même si je trouve juste que tous les élèves aient droit en théorie à la même culture générale de base. Les enseignants font ce qu'on leur dit de faire, et ils ont à être efficaces. Mais la déresponsabilisation des parents ne doit pas aller jusqu'à les charger de tout. Et si les enfants qui passent trois heures par jour devant la télé et deux heures à jouer à la console étaient amenés à distraire un peu de ce temps pour bosser ou pour lire, ça irait beaucoup mieux et beaucoup plus vite. Ce n'est pas parce qu'ils sont jeunes qu'ils sont idiots (je conviens cependant que la division par treize me semble survenir un peu tôt dans le déroulement de l'année scolaire de CM1). Et même le génie a besoin de travail : Mozart passait à l'âge de six ans cinq heures par jour au piano, en plus d'apprendre à lire, à écrire, à compter. 

    Enfin, il faudrait que les programmes du collège ne lâchent pas à ce point la grammaire : c'est considéré comme acquis, c'est une grave erreur. Et même quand ça l'est, ça se perd à force d'absence de pratique. 

    Mais là le sujet s'élargit vraiment beaucoup par rapport à mon intention de départ, qui n'était pas de susciter un débat sur le système scolaire français, lequel sombre tout doucement dans l'incohérence politique, mais de demander aux uns et aux autres, et surtout aux grands (les mangas ne me passionnent pas tellement !) de bien vouloir s'appliquer un peu... C'est possible, ça ?

     

    Surtout qu'en vos écrits la langue soit révérée
    Dans vos plus grands excès vous soit toujours sacrée.
    En vain vous me frappez d'un son mélodieux,
    Si le terme est impropre, ou le tour vicieux.
    Hâtez-vous lentement, et, sans perdre courage,
    Vingt fois sur le métier remettez votre ouvrage ;
    Polissez-le sans cesse et le repolissez :
    Ajoutez quelques fois et souvent effacez.
    C'est peu qu'en un ouvrage où les fautes fourmillent,
    Des traits d'esprit semés de temps en temps pétillent.
    Il faut que chaque chose y soit mise en son lieu ;
    Que le début, la fin répondent au milieu ;
    Que d'un art délicat les pièces assorties
    N'y forment qu'un seul tout de diverses parties.

    Nicolas Boileau-Despréaux. 

    23
    Mardi 15 Novembre 2011 à 17:45

    "Surtout qu'en vos écrits la langue soit révérée "

    Tu es sure de ce premier vers  ? Il a 13 syllabes. C'est embêtant pour un alexandrin !

    24
    Mardi 15 Novembre 2011 à 17:49

    Oups, désolée, faute de moine copiste : 

    Surtout qu'en vos écrits la langue révérée 
    Dans vos plus grands excès vous soit toujours sacrée.

    Dans le texte... un mouton à cinq pattes... Aaarghh !

    Et ça y est, je suis écarlate...

    Merci.

    25
    Mardi 15 Novembre 2011 à 18:24

    Ah, chouette, je le trouve très joli, ce texte, mais là, j'étais gênée, forcément !

    26
    Cécile B. Profil de Cécile B.
    Lundi 28 Novembre 2011 à 14:55

    Après avoir lu un tel plaidoyer en faveur de la langue française, je suis surprise de lire dans la rubrique FAQ les mots "newsletter" et "mail" au lieu de "bulletins" et "courriel". Il me semble que nous devrions essayer d'être cohérents et d'utiliser nos mots français lorsqu'ils existent.

    27
    Lundi 28 Novembre 2011 à 15:55

    Bonjour Cécile B.,

    Cette discordance apparente tient au fait :
    - que la FAQ a été rédigée par les Gentils Administrateurs de la plateforme, avec le vocabulaire technique usuel en usage sur le Net... la Toile. Donc avec des termes anglais, des acronymes...
    - que l'article a été rédigé par votre servante, utilisatrice de la plateforme, et non administratrice, avec la plus grande des libertés d'expression,
    - que l'article traite plus spécifiquement de l'orthographe, notamment en français, et pas de la qualité du vocabulaire ou même de la syntaxe, ce qui est un autre sujet, non des moindres et bien plus complexe.

    Je vous remercie néanmoins d'ouvrir le débat dans ce sens. En effet, l'envahissement des textes francophones par des anglicismes, l'extension du franglais, et ce malgré l'existence de termes français (dont certains sont des néologismes encore un peu trop récents pour avoir réussi à remplacer les vocables originaux), peut tout à fait sembler préjudiciable à la langue française... jusqu'à ce que ce nouveau vocabulaire ne se fonde lui aussi dans le paysage (comme bifteck, oups ! biftèque... coucou Charivari !, redingote, budget, humour, touriste, paletot...). Personnellement, j'essaie d'éviter les anglicismes dans mes écrits. C'est mon choix. Pourtant, je les admets plutôt facilement dans les textes des autres, tant qu'ils sont correctement... orthographiés. Newsleter passerait mal, par exemple. Mais j'ai bien conscience que ma grande tolérance doit découler du fait que je ne travaille qu'en anglais. Déformation professionnelle.

    Bien cordialement.

    28
    Pipiou Profil de Pipiou
    Lundi 28 Novembre 2011 à 16:24

    Bonjour Cécile B. (on peut être (in)cohérent et poli !)
    Enfer et damnation, c'est vrai que le download nous pourrit la life !! Hé, c'est pour rire 

    Je partage assez le ras le bol des anglicismes et autres, mais pas sur les anciens anglicismes (ou autres déformations) qui font vraiment parti du langage, sur les nouveaux mots... parce qu'il parait que "ça fait mieux" ou parce qu'on a la flemme de les traduire !

    Perso, newsletter et mail me vont bien : la lettre de nouvelles ne donne pas envie d'être lue, et le courriel, en dehors du fait que le mot est super moche, ce n'est pas la traduction de mail qui veut dire courrier. Hé oui, pas facile !

    Mais je vais finir par croire que la résistance s'organise, youpi !! Déjà une petite douzaine : Thordruna, t'as la banderole ?!

    29
    Lundi 28 Novembre 2011 à 17:05

         Il est vrai que souvent les mots "empruntés" à la langue de Shakespeare perdent beaucoup de leur charme une fois traduits en français et pourtant leur utilisation de plus en plus fréquente les rend banals alors que bien souvent nous avons le mot français équivalent qui n'est pas toujours si laid à l'oreille. Si la 'lettre de nouvelle" ne donne pas envie d'être lue peut-être est-ce simplement parce que nous avons pris l'habitude d'entendre parler de "newsletter". Pour ma part le courriel ne me dérange pas et je préfère "téléchargement" à "download". On peut dire "je télécharge" mais pas "je download" !! Ainsi le mot français est-il bien plus pratique puisqu'il se transforme en verbe aisément, et même en adjectif, tandis que "downloadé" me choque !! 

    Je voudrais d'ailleurs vous faire part d'une petite remarque. Je fais partie d'une race en voie d'extinction : les étudiants en allemand. A ce titre j'ai pu observer que dans la belle langue de Goethe les mots d'origine française sont nombreux ("amusieren", "analysieren", diskutieren", "rebellieren", "Aspekt", "Charakter", etc) ce qui la rend plutôt accessible. L'allemand utilise volonters des mots directement issus du français tels que "Rendez-vous", qui désiqne le rendez-vous galant. Ces mots sont généralement considérés comme plutôt chic. 

    Alors, si les autres nous empruntent nos mots, pourquoi nous allons nous piquer ceux des autres en prétextant que le français n'est pas assez joli ? 

    N'ayons pas honte de notre belle langue !! Oui Pipiou, on dirait que la résistance s'organise ! 

    Vive la langue de Molière !!!

    30
    Vendredi 2 Décembre 2011 à 15:07

    Sleon une édtue de l'Unviertisé de Cmabridge, l'odrre des ltteers dnas un mot n'a pas d'ipmrotncae, la suele coshe ipmrotnate est que la prmeière et la drenèire soenit à la bnnoe pclae. Le rsete peut êrte dnas un dséorrde ttoal et vuos puoevz tujoruos lrie snas porlblème. C'est prace que le creaveu huamin ne lit pas chuaqe ltetre elle-mmêe, mias le mot cmmoe un tuot.
    La peruve.... c'est que vuos aevz lu cet atrcile jsquu'au buot !!!

    31
    Vendredi 2 Décembre 2011 à 16:02

    Bonjour Gups. 

    Certes, mais il faut remarquer quand même que si l'on peut, dans ce célébrissime texte, éparpiller sans dommages les digrammes (au, eu, ou) et les successions demi-consonne voyelle (iè), les voyelles isolées sont toutes dans le bon ordre, et ça, c'est très important pour le cerveau. La vocalisation est majeure pour la compréhension de l'écrit. C'est le biais bien connu de ce texte, en plus de celui qui est signalé dans la première phrase (première et dernière lettre). 

    Mais oui, on peut aussi sourire de ce grave sujet ! Monomaniaque, moi ? "Farpaitement !" (R. Goscinny)

    PS : jolies photos et informations intéressantes, sur votre blog. Et ma souris ne s'énerve pas... trop :-)

    32
    Neko-elfie Profil de Neko-elfie
    Vendredi 9 Décembre 2011 à 11:23

    Je retrouve là un de mes sujets favoris -même si en bonne "dysorthographique", (je me soigne encore) je soupçonne mon blog de contenir quelques neuro-transmetteurs allergènes...

    Bien que partant avec un léger handicap dans ce domaine... Ou peut être à cause de cela, je retrouve mes idées, mon plaidoyer en général dans cet article et j'ai envie de conclure par un seul mot: Merci.

    Pendant très longtemps, j'ai ressenti la sensation cuisante d'atteindre une île en mer déchaînée quand je trouvais un blog bien tenu et bien rédigé. Pourtant... N'est-ce pas chose normal que de soigner le fond et la forme à parts égales?

    Cela ne devrait pas être un soulagement de tomber par hasard sur un blog rédigé, en bon français. Ce devrait être normal. Alors quand j'entends les idées de génie du gouvernement concernant l'Education Nationale de réformer l'orthographe... Au meutre, à l'infâmie! Une langue se structure sur une culture et une histoire, les néologismes n'ont déjà pas toujours de raison d'être, alors restructurer une langue pour la simplifier, c'est Molière qu'on assassine!

    Voir qu'il reste des insoumis à cet effet de société est à la fois réconfortant et effrayant. Réconfortant, car la culture et le savoir perdurent tant qu'ils sont transmis. Inquiétants parce que ce mouvement est très largement minoritaire.

    Retourne t-on à l'époque médiévale où seuls les clercs et les bien-nés avaient droit à l'instruction?

    Le taux d'illetrisme dans notre pays n'a jamais été si élevé... Et que dire du système éducatif qui ne s'adapte plus aux élèves malgré l'investissement des professeurs (pour beaucoup très méritants)! Allons-nous vers un monde où demain seuls les plus riches pourront offrir le luxe d'une instruction à leurs enfants?

    Ce combat oppose David et Goliath, sauf que l'écrasante masse qui tient le rôle du géant semble être en position de force...

    Que faire face à cela?

     

    33
    Vendredi 9 Décembre 2011 à 14:30

    Je suis assez d'accord avec toi et je partage aussi ton angoisse. Où va-t-on ?

    Mais je ne suis pas sûre que l'éducation soit un problème de riches ou pauvres. En tout cas pas à l'âge où l'on apprend à lire et à écrire. L'école primaire est encore gratuite. Je reste persuadée que l'on demande aux enfants d'apprendre trop de choses, trop vite. Leurs petites têtes ne sont pas faites pour ça. On ne leur laisse pas le temps d'assimiler correctement. On ne leur donne pas non plus de modèles. Les petits lisent de moins en moins. Or c'est en lisant que l'on enregistre l'orthographe des mots et la syntaxe des phrases. 

    Je voudrais qu'on laisse aux enfants le temps d'être des enfants et de grandir à leur rythme et pas au nôtre dans un monde où tout va de plus en plus vite. On ne sait plus prendre le temps de vivre.

    34
    Dimanche 11 Décembre 2011 à 16:55

    Coucou !

    Ahlàlà, les fautes, les fautes d'orthographe ! Bien sûr, comme certains d'entre vous l'ont dit, personne ne peut avoir zéro fautes ! La langue française est une des langues les plus difficiles au Monde. Je n'ai plus rien à ajouter, mais c'était juste un commentaire :)

     

    Bonne semaine à tous.

    35
    MarioB Profil de MarioB
    Mardi 13 Décembre 2011 à 19:58

    Ce qui m'indispose beaucoup sur les lieux internet de France est l'emploi de mots anglais pour remplacer des mots français qui existent depuis des siècles. Au Québec, nous combattons ce fait et je crois que nous nous sommes améliorés. Par contre, quand nous visitons la France par la voie informatique, c'est un niagara de mots anglais. Je suis passé sur un blogue (et non un blog, hein!) il y a à peine une heure et une jeune fille présentait ses photographies de "cats and dogs".  Désolé, je ne comprends pas pourquoi les chiens et chats français sont devenus des animaux yankees.

    36
    Mardi 13 Décembre 2011 à 20:51

    Bientôt les Québécois parleront le français tandis qu'en France on parlera anglais avec notre horrible accent franchouillard !!! 

    Bien vu Mario !

    37
    MarioB Profil de MarioB
    Mardi 13 Décembre 2011 à 21:01

    Je le crois ! Lu sur un forum de France : "J'ai ce bouquin at home."


    Ouch !


    Mario B

    38
    Mardi 13 Décembre 2011 à 21:04

    Ah !!!!

    Molière doit se retourner dans sa tombe !

    39
    Mardi 13 Décembre 2011 à 21:05

    Le pauvre !

     

    S'il voit ce qu'on fait de "sa" langue.

    40
    Pipiou Profil de Pipiou
    Mercredi 14 Décembre 2011 à 09:01

    Coucou,
    ça rassure de lire tout ça, ça prouve qu'il y a bien une résistance à l'hermétisme orthographique de certains !
    Je pense qu'il faut être vigilant quant aux usages, mais ça dépend malheureusement de chacun : MarioB, tu écris "blogue", mais personnellement j'écris "blog" (désolée !) Parce que blog vient de "web-log" et le mot n'a pas de "racine" française --> je ne suis pas pour la francisation à tout prix, surtout quand elle ne veut rien dire. (re-désolée !)
    Je ne sais pas si Molière se retourne dans sa tombe (à mon avis, y'a longtemps qu'il ne comprend plus rien à nos expressions !) mais qui sait... peut-être que tous ces raccourcis... l'auraient arrangé ?!

    41
    nicolem Profil de nicolem
    Jeudi 29 Décembre 2011 à 15:26

    Bonjour à tous,

    je suis  nouvelle sur eklablog et comme le hasard fait bien les choses je suis tombée sur le plaidoyer pour l'orthographe.

    Je pensais être une des rares personnes à m'étonner sur les nombreuses fautes d'orthographe, de grammaire et conjugaison  que font les internautes.

    Je ne comprends pas certains posts, l'accent grave, aigu, circonflexe ou tréma mis en dépit du bon sens ou pas du tout !

    Plus de virgule, point virgule, deux points, points d'exclamation, interrogation, entre parenthèse : disparus.

    Quelle tristesse !

    Je vous souhaite à tous une "Bonne et Heureuse Année 2012".

     

    42
    nicolem Profil de nicolem
    Lundi 2 Janvier 2012 à 11:17

    Je tiens à vous faire savoir que j'ai écrit un roman "les cahiers bleus". Vous pouvez le feuilleter (ou le lire pour la modique somme de 5 euros). (youscribe "les cahiers bleus" Nicole.M)

    Dans trois mois à compter d'aujourd'hui la moitié de la somme récoltée par la vente de ce livre ira à une association qui s'occupe des handicapés et elle me tient particulièrement à coeur parce que je la connais pour y avoir travaillé il y a quelques années et pendant 15 ans ! Je tiens à la remercier pour m'avoir appris l'humilité.

    Bonne et Heureuse Année à tout le monde.

    A bientôt.

     

    43
    AnnQuark Profil de AnnQuark
    Jeudi 5 Janvier 2012 à 15:00

    Tout cela est bel et bon, et je suis à fond d'accord pour défendre l'orthographe et la grammaire françaises, pratiquant moi-même ces deux disciplines très assidûment depuis que je suis en âge d'écrire. Mais quand même... sachez que parmi la population française, il y a presque 10 %, si je me souviens bien, de personnes dyslexiques. Je crois que cela explique en partie les abominations orthographiques et syntaxiques que l'on trouve sur la toile. Pour ceux qui n'ont pas l'honneur de connaître cette dysfonction neurologique, voici un petit lien d'introduction :

    http://pages.infinit.net/ortho/dyslexie.htm

    Certes, ça ne rend pas compte de toutes les dérives, mais d'une bonne partie, me semble-t-il. Alors faut-il partir en croisade ? Il me semble que ce serait fort injuste.

    Quant aux mots anglais, bah ! le français est une langue qui évolue, comme n'importe quelle autre langue vivante, et il n'y a pas que cette langue qui l'influence, mais aussi l'arabe, l'allemand, et bien d'autres. Il est parfaitement inutile, à mon sens, de combattre ces usages enrichissants : la langue d'aujourd'hui n'est pas celle du XIXe siècle, ni ne sera celle du siècle suivant. Le français n'est pas pour autant menacé de disparition ! Et d'ailleurs, l'anglais ne fait que lui rendre aujourd'hui ce qu'il lui avait pris naguère : les nobles du Moyen Âge parlaient français à la cour d'Angleterre, ce qui a eu énormément d'influence linguistique sur la langue vernaculaire de l'Albion.

    Je comprends cependant les agacements des Québécois. Leur langue française est en effet cernée de toute part par l'anglais, langue officielle dominante. Mais en Europe, la situation du français est tout autre ! Sans compter qu'il n'y a pas tant que ça de Français qui parlent couramment l'anglais, ou même une autre langue. Il n'y a pas de concurrence linguistique au français en France, contrairement à ce qui semble se passer au Québec.

    Pour terminer, amis québécois, de quel français de plus parlez vous donc ? À l'écrit, certes, on se comprend. Mais à l'oral, c'est une autre histoire ! Car sachez qu'en France, en ce qui concerne les films québécois, la plupart des gens, y compris moi-même, mettent les sous-titres... Ce n'est plus tout à fait la même langue, et tant mieux !

     

    44
    MarioB Profil de MarioB
    Jeudi 5 Janvier 2012 à 18:24

    Déjà croisé des films français avec des sous-titres. Deux microsillons de Renaud avec un lexique. Je maintiens ma position : on ne remplace pas des mots français par des mots anglais. Ça fait cajun et c'est très agaçant.

    45
    AnnQuark Profil de AnnQuark
    Vendredi 6 Janvier 2012 à 15:56

    Ça fait sans doute cajun en Amérique du Nord, mais en France, le cajun n'est pas spécialement renommé. Un abus d'anglais y fait plus pédant, journalistique, voire lolitesque, je suis d'accord, mais un chouia (ça c'est de l'arabe, d'ailleurs) ne choque personne, vraiment personne : je le répète, la France, ce n'est pas culturellement le Québec ! Il y a quand même plusieurs siècles de séparation entre les deux, et ce n'est pas rien : ce serait dire que l'Angleterre et les États-Unis, c'est la même chose.

    Si vous avez croisé des films français avec des sous-titres, était-ce au Québec ? Car si la différence linguistique est suffisante à ce que le locuteur français comprenne assez mal le locuteur québécois, il n'y a pas de raison à ce que l'inverse soit faux. Il y a un bail entre la langue parlée et la langue écrite.

    Mais j'y reviens : en France, ne vous déplaise, utiliser des mots étrangers, dont anglais, ça se fait : personne ne songerait à dire chez nous "fin de semaine" à la place de "week-end", "transmanche" (ou je ne sais quoi) à la place de ferry, "chemin de couloir" à la place de "tramway". En échange, l'anglais, langue germanique à la base, est bourré de mots d'origine latine et française, et de plus emploie, directement dans le texte, des mots français : "blanc-manger", "rendez-vous", "marmelade", "fiancé", etc. Personne ne s'en offusque, et d'ailleurs, il n'y a pas en français que des emprunts à l'anglais, mais aussi à nombre d'autres langues. Je persiste : tant qu'une langue sera vivante, elle sera condamnée, ne vous déplaise, à faire des échanges linguistiques avec ses voisins. Alors, un café, un cawa (café en arabe, mot très courant chez nous), un cappucino, ou bien un irish coffee ? Um bico (café serré de la région de Lisbonne uniquement), se faz favor.

     

    46
    MarioB Profil de MarioB
    Samedi 14 Janvier 2012 à 09:05

    Courte réponse et renseignements : c'étaient deux films français, mais comme il y a une douzaine d'années, je ne me souviens plus des titres.


    Week-end existe au Québec, mais peu utilisé. Même dans nos chansons, nous avons des fins de semaine.


    Tramway portait encore ce nom au moment où ils sont disparus, circa 1960.


    Je n'ai jamais entendu, vu, lu le mot Ferry pour désigner un traversier. Il y en a un sur la page couverture de mon dernier roman et l'éditrice, qui est française, m'a parlé d'un traversier. Quand j'étais petit, la grande aventure dominicale consistait à se rendre sur la rive sud du fleuve Saint-Laurent et mon père, qui n'a fréquenté l'école que trois années, me demandait si j'avais hâte de monter sur le traversier. Son papa, mon grand-père, disait plutôt "La traverse", ce qui est tout autant joli, assurément davantage qu'un ferry...


    Voilà !

    47
    Lilloupatch Profil de Lilloupatch
    Vendredi 20 Janvier 2012 à 19:18

    Bonsoir,

    Ca fait tellement de bien de lire qu'on est pas seul(e) dans soin coin à se battre pour un minimum d'orthographe et de syntaxe sur le net.

    48
    Neko-elfie Profil de Neko-elfie
    Samedi 21 Janvier 2012 à 08:27

    Je suis d'accord pour dire que les langues vivantes évoluent: Comme beaucoup de régions ont leur patois, à Lyon nous avons un jargon non-officiel mais très régional (je ne comprenais pas étant enfant pourquoi lorsque je disais à mes correspondants de Paris ou de Nantes "je suis machurée sur cette photo", ces derniers ne comprenaient pas...) Tout comme certains anglicismes (Week-end est un très bon exemple) font désormais parti intégrante de la langue. (A Lyon autrefois, le Tramway s'appelait le "tramevay")

    Toutefois, au risque de sembler puriste, je trouve regrettable d'appauvrir un vocabulaire et un langage extrêmement riche. J'aime à me baser sur les livres d'Eric Orsenna, particulièrement "la Grammaire est une chanson douce", avec le personnage tout à fait attachant de la diseuse de mots oubliés, qui continue à se battre et à faire vivre des mots rares pour qu'ils évitent de disparaître. Un passage poétique, mais ô combien triste! N'est-ce pas un message de l'auteur pour nous faire comprendre quel trésor nous perdons un peu plus chaque jour?

    Quant à la dyslexie... Je ne juge pas ceux qui subissent le travail difficile de soutient, parfois de ré-apprentissage de la langue, mais combien de fois ai-je vu brandi "je suis dileslique, sait pour sa ke j'écrit male!", sous entendu "ne m'emmerde pas, j'écris comme ça un point c'est tout!" (Etant co-administratrice d'un site, c'est une aventure courante de lire ce genre de phrase, souvent fleurie de plus de fautes encore). Dans un cas sur dix, je serais encline à le croire. Mais pour les autres...

    C'est peut-être parce qu'en cycle scolaire j'ai moi-même eu des problèmes de dysorthographie et un gros échec, qu'il m'a été indispensable de travailler dur pendant plusieurs années que les excès de fautes me font frémir, que je me sens parfois un peu dure envers les internautes qui me disent avec frivolité "mes les faute sur le net sais pas grave, fo pas te prendre la tête lol". Quand je sais que certains sont en Bac +, je me demande souvent à quoi ressemblent leurs CV...

    Sans partir en croisade contre cette dernière interjection "lol" -car on pourrait lui dédier un sujet entier!- je trouve malheureux que l'on en arrive à une méconnaissance indifférente de la langue. C'est déjà dramatique de voir tant de fautes et de pauvreté de langage, mais ajoutez-y la nonchalance... Que restera t-il dans quelques années ?

    Le langage et son développement, son raffinement sont selon moi représentatifs de l'état de prospérité d'une époque et d'une civilisation, car à langue riche correspond une volonté de culture. N'aurait-on pas besoin d'un nouvel Age des Lumières pour repousser notre ignorance grandissante actuellement? Ne sommes-nous pas à une ère où nous oublions ou rejetons tout les précieux acquis accumlés au fil des siècles? -Et si tel est le cas, comment pourrons-nous espérer revenir à un âge plus florissant? Mais cela est un autre débat...

     

     

    49
    MarioB Profil de MarioB
    Samedi 21 Janvier 2012 à 08:31

    Intéressantes réflexions.

    50
    Pipiou Profil de Pipiou
    Samedi 21 Janvier 2012 à 08:38

    et joliment dites !
    Bon jour

    51
    Dimanche 22 Janvier 2012 à 13:52

    Mon dieu l'orthographe je me débrouille et si il m'arrive de faire des fautes j'essaie de me corriger. Perso, je n'aime pas les textos, je trouve que la langue Française en prend un sacré coup. Quand à l'orthographe je ne la reconnais plus.

    C'est très bien d'en parler, mais est-ce que la jeunesse actuelle est d'accord avec cette façon d'écrire et de s'exprimer.

    Bon dimanche.

    52
    Dimanche 22 Janvier 2012 à 14:28

    Bien dit Neko-ephie ! La parole est une richesse dans l'Humanité et sans oublier que c'est également une arme ! Voyez-vous le sens de ce que je veux bien dire ? Mais tout le monde peux faire des petites eurreurs, comme oublier un S dans "les beaux lapin". Mais faire beaucoup de fautes, à mon avis, c'est assez grave. 

    53
    appel anti nuisible Profil de appel anti nuisible
    Vendredi 27 Janvier 2012 à 13:33

    je suis d'accord avec vous . il est genant meme pour moi qui fait beaucoup de fautes d'en faire .

    je ne souhaite pas me justifier mai avez vous une astuce pour en faire moins ou pourquoi pas un correcteur d'ortographe  comme sur certain forum 

    54
    MarioB Profil de MarioB
    Vendredi 27 Janvier 2012 à 13:39

    Fréderic, écrivez vos propos sur un traitement de texte, lesquels sont, pour la plupart, munis d'un correcteur. Puis quand tout est prêt, faites un copier-collé jusqu'à votre blogue. Par contre, je précise que ces correcteurs ne sont pas munis d'intelligence... Pour signaler un mot non accordé au pluriel, ça va, mais pour la grammaire, ça coince souvent.

    55
    appel anti nuisible Profil de appel anti nuisible
    Vendredi 27 Janvier 2012 à 13:49

    merci de votre aide .je vais me servir du correcteur pour répondre aux e.mail sur orange .

    faire des fautes d'ortographe est mal vécu meme pour celui qui les fait .désolé 

     

    56
    Vendredi 27 Janvier 2012 à 13:53

    Tout le monde fait des erreurs ! Quand on les comprend, on ne répète pas la faute ! :) 

    Moi, je me suis améliorée rien qu'en lisant de bons livres, et cela a beaucoup enrichie mon vocabulaire... :)

    57
    MarioB Profil de MarioB
    Vendredi 27 Janvier 2012 à 13:57

    Woutiou, vous dites ce qui me plaît beaucoup !

    58
    Vendredi 27 Janvier 2012 à 14:31

    Merci ! :) 

    59
    nicolem Profil de nicolem
    Vendredi 27 Janvier 2012 à 15:03

    Oui je trouve que c'est un sérieux handicap lorsque l'on ne maîtrise pas correctement le français, l'orthographe et la grammaire, mais à cause de cette fâcheuse habitude prise par beaucoup d'ado. et d'adultes à envoyer des textos codés qui fait que nous oublions peu à peu l'écriture  les beaux et bons mots de notre langue. Très peu de personnes lisent les anciens grands écrivains : V.Hugo, Guy de Maupassant, Honoré de Balzac et j'en oublie, leurs oeuvres sont prodigieuses - nous vivons une époque où l'on préfère la télévision, les jeux vidéo de toute sorte plutôt que lire - la lecture est source d'enrichissement intellectuel et culturel.

    Je me souviens d'une époque où, 5 fautes dans une dissertation étaient éliminatoires (les fautes d'accord et de grammaire : 2 points, orthographe : 1 point, les accents : 1/2 point...

    c'était un autre temps, une autre époque - amusez-vous à écouter les journalistes, ou lisez les journaux, je me demande par moment si ces gens-là ont fait hypokhâgne et la Khâgne.  

    60
    AnnQuark Profil de AnnQuark
    Lundi 13 Février 2012 à 15:25

    Oui, moi aussi, je me souviens de cette fameuse époque où le barême des fautes était progressif. Je ne suis pas d'accord cependant qu'il faille en revenir là : je pense, une fois encore, à mes élèves dyslexiques, qui, s'ils font trois à quatre fois moins de fautes qu'auparavant, ne s'en trouveraient pas moins le moral ruiné pour les zéros qui récompenseraient toujours leurs efforts. Les journalistes ne sont pas des khâgneux ! Ils font des écoles de journalisme, et quoi qu'il en soit, leur style a, depuis toujours, été crasseux sinon de fautes, ce qui apparaît relativement nouveau, du moins de clichés, d'expressions toutes faites et de calembours convenus, et cela depuis l'origine, à n'en pas douter, de leur profession. Vraiment, je pense qu'il n'y a pas de pire exemple de littérature que le journalisme professionnel, et comme vont les temps, je soutiens même qu'ils ne sont finalement que mauvais griots des pouvoirs en place.

    Pour ma part j'adore les jeux vidéo, j'adore lire aussi ainsi qu'écrire et dessiner, je ne crois donc pas que les premiers soient de nature méphitique, bien au contraire ; reste à en user avec mesure, ce qui s'applique parailleurs à presque toutes les activités humaines. Je ne suis pas tout à fait sûre pour finir que le niveau de langage ait baissé dans notre pays, je crois surtout qu'il a toujours été plus ou moins bas, lorsque je vois que la plupart des gens de ma génération et même au-delà ne savent pas même aligner deux phrases à l'écrit. Bien sûr, il faudrait trouver quelques études transversales sur les tranches d'âge et l'orthographe - ce que je m'empresse de chercher - mais rien ne me dit pour l'instant qu'il ne s'agisse pas en réalité d'une impression générée par le fait que grâce à internet, l'accès à l'écrit a au contraire explosé, ce qui permet à nombre de gens qui n'auraient jamais passé ailleurs de s'exprimer, quelques soient par ailleurs leurs qualités littéraires.

    61
    AnnQuark Profil de AnnQuark
    Lundi 13 Février 2012 à 15:45

    @ Mario B. :

    Non, je persiste ! Je n'ai jamais, au grand jamais entendu ce mot de traversier en France, et croyez moi ! J'y suis née et cela fait plus de 40 ans que j'y habite, je suis donc tout à fait certaine de mes assertions. Au Québec, je veux vous crois sans peine puisque vous y habitez, mais en France, dans quelle région votre éditrice a-t-elle donc entendu ce mot étrange, qui m'est par ailleurs parfaitement inconnu ? N'êtes-vous pas sûr qu'il s'agisse là d'un régionalisme propre à votre région, et qu'elle utilise elle-même car, connaissant son travail d'éditrice, elle sait sans doute qu'au Québec, personne ne dit ferry ? En tout cas, le mot est bel et bon, et même assez plaisant à l'oreille, mais je doute fort qu'il soit compréhensible en France.

    Quoi qu'il en soit, voici un petit lien vers un dictionnaire qui prouve que ce mot nous vient d'Amérique, et est parfaitement inconnu en France, du moins dans l'acception que vous lui donnez :

    http://www.cnrtl.fr/definition/traversier

    Je le répète ! Le québécois, ce n'est plus tout à fait du français, les deux langues ont évolué à part. D'ailleurs, j'ai encore vu un film de par chez vous dont seules certaines parties étaient sous-titrées (les parties vraisemblablement les plus patoisantes, mêlées d'argot inconnu chez nous et d'anglicismes que nous n'utilisons pas ici non plus), mais j'avoue que celles qui étaient censées être en français ont été un peu difficiles à suivre, étant donné la tournure particulière de certaines expressions et surtout l'accent des locuteurs. Un film assez génial, au demeurant, intitulé J'ai tué ma mère, de Denys Arcand, inspiré des films de Truffaut. Mais je suis hors sujet. Ah ! oui, et les tramways commencent à être assez courants en France, il y en a maintenant dans pas mal de grandes villes.

    62
    MarioB Profil de MarioB
    Lundi 13 Février 2012 à 17:17

    Traversier, pour désigner ce moyen de transport, apparaît dans mon dictionnaire Robert, On cite "Le traversier de Lévis, reliant cette ville à Québec."


     


    Trouvé trois romans portant le titre "Le traversier" et un disque : "La demoiselle du traversier." Point de régionalisme, donc.


     


    J'ignore d'où vient l'éditrice. Quand je présentais mon roman dans les salons du livre, je motivais la page couverture en informant le public qu'il s'agissait du traversier de Trois-Rivières. Personne n'a sourcillé "Ferry ?"


    Enfin, j'ai déniché une Société des traversiers du Québec, à l'adresse suivante :


     


    http://www.traversiers.gouv.qc.ca/fr/


    Le seul ferry que je connaisse est le Ferry Cross The Mersey, de Gerry & The Pacemakers, ce qui ne me rajeunit pas !

    63
    Neko-elfie Profil de Neko-elfie
    Mardi 14 Février 2012 à 09:32

    Je comprends et je respecte ton opinion Lónannuniel, mais je ne la partage pas. Pour ce qui concerne le milieu journalistique, j'y touche de près, mon actuel emploi alimentaire me conduisant à rédiger des articles régionnaux en tant que correspondante de presse locale pour un hebdomadaire. Certes, en ce qui me concerne on peut le dire, je n'ai pas fais Khâgne-Hypokhâgne et j'assume la pauvreté de mes études -même si je la regrette âprement. Je ne défends pas pour autant les trop nombreuses feuilles de choux qui nous passent entre les mains, dont le fond comme la forme me semblent au reste de plus en plus discutables. Mais ce phénomène de "chute" se retrouve dans de nombreux autres milieux. On attend pas de journalistes qu'ils sachent construire un article soigné et sans fautes, mais s'ils étaient les seuls dont on néglige la qualité de travail... Cela illustre bien la mentalité actuelle du "c'est pas grave".

    Ce que tu dis concernant les enfants dyslexiques est intéressant car on trouve dans ton discours la césure entre deux problèmes: la difficulté d'apprentissage d'une part, et sa répercussion sur le mental et le moral de la personne concernée d'autre part. Eh bien je ne pense pas qu'il faille négliger un point pour en avantager un autre, mais je reconnais que cela entraînerait une très vaste entreprise. Et il y a aussi un débat sur l'équité qui s'ouvre alors: si l'on accepte une marge d'indulgence pour encourager des élèves en difficulté mais doués, est-on en droit d'attendre l'excellence de la part des autres ? Le problème, c'est que toute difficultés d'apprentissage  mises de côté, les attentes actuelles en matière d'enseignement dégringolent, et pas simplement au niveau du Français. Mais là encore, c'est un autre débat.

    Concernant la baisse de niveau, je maintiens ma position, même si je dois admettre avec humilité qu'étant plus jeune, mon échelle d'expérience est plus réduite que la tienne. Cependant, même à mon échelle justement, je remarque qu'il y a des pertes... Pour citer un exemple un peu personnel, j'avais un compagnon qui a fini ingénieur, Bac +5 et qui était très loin d'être idiot ou ignorant, mais qui, lorsqu'il m'entendait parler au début de notre relation m'interrompait fréquemment pour me faire définir un mot sur vingt que j'employais. Mon langage n'a pourtant rien d'extraordinaire, il est assez étoffé tout au plus. Cela n'avait assez choqué sachant qu'il était dans les premiers de sa promotion avec une bonne moyenne de français et nous avions le même âge. J'ai honte de l'admettre, j'ai adapté mon langage pour lui, oubliant les mots sortant un peu de la soupe ordinaire de monsieur-tout-le-monde. Certes, il s'agit d'un cas isolé, mais je le trouve révélateur. Peut-être que l'appauvrissement de notre langue n'est pas très éloquent, mais je le crois réel. Et inéluctable voyant le chemin que prend l'éducation actuelle.

    Oh, je ne blâme pas les enseignants, j'en connais trop de toute génération pour ne pas avoir pour eux un certain respect et souvent beaucoup de compassion selon les cas. Et pour avoir refait le monde avec beaucoup d'entre eux, je sais la question assez ancienne. Je crois -c'est un avis personnel- qu'une partie de cette équation de perte de savoir passe en partie par le fait que beaucoup d'enseignants aujourd'hui reçoivent un condensé de ce que l'école Normale dispensait avant, que les bases et le système d'apprentissage/enseignement a changé, et pas nécessairement pour une formule plus accessible... Oui, terrain glissant, je sais, mais j'ai engagé mon avis, je vais au bout. Oh, je ne dis pas les enseignants modernes moins cultivés que les anciens, mais je pense qu'ils ne sont pas préparés et armés pour faire face aux actuels problèmes que rencontre l'Education... Sans évoquer la question disciplinaire hors débat, il s'agirait plutôt de méthodologie selon moi... Mais j'avance avec précaution: j'observe ce milieu depuis l'extérieur et redoute de m'en faire mauvais juge.

    64
    AnnQuark Profil de AnnQuark
    Mardi 14 Février 2012 à 11:48

    @ Mario B. :

    Je le répète, et soyez-en certain, il n'y a pas de traversier en France ! L'édition de votre Robert doit être québécoise, sans doute aucun. D'ailleurs, je sors aussi mon Robert, et je souligne que l'acception du mot traversier que vous donnez existe bel et bien, mais qu'elle est précédée, en italiques, du mot "Canada". Si ce n'est pas un régionalisme, que je sois crucifiée par les dieux de la sainte Grammaire ! Et je vous le répète : je suis née en France, j'y vis depuis plus de 40 ans, et jamais, au grand jamais, je n'ai entendu ce mot étrange. Tous les Français, mis à part ceux qui sont allés au Québec, vous diront la même chose que moi, je n'en suis même pas sûre ni persuadée, je le sais. Iriez-vous jusqu'à nier l'expérience linguistique de 60 millions de locuteurs ? Allons donc, ce n'est pas très sérieux. Quant à votre public, il est normal qu'il n'est point sourcillé : il s'agit d'un festival québécois, tout de même, qui n'a donc pour la plupart pas vraiment une expérience quotidienne de la variété de français qui est parlée en France, tout comme nous n'avons pour majeure partie une pratique courante de la variété qui est utilisée chez vous. Nous nous rejoignons sans doute sur l'écrit, pour finir, mais il y subsiste à ce que je vois avec cette discussion autour du ferry de France ("ferry" en romain car je suis une locutrice française) et du traversier du Québec (en italique car pour moi en tant que locutrice française il s'agit d'un mot étranger) quelque subtile différence linguistique qu'il ne s'agit pas de nier. Soyez au contraire content que nos deux versions du français soient différentes, car c'est de la diversité que naît la richesse. Et pour conclure, je me refuse à tout jamais de remplacer mon ferry par votre traversier, tout comme vous refuseriez bien évidemment de remplacer votre traversier par mon ferry.

    Bon, je change de sujet : je ne suis pas enseignante à la base, j'assure des cours de soutien scolaire en attendant de trouver un boulot qui corresponde à mon doctorat - diplôme hélas mal considéré en France par les temps qui courent ; je connais donc mal ce milieu et même la formation que les enseignants du primaire et du secondaire reçoivent, sinon qu'ils passent, il me semble, par l'IUFM, désormais, et non plus par l'École Normale (mais peut-être que je me trompe). Ce que j'ai dit à propos des élèves dyslexiques ne saurait donc avoir de portée générale, puisque cela ne concerne en tout et pour tout que mon expérience personnelle. Ne connaissant personnellement que peu d'enseignants de lycée (quatre pour être précise), je ne puis juger du degré d'aptitude de l'ensemble des représentants de la profession.

    Quant aux pertes évoquées, oui, je l'ai remarqué aussi, et d'ailleurs les performances rédactionnelles des étudiants en général sont une abomination, même dans les filières longues (doctorat par exemple), et il ne faut pas se faire d'illusions, même après, il y a comme un problème : il m'est arrivé de lire des articles, écrits par des chercheurs, éminemment intéressants pour ce qui est du fond, mais pour ce qui est de la forme... Mais question : ce phénomène est-il nouveau ? N'est-ce pas une impression induite par le fait que de plus en plus d'éditions universitaires se passent du travail essentiel des correcteurs, en raison de l'inintérêt total de notre cher gouvernement quant à la question de la recherche fondamentale ? Quant aux faibles capacités rédactionnelles de beaucoup d'étudiants, je me pose cette question : leur nombre a très fortement augmenté ces dernières décennies ; ne serait-ce pas un effet dû au fait que plus il y a de gens dans un espace humain, plus il y a aussi de gens dont les capacités sont autour de la moyenne ? Et donc, la moyenne des gens ayant de faibles capacités rédactionnelles, pourquoi en serait-il autrement des étudiants ?

    Mais évidemment, je dis tout cela pour évoquer des pistes rassurantes, parce que j'ai envie qu'il en soit ainsi ; cela dit, il ne faut pas se leurrer sur le fait que les enseignements, ce qui n'arrange pas les choses, surtout en primaire et en secondaire (mais l'enseignement supérieur commence lui aussi à battre de l'aile en raison des dernières réformes), tendent, depuis des années, à être nivelés par le bas par un ministère qui pense compétitivité et rentabilité et cherche à former des consommateurs plutôt que des citoyens. Il y réussit bien ! Voyez d'ailleurs ce billet d'une rare bêtise :

    http://www.lapeniche.net/actualite/index.php/post/2011/02/15/Faut-il-exploser-les-expos%C3%A9s

    L'élève ou l'étudiant d'aujourd'hui rêve d'aller en cours comme il va au supermarché : si l'emballage est clinquant, il achète, quand ça ne lui sert plus, il jette, et si ça ne rentre pas dans les critères de la consommation, il n'en veut pas. Mirificence de la société de consommation que tout cela, majesté et poésie de l'esprit capitaliste, où l'objet et par conséquent son déchet prend le pas sur le désir.

    Quant aux journalistes, je ne modifierai pas mon avis dessus, et à moins d'une réforme en profondeur de la déontologie de la profession, je continuerai à les qualifier de propagandistes, mis à part, évidemment, quelques uns (principalement dans la presse indépendante), tout comme la majorité des êtres humains sont de mauvais écrivains, mais pas tous.

    65
    Mardi 14 Février 2012 à 13:00

    Bonjour à tous, 

    Alors, traversier... Mon Robert à moi dit : II n.m. Au Québec Bac (pour remplacer l'anglic. ferry-boat).
    De fait, ce terme, qui pour moi est indubitablement français, n'est pas employé en France dans cette acception. Ce qui ne lui enlève rien, et il est tout à fait naturel que depuis le passage de Champlain en Nouvelle-France voilà un peu plus de quatre siècles, la langue usitée dans nos deux pays ait évolué différemment. Il me semble néanmoins difficile d'en faire un régionalisme. Le Québec n'est pas une région de France, que je sache, et je ne vois pas pourquoi l'une de ces deux langues aurait préséance sur l'autre. Ferry n'est pas un régionalisme non plus. En d'autres termes, pourquoi l'évolution différentielle serait-elle plus valable sur le vieux continent que sur le nouveau ? L'anglais britannique est-il plus valable que l'américain ? Et réciproquement ? A noter aussi que lors de mon séjour au Québec voilà 15 ans, je n'ai eu aucune difficulté pour comprendre mes interlocuteurs, ni pour m'en faire comprendre.

    Pour ce qui est des marqueurs de la dégradation de la langue, je conçois tout à fait qu'il manque d'études d'envergure disposant du recul nécessaire pour en juger. Chacun ne peut voir la chose que par le petit bout de sa lorgnette personnelle. La mienne passe depuis 20 ans par la correction de copies d'étudiants vétérinaires : paquets de 120 à 140 copies à raison de 5-6 pages par copie (je ne suis pas enseignante non plus, mais des vacations sont toujours possibles). La population globale d'étudiants vétérinaires est numériquement stable (numerus clausus), les critères de recrutement n'ont guère varié non plus si j'en juge par les sujets de concours. On peut donc considérer que cette population constitue un échantillon statistique convenable, pour elle-même certes, mais surtout dans la durée. Et j'ai noté en vingt ans deux tendances lourdes : une amélioration globale du graphisme et de la présentation du travail (à mettre en relation avec le passage du sex-ratio de 50-50 à 20-80 en faveur des filles dans les promos durant cette période ?), et une dégradation notable de l'orthographe (je laisse de côté l'appauvrissement du vocabulaire et du style), mais également, et c'est plus inquiétant sur le plan de la mentalité, de l'orthographe des termes techniques... que ces jeunes gens sont quand même censés acquérir pendant leurs études (pas la faute aux anciens acquis, ça). 

    Pour en revenir aux scripteurs de la Toile, je trouve épatant que chacun puisse s'exprimer librement. Mais sans défendre un quelconque élitisme de l'écrit, tout droit, comme celui de s'exprimer, me semble s'accompagner d'un devoir, celui de s'appliquer à le faire correctement au moins dans sa forme primaire (et je ne parle toujours pas du style). Droit et devoir, un sujet de réflexion qui n'engage pas que l'orthographe à l'époque actuelle, ce me semble. 

    Belle journée, avec ou sans neige.

    66
    AnnQuark Profil de AnnQuark
    Mardi 14 Février 2012 à 14:35

    Y a-t-il un linguiste dans la salle pour nous éclairer sur le sens de "régionalisme" ? Ou bien le Québec n'est-il pas une région du monde ? Que l'on m'éclaire ! Le mot "ferry" ne peut-il vraiment pas être vu comme un régionalisme particulier à la France par les Québécois ? De plus, je ne parle pas de préseance de l'une ou l'autre variété de français sur l'autre ou l'une, je ne vois pas du tout quels arguments, dans mon propos, iraient dans ce sens. Et d'abord, le français en tant qu'entité linguistique homogène n'existe pas, sauf dans les manuels de grammaire, à savoir, si ma mémoire est bonne, depuis le XVIIe siècle.

    Eh bien sinon oui, je l'avoue, c'est peut-être un grand dommage, mais j'ai un grand mal à comprendre l'accent québécois sans sous-titres, c'est ainsi.

    67
    MarioB Profil de MarioB
    Mardi 14 Février 2012 à 15:45

    Lonannuniel : Je n'essaie pas de vous convaincre d'utiliser le mot traversier ; j'apportais des informations sur ce mot, tout simplement.

    68
    Mardi 14 Février 2012 à 16:15

    Bonjour à tous les deux, 

    Le propos qui va dans ce sens dans votre texte, Lónannuniel, est le fait de mettre traversier en italiques en expliquant bien que pour vous en tant que locutrice française, il s'agit d'un mot étranger. Vous établissez donc de facto une sorte de classification qualitative de la langue (la forme valable et l'autre), car même s'il est classique en France de contredire les instances "supérieures" de la langue (i.e. ces messieurs-dames de l'Académie Française), ce terme figure dans les dictionnaires de la langue française. Traversier n'est pas plus étranger que ferry, qui ne l'est plus.

    Par ailleurs, la question de la préséance ne visait pas que vous, mais on pourrait en débattre longtemps. Mario B. a tendance à considérer que parce qu'il est francisé, le terme blogue, par exemple, est plus convenable en français que blog. Autant je peux comprendre qu'on réagisse un peu vivement à l'usage de dog and cat sur un blog en français, autant la condamnation de blog me semble aller trop loin.
    Enfin, la définition de "régionalisme" étant terriblement imprécise, il me semble bien imprudent de m'aventurer plus loin sur ce terrain (d'autant que j'ai déjà été bien imprudente...!) Il faudrait définir un référentiel précis et commun, de manière à tous parler de la même chose. Par exemple, pour moi, "peuchère !" est un régionalisme. Mais je ne prétends pas avoir raison.
    Maintenant, en tant qu'utilisatrice de la langue française, en général et en particulier, et dans toutes les variétés que j'en connais, je ne démordrai pas de la nécessité d'y faire attention. 
    Bien cordialement. 

    69
    Pipiou Profil de Pipiou
    Mardi 14 Février 2012 à 17:18

    Coucou,
    Et flute traversière, ça marche ?

    70
    Mardi 14 Février 2012 à 17:27

    Oui, pour adoucir les mœurs. Mieux que la rue pareillement qualifiée, qui peut être sombre et dangereuse...
    Merci Pipiou pour cette relativisation en musique... 

    71
    MarioB Profil de MarioB
    Mardi 14 Février 2012 à 21:40

    Régionalisme québécoise : Prendre une brosse. En France : Prendre une cuite. Il y a une quinzaine d'années, me voilà en compagnie de deux copines de l'université et nous croisons un ami du Sénégal. Nous : "Puis, Serge ? Content de la fin de session ? Vas-tu fêter ça ?"  Serge : "Oh oui ! Ce soir, je passe la brosse!"  Il s'éloigne, nous sourcillons, pensant tous en même temps : "Passer la brosse? Qu'est-ce qu'il veut dire ?" Jusqu'à ce que Nicole ait l'éclair linguistique voulu : "Il voulait dire prendre une brosse, je crois!"


    La passer, la prendre, le résultat était le même : à la fin de la soirée, Serge était cuit.

    72
    AnnQuark Profil de AnnQuark
    Mercredi 15 Février 2012 à 16:07

    Non, je n'établis vraiment pas de classification qualitative entre le français du Québec et celui de France, il s'agit là d'un biais d'interprétation. Et soyez honnête, avouez que vous ne connaissiez pas plus que moi, Thordruna, ce terme avant de l'avoir cherché dans le dictionnaire - à moins que vous aussi ne veniez du Québec ou que vous travailliez dans la marine, auquel cas je m'incline. En fait, je dois dire que le débat sur le traversier (que je m'acharne à écrire en italique, au risque de m'attirer les foudres typographiques de la BnF, car dans son acception québécoise, il n'est pas usité par deçà, point, barre, et ses autres acceptions sont des termes spécialisés, sauf le sens de barque, qui n'est plus employé chez nous depuis belle lurette), bref, le débat sur le traversier ne me passionne guère ; c'était juste une façon de dire que tout de même, mon vocabulaire n'est pas aussi pauvre que je ne sache comment s'expriment mes compatriotes. Ça me rappelle une Américaine qui me soutenait que le juron "mince" était bien plus grossier que le mot de Cambronne, sous prétexte qu'elle parlait couramment français et qu'elle avait des ancêtres français (bon, elle avait 15 ans et moi 12, vous imaginez le niveau de la conversation d'alors) - quelqu'un avait dû lui jouer un tour linguistique.

    Pourquoi dis-je tout cela et m'acharné-je ? Car si certes, comme le disait Prévert en substance, la parole reste et les écrits s'envolent, voilà ce que vous dites, par exemple, Mario Bergeron, dans un post précédent :

    "Trouvé trois romans portant le titre "Le traversier" et un disque : "La demoiselle du traversier." Point de régionalisme, donc."

    "J'ignore d'où vient l'éditrice. Quand je présentais mon roman dans les salons du livre, je motivais la page couverture en informant le public qu'il s'agissait du traversier de Trois-Rivières. Personne n'a sourcillé "Ferry ?"

    Constatations : Sandra Lecouteur, chanteuse du disque en question, est par hasard québécoise. Quant aux romans, je n'ai même pas envie de perdre mon temps à vérifier. Pour ce qui est du reste, la photo d'un ferry associé à traversier est suffisamment éloquente pour que même des Français comprennent de quoi il s'agit, ou du moins à peu près, et se disent : "Tiens, c'est ainsi que l'on dit au Québec", car personne n'ignore chez nous que nous avons quelques mots et expressions qui diffèrent des vôtres... pourvu même que cela se passât bien de mon côté de l'Atlantique.

    Conclusion : merci de vous renseigner sur le niveau de langage des gens avant de tenter de les faire tourner en bourrique, sans compter que j'ai fait tout autant d'années d'études que vous, et que j'écris depuis plus de vingt-trois ans. Pour finir, c'est vrai, la propension de certaines personnes à vouloir tout franciser absolument m'énerve profondément, mais que voulez-vous, je suis française, et l'on a eu, il y a quelques années, un ministre de la Culture (seul ministère, en passant, de ce genre après Hitler et Staline, chapeau bas pour la République) qui s'appelait Jacques Toubon, et qui avait voulu faire passer une loi contre les méchants anglicismes qui envahissent la belle langue de Molière et soi-disant l'étouffent et l'apauvrissent... une vraie Jeanne d'Arc idiomatique, qui avait écopé d'un surnom marrant, à l'époque : Jack Allgood. Le Conseil constitutionnel avait alors très fortement censuré sa loi, trouvant qu'elle nuisait à la liberté d'expression. Comme quoi, en guise de boutade, traversier ne remplacera pas de si tôt "ferry" chez nous, vraiment, aucun risque, quelque soit le dommage musical que l'on y trouve.

    Cela dit, sans rancune, mais je me permets simplement d'ajouter que, pour moi, la discussion sur ce point est close, revenons-en donc à l'orthographe, sachant que je suis tout aussi coupable que vous, par ailleurs, de ce hors-sujet, puisque, je l'accorde, c'est bien moi qui ai commencé à chipoter sur la question.

    73
    AnnQuark Profil de AnnQuark
    Mercredi 15 Février 2012 à 16:14

    Au fait, cet article sur la baisse du niveau de l'orthographe m'a l'air fort intéressant : qu'en pensez-vous ? Je n'ai pas encore vérifié les sources ni rien, mais je m'empresse de le lire :

    http://sophie-gourion.suite101.fr/baisse-du-niveau-scolaire--mythe-ou-realite-a14184

    74
    AnnQuark Profil de AnnQuark
    Mercredi 15 Février 2012 à 16:34

    Un autre point de vue sur la baisse du niveau scolaire qui expliquerait bien des phénomènes, à mon avis, notamment l'impression que le nombre de gens qui n'arrivent pas à aligner deux mots à l'écrit dans leur langue maternelle augmente :

    http://www.rue89.com/2010/01/08/le-niveau-scolaire-ne-baisse-pas-mais-les-inegalites-se-creusent-132741

    75
    Pipiou Profil de Pipiou
    Mercredi 15 Février 2012 à 16:51

    Coucou,
    J'ai trouvé : vous traversiez (quand le preux chevalier est arrivé) : j'ai bon là ?
    Pardonnez-moi, j'ai pas pu m'empêcher

    Effectivement, le niveau scolaire c'est un autre débat... encore plus vaste !

    76
    appel anti nuisible Profil de appel anti nuisible
    Mercredi 15 Février 2012 à 17:35

    gg

    77
    Mercredi 15 Février 2012 à 18:52

    Bonjour à tous,

    Pour en finir avec traversier, il me semble que je l'avais lu dans un bouquin - mais du diable si je me rappelle lequel - dont l'action se situait près du St Laurent (ben, forcément...). Et je suis tout à fait d'accord, le terme n'est jamais employé en France dans cette acception (mais ça, je l'ai déjà écrit).

    Le premier article que vous citez est intéressant en ce sens qu'il prend parfaitement en compte dans sa première partie ce qui me semble le plus important, les critères d'évaluation (Ô référentiels !). Il me paraît en effet anti-scientifique de balancer "le niveau baisse" sans plus de développement. Si on prend le critère orthographe, il baisse, le papier en convient explicitement. Si on prend le critère géométrie, ou biologie, le niveau augmente. Forcément, le temps n'étant pas extensible, il a fallu faire des choix dans la répartition du temps dévolu à chaque discipline, et des coupes sombres pour certaines (j'ai déjà écrit plus haut (post 22) que je ne comprenais pas comment on pouvait se recentrer sur les fondamentaux en enseignant les périphériques -sans aucun péjoration dans ce terme- dans une semaine à horaires réduits). Mais lorsque je navigue, la première chose qui me saute aux yeux, c'est qu'en orthographe, ça pèche. C'est sur cette constatation qu'était basé mon plaidoyer de départ.  Même s'il est logique (normal / inévitable ?) que ça pèche vu le contexte, la chose me gêne quand même. Je ne m'adressais pas spécifiquement aux plus jeunes.
    Le point 2 me laisse plus dubitative, mais il est possible que statistiquement, lorsque le niveau moyen monte, le niveau des meilleurs monte aussi. Reste à savoir si c'est vraiment le cas. J'aurais fortement apprécié que la journaliste expose un peu les résultats des PISA depuis 2000. J'ai essayé de faire une synthèse, mais je n'arrive pas à trouver tous les rapports, et les résultats auxquels j'ai eu accès ont tendance à montrer que la moyenne française stagne en réalité autour de la valeur moyenne des pays étudiés, voire, selon un autre journaliste, lequel n'est pas beaucoup plus précis dans son argumentation, décroît un peu. Maintenant, les critères sur lesquels PISA travaille sont aussi contestables que les autres (article), mais il n'y a pas tellement de sources alternatives en la matière. 
    Le point 3, par contre, est sans appel, toujours selon les résultats de PISA (2009, et celui-à, je l'ai lu quand il est sorti) : l'ascenseur social scolaire français est en panne. 

    En résumé, le niveau d'orthographe baisse pour permettre aux niveaux des autres disciplines de monter. C'est dire si la langue française est difficile. C'est sûr, les finlandais gagnent du temps sur l'étude de leur langue, qui s'écrit comme elle se prononce et réciproquement, rendant la dictée parfaitement inutile...

    Je lirai le second papier plus tard, pour l'heure, je suis de corvée de pluche de pommes de terre...

    Bonne soirée

    Edit : Je n'ai pas bien compris votre intervention, frédéric17.

     

    78
    AnnQuark Profil de AnnQuark
    Mercredi 15 Février 2012 à 21:53

    "Gg", ça veut dire good game, c'est du vocabulaire de joueur de jeu de rôle en ligne (flûte, je me suis trahie moi-même), ça veut dire "bien joué". Hé, hé ! oui, "vous traversiez", bonne répartie !

    Moi aussi, j'ai effectivement cette impression, me baladant sur le net, que le niveau orthographique et grammatical a baissé. Quant à la qualité des articles que je cite, cela vaut ce que ça vaut, ce ne sont pas des spécialistes qui écrivent, mais je n'ai pas eu le temps de chercher quoi que ce soit d'autre. Venant de rentrer, je m'empresse de lire les liens que vous citez. Bonne soirée à tous aussi.

    79
    Mercredi 15 Février 2012 à 22:02

    OK pour gg (pardon Mario), je ne pratique pas les jeux en ligne comme WOW, seulement sur table et sur mon ordi toute seule. J'ai d'ailleurs une partie de heroes IV en route (coucou Pipiou !), alors je remets les exercices de réflexion sérieuse à demain. Procrastinons, il en restera toujours quelque chose... ou rien.
    Cordialement. 

    Edit : vous n'êtes pour rien dans la qualité des articles que vous trouvez, mais on peut reparler des journalistes, si vous voulez... Non, je plaisante...

    80
    AnnQuark Profil de AnnQuark
    Mercredi 15 Février 2012 à 23:17

    Bonne idée ! Je vais moi-même essayer de terminer Land of Lore (ça date, ça, oh là là), vu que même Morrowind ne tourne pas sur mon PC.

    81
    Neko-elfie Profil de Neko-elfie
    Vendredi 17 Février 2012 à 09:17

    Heroes IV! Morrowind! Mais y a de bonnes références là dedans! :p (la geek refait surface derrière la militante)

    Pour revenir au débat, les deux articles de Lónannuniel mettent en avant plusieurs choses dont une que je trouve très intéressante car je l'ai connue de près: le schisme des niveaux.

    Pour détailler cette idée plus clairement, précisément sur le français d'ailleurs, j'ai fais parti d'une génération-charnière en matière d'éducation car je crois qu'aujourd'hui dans ce domaine, nous avons prit un nouveau tournant qui échappe à toute réforme mais c'est un peu hors contexte. Pour expliquer ma pensée, je dois parler de la violence à l'école. A l'époque de ma scolarité, il fallait s'aligner sur tout le monde, qu'on ai ou pas un problème: les traine-patte, ça redouble, les rapides, ça saute une classe, tout le monde au même niveau et pas une tête qui dépasse. Je me suis retrouvée à doubler une classe simplement parce que j'avais des difficultés -lenteur lié à une maladie infantile- en dépit d'une réelle bonne volonté. S'est alors profilé un nouveau problème, à l'époque tabou: la violence scolaire. Pour la gringalette timide et incapable de se défendre, déphasée de la mode et du monde réel qui se tasse au fond de la classe, bref la petite oie blanche du coin autant dire que vous avez un panneau néon fluo qui braille "tapez moi dessus". Oui, le lien avec l'échec scolaire n'est peut-être pas une évidence mais pourtant, l'évolution des mentalités scolaires, que l'on soit dans les rangs des victimes ou celles des bourreaux contribuent certainement à changer la donne: les jeunes ne vont pas en cours pour apprendre et respecter un cadre précis: ils font prévaloir un rapport de force pour asseoir avant tout une position sociale. L'ordre des priorités a changé. Alors la violence chez les enfants ne date pas d'hier, on ne peut pas dire le contraire, mais il faut bien reconnaître que nos parents, et nos grands-parents n'auraient même pas osé envisager le dixième de ce que les jeunes actuels font.

    Cela ne concerne bien entendu que le simple circuit scolaire et n'explique pas toute les données du problème, mais je pense qu'il s'agit d'un facteur aggravant: pour l'enfant isolé socialement ou persécuté, travailler devient un calvaire. Pour ceux qui le tourmente, trouver une place dans la meute passe avant l'apprentissage.

    Autre dilemme: l'étendue des programmes. Si un peu de diversité a du bon pour la culture générale, à trop vouloir en faire, c'est plutôt évident que les enfants se disperçent... Je ne dis pas qu'il faille en revenir aux bases rigoureuses en faisant une coupe franche de tout le reste, mais l'ajout régulier de nouvelles matières aux programmes n'aide pas. Par exemple, on enseigne aujourd'hui l'anglais dans les petites classes. Si être bilingue aujourd'hui est un atout presque indispensable, les enfants même les plus travailleurs ont leurs limites d'apprentissage: Comment exiger d'eux qu'ils maîtrisent leur langue maternelle si avant qu'ils aient pu en apprendre toute les subtilités on essaie de leur en enseigner une autre? Personnellement, je trouve cette idée absurde, du moins avant l'entrée au collège. Vouloir contribuer à l'éveil spirituel d'un enfant est une bonne chose, mais le trop est l'ennemi du bien. Au lieu d'approfondir les bases, aujourd'hui la politique d'éducation veut un survol de l'ensemble des programmes. Et pour ceux qui avancent trop vite ou trop lentement, pas de demi-mesure: il faut suivre un point c'est tout.

    Je ne prétends pas détenir la vérité, mais je pense qu'il n'y a pas qu'une évolution du circuit pédagogique derrière ce phénomène de baisse, selon moi il y a également une évolution sociale et morale: pour l'enfant, même pour les adultes, le soin porté à une langue aussi difficile que la notre est devenu globalement optionnel.

    Pour citer un exemple, ma soeur aînée gère une assotiation de garde d'enfants et est chargé du recrutement du personnel et de la gestion. Elle m'a montré un CV et une lettre de motivation d'une des candidates au poste d'assistante maternelle criblées de fautes en tout genre à titre d'exemple, toute celles qu'elle a reçu étant du même bois. Peut-être que cette profession ne requiert pas un grand niveau de français, mais tout de même...L'impression qui ressort, c'est que le cas échéant, tant que l'on est comprit c'est le principal...

    Une pensée terrifiante...

     

     

     

    82
    Vendredi 17 Février 2012 à 12:23

    Bonjour, 

    Comme Lonannuniel nous a demandé notre avis, je donne encore le mien. 

    J'ai donc lu le second papier. La réforme Haby (dite du collège unique) part d'une idée généreuse : donner théoriquement à tous la même éducation par l'application stricte de cet article de la déclaration des droits de l'homme et du citoyen :"Tous les hommes naissent et demeurent libres et égaux en droits". C'est très bien. Sauf que égaux en droits est quelquefois pris pour égaux en moyens (quels que soient ces moyens), cf infra. Ont donc été supprimées les classes de niveau, les filières courtes de pré-orientation, etc, qui utilisaient une sélection frisant la ségrégation, inadmissible au regard d'"égalité". Dans le collège unique, on a alors pu observer tout de suite deux phénomènes, et étant entrée en sixième peu après l'application de la loi, je m'en rappelle bien. Le premier est la restauration quasi-instantanée dans les faits des filières d'excellence. Tout le monde connaît les classes "allemand-latin", qui dans mon lycée formaient par la suite la majeure partie des troupes des term C, considérées, à tort ou à raison, comme l'aristocratie lycéenne (dans ce même lycée, il y avait deux term D à 30/classe et 2 term C à 18. Un signal fort quant aux choix directoriaux...). Le second phénomène a été constitué du duo : décrochage des plus faibles - ralentissement des plus forts. D'où ce qui a été appelé le "nivellement par le bas", et qui à mon avis n'est que relatif, les plus forts trouvant de toute manière ailleurs qu'à l'école de quoi se remplir le cerveau. Puisqu'ils en ont les moyens (intellectuels et/ou socio-économiques) Quant aux plus faibles, ils sont de toutes façons plombés par le système et s'énervent, essayant pour certains d'assurer leur suprématie d'une autre manière (voir le post de Neko-Elfie). Ma filleule a changé de collège à la rentrée 2011, pour aller en 3ème dans le privé, pour une raison très choquante pour moi : certains, et pas parmi les meilleurs éléments, avaient décidé d'empêcher les autres de travailler. Comme ça, en bande, de manière concertée et délibérée, en tapant sur les "bons" à la récré, en organisant des chahuts pendant les cours, en détruisant les cahiers... Ils ont réussi à établir leur loi. Zone sensible ? Vittel, pas vraiment une ZEP...

    L'article fait d'ailleurs ressortir qu'au collège, il est déjà trop tard. Je suis assez d'accord avec ça. Sauf que je ne suis pas certaine que le fichage des gamins en maternelle soit d'une extrême utilité s'il n'est pas utilisé pour une remédiation des problèmes, ce qui nécessite des moyens, et pas seulement sur le plan scolaire. Je ne vois absolument pas comment on peut aider et éveiller à l'école les quelques enfants qui ont déjà des difficultés à 4 ans quand on doit gérer en même temps une classe de 32 bambins n'ayant évidemment pas atteint l'âge de raison. Et même en amont, n'est-il pas légitime de se demander si la Finlande (encore elle !) ne caracole pas en tête du classement PISA en partie parce que le niveau socio-économique de sa population est assez homogène. Les écarts de salaire dans une même entreprise vont rarement jusqu'à un facteur 5, en France, c'est couramment facteur 7. Ça a l'air peu comme différence, c'est considérable en termes de conséquences. Dans le même ordre d'idée de la recherche des "facteurs de réussite des autres et pas nous", les bons résultats de la Corée du Sud ne sont-ils pas dus en partie à l'organisation quasi-militaire des études, dès le début ? Avec probablement de la casse quant aux possibilités d'épanouissement des individus... Je n'ai pas de remède miracle à proposer, mais le constat de l'article n'est pas dénué de bons sens : en continuant de la sorte, le système ne fait qu'amplifier les inégalités qui existent au départ, sans les atténuer, ce qui était pourtant le projet initial de la réforme Haby, même si une grosse partie du ventre de la courbe de Gauss "répartition des élèves en fonction de leur niveau" y trouve son compte. Et comme les inégalités sociales se creusent... On peut bien toujours dire qu'elles ne sont pas le seul facteur d'échec, elles me semblent quand même se tailler la part du lion dans les constats statistiques d'intégration aux grandes écoles ou d'accès aux études supérieures à la fac, et de plus en plus.

    Est-il de plus impératif d'avoir 80% d'une classe d'âge au bac, sachant qu'on manque d'ouvriers et d'artisans qualifiés dans de nombreux secteurs et qu'il faut bien constater que certains sont faits pour les études et que d'autres ont des aptitudes différentes, ce qui ne veut pas dire moins intéressantes ? N'est-il pas un rien snob de considérer que l'apprentissage est une voie de garage et que les études supérieures sont des plus désirables ? Soutenir une thèse de troisième cycle ne garantit en rien de trouver un boulot par la suite, même si c'est intellectuellement très satisfaisant.

    En bref, on peut s'interroger sur la légitimité de traiter avec égalité "en droit" une population qui ne bénéficie pas d'une égalité "en moyens" au départ. Ne serait-il pas préférable de privilégier le qualitatif adapté, et la perception que chacun peut avoir de ce qu'il reçoit : donner à chacun ce qu'il peut assimiler, arrêter d'empiler des connaissances pour tous, puisque pour certains, ça déborde et ne sert à rien, gênant l'essentiel, et traiter en réalité chacun avec plus d'équité ? C'est toute la différence entre dogmatisme et pragmatisme. Mais j'ai bien conscience de prendre le risque de me faire qualifier d'affreuse bourgeoise élitiste prônant le retour aux classes de niveaux, même si j'essaie seulement d'avoir une vision plus réaliste que théorique de la question. Et j'assume. Planter des gamins parce qu'on les traite avec égalité, est-ce juste ? Il ne s'agit pas de refuser la connaissance à certains, mais de leur assurer les bases en priorité. L'orthographe fait-elle partie de ces bases ? J'ai la faiblesse de penser que oui.

    C'était les quelques réflexions suscitées chez moi par la lecture de cet article. Vous êtes cordialement invités à ne pas être d'accord.

    Enfin, pour Neko-Elfie, afin qu'elle ne voit pas tout trop en noir quand même, quelques citations qui ne datent pas d'hier :
    «Cette jeunesse est pourrie depuis le fond du cœur. Les jeunes gens sont malfaisants et paresseux. Ils ne seront jamais comme la jeunesse d’autrefois. Ceux d’aujourd’hui ne seront pas capables de maintenir notre culture.» Babylone, 3000 av JC.
    «Notre monde a atteint un stade critique. Les enfants n’écoutent plus leurs parents. La fin du monde ne peut pas être très loin.» Egypte, 2000 av JC.
    «Je n’ai plus aucun espoir pour l’avenir de notre pays si la jeunesse d’aujourd’hui prend le commandement demain, parce que cette jeunesse est insupportable, sans retenue, simplement terrible.» Hésiode, 720 av JC. Source
    Bon, toutes ces civilisations ont fini par disparaître, c'est vrai. Mais je ne crois pas que ce soit seulement à cause de ça. Et ce n'est pas une raison pour baisser les bras.

    @+

    83
    Pipiou Profil de Pipiou
    Samedi 18 Février 2012 à 08:34

    Bonjour bonjour,
    la lecure fait partie de l'apprentissage de la bonne orthographe, ça tombe bien ;-)
    La violence à l'école, c'est un autre débat, je n'y reviens pas.
    Et pour faire court, le problème récurrent aujourd'hui (valable dans tout un tas de domaines d'ailleurs) est que l'on privilégie le particularisme à la généralité, et c'est là que le bât blesse.
    "Avant" (privilège de l'ancienneté qui permet d'utiliser ce mot ;-) il y avait un moteur qui entrainait les foules. Certes, d'aucuns peinaient un peu mais au moins, la confrontation au problème les obligeait à faire des choix.
    "Aujourd'hui" (privilège de l'ancienneté qui permet de comparer ;-) il n'y a plus de réel moteur global, parce que l'évolution est individuelle et qu'elle est sujette aux modes, ô combien "tendances" !
    Mode de la lecture globale, mode des langues étrangères, mode de l'informatique, mode du portable, autant de modes qui ont fait disparaitre... les bases utiles.
    Tout n'est pas nul bien sûr, mais un recentrage serait utile. Il ne suffit pas d'empiler des parpaings pour avoir un mur, il faut du ciment pour les rendre solides : c'est ce ciment que l'on a oublié au fil du temps, laissant le mur bien fragile...
    Bien sûr un parpaing peut être un cas particulier, mais le mur ne sera solide que si le cas particulier est joint aux autres : il est inclus au milieu des autres, c'est ça qui le fait tenir et c'est ça qui fait la solidité du mur.

    Pardon pour cette image un peu brute mais à mon avis, c'est le manque d'objectivité globale et l'abandon des intérêts collectifs qui permettent à l'orthographe (entre autres) de se perdre dans les méandres de l'évolution. Vous avez dit "évolution" ? Pas sûr !

    84
    Lundi 27 Février 2012 à 19:54

    il é vré ke l'aurtograffe dé jeune come moi se degrade vrément,et j'é konstaté un (bon,j'arette)  paradoxe extrémement  bizzare sur certains sites : des jeunes ecrivent d'énormes romans de 1000 et 1 pages,mais bourrés de fautes  ado - minables!!!


    "Moi et le jeune Grimlain avont avons été envoyer envoyés par les doyens de notre clan "


    "il connais nos coutume, alors on l'a garder,"


    " le bourgmestre avait recruter"


    " on est tomber"


    et il a un bon ortographe!!!


     


    pour les fans de warhammer,des hauts elfes,et qui aiment les forums-rpg,mon blog-ville  Tor Achare!


    http://torachare.eklablog.com et il y a un bon aurteaugraffe!! je vous jure!!

    85
    Lundi 27 Février 2012 à 20:22

    Ô descendant des Vanyar, ton blog est protégé par un mot de passe ! (et orthographe est une fille...)
    Mais tu as de saines réactions. 

    @+ 

    86
    Mercredi 7 Mars 2012 à 13:02

    Le pire du vu : le sa, possessif confondu avec ça démonstratif, ou encore on voient, à la place d'on voit, etc, etc, c'est à mourir de honte !

    Mais quand tu le signales, hum, ça fait " instit " ! et les gens sont vexés...

    Après tout lorsqu'on met du texte sur internet, c'est à la responsabilité de chacun, moi les blogs bourrés de fautes je zappe illico ! c'est totalement décridibilisant

    Adulte ou enfant, chacun est apte à s'instruire, même en autodidacte ! si on a pas de bibliothèque personnelle, on peut aller à la bibbliothèque municipale , rien n'empêche ...

    Et se prétendre " auteur " ou " poéte " lorsque le texte est bourré de fautes d'orthographe et de syntaxe, ouais ...

    Et voir se répandre ces " choses " sur toute la toile ! pauvre français...qu'a t-on fait de toi ?

    87
    selena1gomez128
    Lundi 19 Mars 2012 à 14:54

    bonjour,vous avez resond de defendre la langue francaise!!je suis avec vous

    88
    selena1gomez128
    Lundi 19 Mars 2012 à 14:56

    j'ai que 9ans mais meme ma prof dit qu'il faut ecrire bourré de faute dans les textos car sa gaspie - dunité

    89
    Neko-elfie Profil de Neko-elfie
    Lundi 19 Mars 2012 à 16:27

    Juste pour le constat, parce que c'est intéressant: Eden, au sujet de la partie de ton message caricaturé en phonétique; j'ai mis deux fois plus de temps à la lire qu'à lire le reste du message. Et j'ai remarqué en discutant avec un autre groupe de ce même débat et en rédigeant une phrase en phonèmes que c'était également bien plus long à écrire quand on a pas l'habitude! Comme quoi, le gain de temps me semble une excuse très relative au massacre de la langue. C'est dommage quand les gens (jeunes ou moins jeunes) se donnent la peine de faire un travail d'écriture, pour un roman ou pour un avis, mais font un effort réel qu'ils gâchent par une invasion de fautes... En général, je ne dépasse pas les deux premières lignes avec un sentiment mi-coupable de ne pas surmonter la répulsion d'un travail de déchiffrage, mi-agacé de cette profusion de fautes.

    Mais plutôt que de condamner simplement un effet, peut-être faudrait-il réellement en cerner les causes pour éviter que le phénomène ne perdure...

    J'aime bien ton avis Pipiou et je trouve la métaphore assez pertinente. Je suis également assez d'accord avec la conclusion, mais la question à se poser dans ce cas n'est plus le "pourquoi" mais le "comment aboutir à une solidarisation de ce fameux mur?" Il est vrai que l'on peut imputer beaucoup du relâchement général au monde d'aujourd'hui, et accepter cela comme un état de fait relève du fatalisme, mais pour les militants et autre défenseur de causes perdues, que faire? Car il y a quelque chose à tenter à grande échelle, mais quoi et par où commencer?

    Je aussi suis très étonnée et un peu triste de lire le témoignage de Selena que son professeur encourage au SMS dans un soucis d'économie de crédit téléphonique. L'acquisition d'une langue ne se monaye pas à l'aune d'un commerce, quel qu'il soit (en l'occurence, la téléphonie). Donc, Selena, je n'ai pas de leçons à donner sur l'usage d'un téléphone portable, chacun en fait l'usage qu'il veut, mais si tu utilises le langage SMS pour communiquer, cela doit rester pour le seul usage du portable. Cela fait très "donneuse de leçon" quand même, ou peut paraître logique (au choix), mais les gens à qui tu écris auront toujours beaucoup plus de plaisir à te lire et se sentiront plus à l'aise lorsque tu t'adresseras à eux en toute lettres et avec un minimum de fautes, car cela montrera que tu prends le temps d'écrire pour être comprise. Le SMS a essentiellement un usage d'économie d'argent et de temps, mais on ne dit pas les mêmes choses et on ne les dit pas de la même manière dans un texto ou dans un mail, une lettre ou un texte. Savoir écrire est un bagage que l'on utilise toute sa vie, et -je vais me sentir vieille en disant cela- quand j'ai commencé à travailler, les lettres de motivation pour postuler à un emploi devaient être impeccables et sans faute aucune!

    Tu as neuf ans et visiblement tu t'affirme assez pour entrer dans le débat, c'est très bien! Je ne peux que t'encourager à continuer !

     

    90
    Pipiou Profil de Pipiou
    Mardi 20 Mars 2012 à 09:35

    Bonjour,
    "Comme quoi, le gain de temps me semble une excuse très relative au massacre de la langue"
    Tout est dit : c'est un gain de temps pour celui qui écrit, pas pour celui qui lit !
    L'argument de la prof est complètement nul !! Le meilleur moyen d'éviter de gaspiller des unités, c'est de ne pas utiliser son portable !
    Autrement dit, les nouvelles technologies, jouant sur la facilité de la communication permettent... de se la jouer perso !! Sauf que "perso" et "communication" ne vont pas super bien ensemble... Alors on privilégie le "perso", parce que ça va plus vite !  

    91
    Mardi 20 Mars 2012 à 11:45

    Ah ! ces sms, quelle angoisse, je mets parfois quelques minutes avant de " déchiffrer " ce nouveau langage...

    En fait le plus grave c'est de penser ( presque universellement ) que ça va remplacer la langue traditionnelle, et ces teen's qui aborderont un jour le monde du travail, enverront-ils leurs cv " codés " en sms ?

    C'est tellement délirant, que ça peut faire rire ! mais plutôt jaune .

    Le massacre de notre belle langue...est en marche !

    92
    Samedi 7 Avril 2012 à 09:59

    bonjour,


    Je suis très choquée par certains textes dans le forum, non seulement truffés de fautes (ce qui les rend incompréhensibles) mais aussi d'insultes grossières envers les gentils contributeurs : il n'y a donc pas de modérateur dans ce forum ?


    Certes, c'est une question de politesse et de savoir vivre basique. Mais tant pis pour les coupables qui s'excluent d'eux même !


    Parfois je me demande s'ils ne font pas exprès d'écrire ainsi : serait-ce un code secret genre nouveau Verlan ?


    Pourtant, il n'est rien de plus facile que de vérifier ses textes en les tapant WORD, qui a un correcteur automatique intégré, puis ensuite de faire un copier-coller dans l'éditeur !


    Bonne journée.

    93
    Samedi 7 Avril 2012 à 10:28

    Bonjour Coqueluche,

    Tout à fait d'accord. A noter que 200 info, si c'est de lui que vous parliez, s'est fait remonter les bretelles par Stéphanie -prière de ne plus poster sur le forum-. D'un autre côté, lui (ou elle), heureusement qu'il est illisible, vu l'intérêt de ce qu'il écrit. 

    Cordialement.

    94
    Samedi 7 Avril 2012 à 14:22

    Pour les textes dans le forum, 200 info en a écrit un totalement incompréhensible ! dans dysfonctionnements

    Mais bon on passe, zappe, totalement incompréhensible, sûrement totalement inintéressant.

    95
    Dimanche 29 Avril 2012 à 19:42

    La langue évolue par l'usage que ses utilisateurs en font.

    Nous vivons à une époque où, paradoxalement, il n'y a jamais eu autant de lecteurs. Internet a fait exploser le nombre de personnes qui "lisent du texte écrit" chaque jour.

    Je rêve parfois du jour où le World Wide Web Consortium nous concoctera l'interface Internet à orthographe correcte obligatoire: c'est bien écrit ou ce n'est pas publié.

    La question de l'orthographe serait alors réglée en quelques semaines !

    Bon, alé, jarètte de révé.

    96
    Lundi 30 Avril 2012 à 19:38

    C'est vrai qu'il ne faut pas rêver, malheureusement, ce genre d'interfaces n'existera jamais ! C'est dommage, parce que bon, écrire en langage abrégé, je trouve que ça neccesite un plus grand effort que d'écrire correctement, ou du moins, de tenter d'ecrire correctement. Puis le but d'internet c'est aussi de faire circuler des informations, donc le but est d'être lu... Ce qui ne sera sûrement pas le cas si le message, aussi interessant soit-il, est écrit en langage SMS. 
    Personnellement, je suis admine sur un (très) petit forum : les fautes d'orthographe sont assez tolérées (même si les modérateurs et moi reprenons parfois les membres en les incitant à utiliser au moins le correcteur automatique de WORD ou le correcteur intégré de Chrome ou Firefox, et sur mes blogs j'utilise celui d'ekla, c'est bien plus rapide au moment de la relecture en plus). Bref. Nous avons une sanction spéciale langage SMS dans notre réglement ! Mes amies de la "vraie vie" on trouvé cela stupide mais je n'avais vraiment pas envie d'avoir des messages écrits en sms ou des trùùcks écr[ii]ts c0oOme s@.

    Bon courage à tous et à toutes o/ Vous verrez, nous sommes dans le juste, nous vaincrons ! (et pardon pour les fautes éventuelles, mais promis, je me soigne). 

    97
    Neko-elfie Profil de Neko-elfie
    Mardi 1er Mai 2012 à 08:35

     

     

    La nouvelle qui a fait exploser mon désespoir et ma colère aura été récemment la remise sur le tapis d'une réforme pour simplifier l'orthographe...

    ...

     Que dire d'une décision aussi affligeante? Bien sûr, notre langue reste une des plus difficiles à apprendre en Europe à cause de ses règles compliquées et de ses très nombreuses et tortueuses exceptions ... Mais tout de même. C'est un patrimoine, celui de nos parents, celui de grands écrivains que l'on parle de brader aux enchères de l'ignorance!

     Comble de l'histoire qui laisse comme un arrière-goût amer dans la bouche: cette réforme aurait moins l'aspect civique "d'aider" les français en difficulté et les étrangers qui tentent d'apprendre qu'une bête histoire de coût financier. Quand je lis sur le sujet "Le coût d’apprentissage de l’orthographe française, en temps et en efforts, est en effet très élevé, pour des résultats médiocres : en conséquence, le maintien en l’état de la norme rend la maîtrise de la langue écrite inaccessible à beaucoup d’utilisateurs, francophones ou étrangers". j'ai des envies de claques qui se perdent!

    Réformer l'orthographe parce qu'il n'est plus maîtrisé reviendrait à mettre un emplâtre sur une jambe de bois! Avant de chercher à cacher la misère derrière une réforme pour simplifier une langue millénaire (qui n'a au reste pas besoin de cela pour évoluer toute seule, s'enrichir et s'appauvrir selon les cycles et les périodes) il faudrait chercher POURQUOI les gens ne la maîtrisent plus. La perte de connaissance ne se cantonne pas à la langue, c'est une décadence généralisée. On délaye les programmes éducatifs en les enrichissant de nouvelles matières certes fort intéressantes pour la culture de nos jeunes pupilles, mais on en oublie qu'en quittant le cycle de la primaire, ceux-ci devraient être capables de savoir user couramment du français à tout les temps, en lecture comme en écriture, connaître additions, soustraction, multiplications et divisions. Cela vous semble normal? Eh bien ça ne l'est plus, du moins pour ce que j'ai pu observer au cours de (trop) nombreuses heures de soutien scolaire. Voir des enfants de CM1 chercher "au petit bonheur" la terminaison d'un mot parce qu'ils ne savaient même pas que celui-ci était soumis à une règle... 

    C'est le système éducatif qui est en cause selon moi, car il y a même trente ans, le taux d'échec scolaire n'était pas si élevé, les enfants faisaient des fautes dans des marges de tolérance qui rendaient leurs balbutiements plus "mignons" qu'affolants et apprenaient à se corriger.

    Aujourd'hui, devant la généralisation de l'ignorance, la réponse la plus intelligente de l’État est... la baisse du niveau.

     On appelle ça le nivellement par le bas.

     

    98
    MarioB Profil de MarioB
    Mardi 1er Mai 2012 à 08:48

    Pourquoi les gens ne maîtrisent plus le français ? Parce qu'ils ne font pas d'effort, non ?

    99
    Mardi 1er Mai 2012 à 20:09

    @Neko-elfe:

    Il y a autre chose.

    De nos jours, les enfants et adolescents sont bombardés d'information, d'écrans, de communications instantanées, de SMS, de jeux vidéo.

    Ils reçoivent et renvoient un flot ininterrompu de texte dans un zapping éperdu.

    Ils ne savent pas gérer ce tsunami (normal, mettons-nous à leur place), et personne, dans les générations antérieures, n'avait eu à le gérer.

    Nous sommes dans une situation jamais vue dans l'histoire, où des milliards d'individus se retrouvent addicts, le cerveau sous le contrôle d'une puissance qui les dépasse.

    C'est un grave problème. "Se concentrer", "se focaliser" deviennent des notions quasi-abstraites.

    Alors l'orthographe, la grammaire, leurs subtilités, la beauté de la langue, le plaisir d'apprendre, tout ceci passe à côté. Sans même un regard.

    L'école n'en est pas responsable, mais a la responsabilité de trouver une réponse.

    Sinon ? Eh bien sinon la langue évoluera, changera, s'appauvrira. 

    Historiquement, ce n'est pas le peuple ni l'Etat qui a modifié l'orthographe dans les siècles passés. Ce sont les EDITEURS, qui ont décidé d'apporter des changements subtils parce que d'après eux, la langue avait évolué.

    Or, de nos jours, les éditeurs sont en passe à leur tour d'être mis en danger par le phénomène de l'auto-édition électronique.

    Aujourd'hui, n'importe qui peut écrire un livre avec une faute à chaque mot et le publier sur la boutique Kindle d'Amazon. Sans comité de lecture, sans correcteurs, sans typographes. Sans rien.

    Là, il y a danger, parce qu'il y a transmission d'informations erronées.

    Et comment s'appelle ce qui nous est transmis et que nous transmettons à notre tour ?

    Cela s'appelle "La culture."

    Et lorsqu'une culture est ancrée, elle ne se laisse pas déraciner. La preuve, nous défendons ici ce qui nous a été transmis, notre culture.

    C'est donc à un choc frontal de cultures que nous allons assister. L'une d'elles va se faire manger. Laquelle ?

    100
    MarioB Profil de MarioB
    Mardi 1er Mai 2012 à 20:40

    Je ne crois pas que ce soient seulement les enfants et les adolescents qui ne savent pas écrire leur langue. De plus, je vais faire mon rabat-joie en ne cherchant pas d'excuses ni de justifications : les gens écrivent mal parce qu'ils ne font pas d'effort pour comprendre, apprendre.


    Au fait, "se retrouver addict" n'honore pas notre langue : être dépendant, ce n'est pas mieux ?

    101
    Mercredi 2 Mai 2012 à 04:33

    Le fait de ne pas faire d'efforts est certes une cause de la mauvaise orthographe, mais cette constatation ne réglera rien. 

    Si on comprend que c'est pour une grande partie la conséquence du bombardement d'informations que nous subisons depuis environ 20 ans et qui s'amplifie chaque jour, on peut réfléchir de manière positive aux manières d'essayer de prendre en compte le phénomène. Et éventuellement de trouver des solutions. Parce que c'est bien cela qui nous intéresse, non ?

    Quant au mot latin "ad-dicere" qui était une des manières de désigner les esclaves, il est à l'origine du mot "addicté" qui, au Moyen-Age, désignait en France les débiteurs à la merci de leurs créanciers.

    Le fait que ce mot latin ait fait un tour pendant quelques siècles chez les anglo-saxons pour revenir chez nous aujourd'hui ne me gêne pas: une langue est vivante et évolue par son usage.

    Les anglais nous ont bien emprunté "conter fleurette" qui est devenu chez eux "flirt" et qui nous est revenu ... Les seules langues qui n'évoluent pas sont les langues mortes.

    102
    Pipiou Profil de Pipiou
    Mercredi 2 Mai 2012 à 08:38

    Bonjour,
    hein ? quoi ? ENCORE une réforme de l'orthographe ? Espérons qu'elle ait les mêmes effets que la première : aucun, et c'est youpi !!!
    La culture, mot magique qui autorise tant le génie que l'incapacité, devient prétexte à n'importe quoi ! Pas jolie jolie la culture française...
    Et quand on a le malheur de dire que l'Education Nationale ne fait pas son boulot, on se fait taper dessus, alors évidemment, c'est sûr que c'est beaucoup plus rapide et sans douleur de niveler par le bas, la honte !!
    C'est marrant, sur certains points, on est fier de faire le constat que "le monde a changé et il faut s'adapter" alors que sur d'autres points "on refuse de s'adapter aux changements du monde"...
    Ne vous battez pas pour "addict", si y'avait que ça en jeu, ce serait cool, mais là, c'est toute la langue française qui est remise en cause, à commencer par les conjugaisons de être et avoir. Mais je crains qu'être français et avoir raison se conjuguent de moins en moins...


     

    103
    Mercredi 2 Mai 2012 à 10:22

    Hello !

    mais pourquoi tant de chagrin ? moi je suis plutôt optimiste car il y a eu un gigantesque progrès social depuis un siècle : tout le monde lire et écrire aujourd'hui ! N'oubliez pas que c'était réservé autrefois à une élite riche et oisive ... et que certains régionalistes veulent encore revenir au patois local.

    Quand à la différence de niveau culturel, elle existera toujours et c'est normal : si tout le monde était écrivain et à l'Académie Française, il n'y aurait pas de maçon et de plombier ou de cuisinier (etc.) et on serait bien mal...

    En ce qui concerne la jeunesse ado, je la trouve très créative et putôt bien moins godiche qu'il y a 50 ans ... époque où tout le monde n'allait pas au lycée (le collège n'existait pas encore, je vous le rappelle)

    Bonne journée !

    Grand Mamie

    104
    Mercredi 2 Mai 2012 à 11:18

    @Pipiou:

    On peut passer son temps à se lamenter en disant que les français deviennent tous analphabêtes et que l'école ne fait pas son boulot.

    On peut aborder les choses d'une manière un peu plus constructive en se disant:

    -Quelles sont les CAUSES du phénomène ?

    -Quels sont les REMEDES à apporter ?

    Les remèdes ne consistent pas à dire "allez, tout le monde, au boulot", parce que tout le monde est déjà au boulot.

    Depuis 20 ans, notre monde subit des bouleversements gigantesques. Et le plus important d'entre eux est le tsunami d'informations mal gérées. 

    Un enfant de 12 ans de 2012 reçoit plus dinformations en UNE journée que son arrière grand-père pendant toute sa vie !

    Il est amusant de constater que les "ignares" d'aujourd'hui écrivent infiniment plus que leurs parents au même âge. ils n'écrivent pas sur les mêmes supports et pour les mêmes raisons, mais ils communiquent par écrit. Avec des fautes et suivant un langage phonétique que les "anciens" ne comprennent pas. Mais ils communiquent. Et l'écrit sert avant tout à communiquer.

    Comme pour tous les tsunamis, il ya a le moment de la vague, et il y a l'après. En ce moment, nous nous prenons la vague. Lorsque nous serons capable de comprendre ce qui se passe, nous pourrons agir en conséquence. 

    105
    Mercredi 2 Mai 2012 à 11:59

    Et j'ajoute que le phénomène n'est pas franco-français, mais mondial.

    Il y a quelques semaines, je dialoguais en anglais par messagerie instantanée avec un indien de Calcutta.

    Il écrivait ... en langage SMS anglais 

    106
    Pipiou Profil de Pipiou
    Mercredi 2 Mai 2012 à 12:41

    @ tilekol : tu as raison, le constructif c'est important et je ne le suis probablement pas été assez, sorry, mais résoudre ça en un post, j'aurais pas le temps ;-)
    Alors la communication oui, la mauvaise communication non. Sous prétexte qu'on communique plus, on devrait avoir la légitimité de communiquer mal ??? C'est à mon avis... une bien piètre excuse parce que pour moi, ça ne tient pas debout et honnêtement... j'vois pas le rapport.
    (ha mince, ça non plus, c'est pas super constructif ! )

    Tu vas me dire "pas communiquer mal, communiquer autrement" et tu as raison : téléphone, email (j'aime pas "courriel" !), sms sont à la page, c'est indéniable. Mais c'est pas pour ça que c'est bien. Quand on connait les subtilités du langage, les origines des mots ou le pourquoi du comment d'un accent circonflexe, c'est toute l'histoire du mot qui fait que le mot a une vie. Et enlever la vie au mot... ça risque d'être bien tristounet : les mots n'auront plus aucun sens véritable...

    C'est cette banalisation de l'histoire du mot, sous le prétexte d'une pseudo-culture, que je désapprouve. Après... l'information mal écrite est-elle source de culture ? (Vous avez 2h !)

    107
    Mercredi 2 Mai 2012 à 13:31

    @Pipiou: je te réponds, puis j'arrête là, parce que les débats, c'est pas mon truc, que je ne cherche pas à avoir raison à tout prix et que j'ai bien d'autres choses à faire.

    Je suis un amoureux de la langue française, un passionné de la belle écriture, vraiment, réellement, totalement. Je suis un lecteur-dévoreur, et rien ne me fait plus plaisir que de savourer lentement, pleinement, une page de Balzac, d'Hugo, de Proust. Ou de Pennac ou Barbery. 

    J'en suis amoureux, parce que j'en ai reçu la transmission. J'ai été modelé, construit avec cette langue. Et j'ai appris à en aimer les difficultés, les subtilités, la musique.

    Tu dis "sous prétexte qu'on communique plus, on devrait avoir la légitimité de communiquer mal ?"

    Imagine un joueur de tennis, qui soigne son geste et qui renvoie avec application les balles que lui envoie son entraîneur ou son partenaire. Ce joueur, c'est toi, c'est moi, ce sont les gens qui ont grandi "avant" le tsunami.

    Imagine maintenant un enfant de 10 ans, qui reçoit de la part d'un robot détraqué cinq, dix, quinze balles par seconde. A longueur de journée. Tu crois qu'il va apprendre à soigner son geste ? Il ne saura même pas la signification du mot "geste". Il se débrouillera comme il pourra. Les "anciens" trouveront qu'il joue comme un pied, mais ils ne verront pas les balles.

    Internet dans sa version grand public n'a même pas vingt ans. Google en a tout juste quinze, et Facebook cinq ou six. Pendant cette période, le nombre de chaînes de télévision a été multiplié par 200, ou beaucoup plus. Des écrans ont surgi de toutes parts, les sollicitations sont incessantes.

    C'est une situation nouvelle dans l'histoire de l'humanité, du jamais vu. De l'imprévu. Et les sociétés humaines mondiales commencent à peine à se rendre compte du problème gigantesque qui se pose.

    Des solutions seront peut-être trouvées. On a par exemple réussi à trouver la cause des crises d'épilepsie provoquées par les jeux vidéos et ce problème précis a été à peu près réglé. Pour le reste, cela se fera, progressivement, à condition qu'on cesse de se lamenter, qu'on réfléchisse et qu'on agisse.

    Il ne s'agit pas d'une "légitimité de communiquer mal". Il s'agit d'un constat. La communication n'est pas quelque chose de subjectif. Elle existe ou pas. Et en ce moment, elle existe sous certaines formes nouvelles et proliférantes.

    Idem pour la "pseudo-culture". il faut faire attention. Ce qui se transmet EST une culture.

    Si tu plantes des orties, tu cultives des orties.

    La transmission que reçoivent actuellement des milliards d'humains EST leur culture. Nous sommes désespérés de voir à quel point elle nous semble dégradée par rapport à celle que nous avons reçue, mais c'est comme ça. C'est une culture.

    Est-ce qu'on peut agir ?

    Oui.

    Un exemple: les gens "de ma génération" ont appris à écrire avec un porte-plume. Ca faisait des pâtés partout. Sauf si on tenait correctement l'objet. Et les gens savaient tenir correctement un stylo.

    Aujourd'hui, les stylos écrivent, quelle que soit la manière dont on les tient. Et la "nouvelle génération" tient son stylo de manière catastrophique. Eh bien figure-toi que, jusqu'à aujourd'hui, les profs ont eu beaucoup de mal à prendre en compte l'enseignement de l'écriture, parce ce rien n'existait pour les aider, parce que le problème n'avait pas été identifié.

    Par exemple, on peut tracer la lettre "a" en cursive de trois manières: soit en faisant un "c" et en ajoutant une "canne", soit en traçant un rond et en ajoutant une canne, soit en traçant un "a" de manière fluide d'un seul geste, en faisant un genre de "o" puis en redescendant. Tu ouvres trois manuels d'écriture différents, tu vois trois manières de faire. Et des milliers de français ont mal au dos parce qu'ils ont un mauvais geste pour écrire.

    Il a fallu attendre des personnalités comme par exemple Danièle Dumont pour que de véritables études soient menées sur le geste même de l'écriture, sur l'ergonomie, l'efficacité, la fluidité. Nous sommes en 2012... et les solutions commencent à être trouvées pour tenir correctement son stylo et tracer des lettres de manière logique. Il était temps ? Oui, il était temps. il a fallu du temps pour comprendre le phénomène, l'analyser et trouver des solutions.

    Concernant l'orthographe, je pense sincèrement que c'est par le logiciel que la solution viendra, si elle doit venir un jour.

    Je disais plus haut sur un ton amusé que le problème serait réglé le jour où un logiciel empêcherait de publier sur le web des phrases mal écrites. Mais c'est tout-à-fait possible, c'est une simple question de réactivité et de volonté de la part des fabricants de logiciels.

    Le jour où Facebook ou MSN proposeront cette option aux parents, ceux-ci pourront l'activer sur les ordinateurs de leurs enfants. Et qui dit que cela ne règlera pas le problème ?

    Mais pour l'instant, on n'y est pas, et le problème s'amplifie.

    Offrons-nous un petit voyage dans le temps et faisons un bond de vingt ans en avant. Nous saurons alors quelle culture aura pris le pas sur l'autre. Mais ne nous faisons pas trop d'illusion.

    108
    Pipiou Profil de Pipiou
    Mercredi 2 Mai 2012 à 16:25

    en tout cas, c'est super agréable à lire ;-)

    et vite fait idem pour raison de temps, je m'arrête sur "Si tu plantes des orties, tu cultives des orties" j'suis pas tout à fait d'accord : je peux planter des orties pour boucher un endroit ou faire rebrousser chemin à des animaux, autrement dit je peux planter des orties : c'est pas ça qui fait que je les cultive(avec ce que ça sous-entend d'attention) puisque l'année d'après je planterai des jonquilles !

    Ouaip, comme quoi c'est pas simple, mais merci pour ce joli commentaire ;-)

    109
    GAmaïté
    Dimanche 6 Mai 2012 à 17:46

    C'est vrai, ma souris a parfois ce genre de symptômes !

        Je lis beaucoup et cependant je fais des fautes . J'ai le bescherelle d'un côté, le dico en ligne de l'autre et j'essaie de bien écrire, mais il n'y a pas plus de cinq minutes j'ai eu un trou et mon titre de poème en a fait les frais : "Futé la mésange" !!! J'ai rectifié dans un sursaut de lucidité, mais oui je fais encore des fautes ... Ne confondons pas les gens qui écrivent style "textos", et ceux qui n'ont peut-être pas eu la chance de faire "des études" comme aurait dit mon grand-père . Pour en revenir à ma souris, elle se soigne et clique uniquement si c'est illisible ... Oui l'orthographe est important, mais la tolérance l'est bien plus à mes yeux . Salut à tous .  

    110
    Vendredi 1er Juin 2012 à 23:07

    C'est vrai que c'est fatiguant de lire des blogs et forums remplis de fautes! Les gens ne savent plus écrire, c'est une réalité, eh ben moi je dis : bravo les portables pour avoir tué en quelques années -grâce au SMS- notre orthographe et notre langue si distinguée des autres pays!

    111
    Neko-elfie Profil de Neko-elfie
    Samedi 2 Juin 2012 à 14:14

    Je rejoins GAmaÏté sur le sujet de la tolérance. Autant je me sens de faire la chasse à tout ceux qui favorisent le phonétique, autant je trouve qu'on peut avoir une certaine indulgence pour les petites fautes par ci par là de personnes qui soignent leurs textes. Pour en avoir retrouvé dans le dernier roman -au passage absolument passionnant- que j'ai lu, je tends à penser que si c'est là le seul tort de l'auteur -ou de la traductrice-, je leur pardonne bien volontiers.

    Akirou, je crois que le SMS a fait beaucoup de mal, c'est certain, mais il y a autre chose. Le langage SMS est un terrible facteur aggravant mais ce n'est pas le problème dans son ensemble. Le problème vient du système éducatif, et entre autre du statut des enfants dans notre monde moderne.

    (Ma maman s'occupe d'une garderie et a voulu sévir d'une punition écrite sur un affreux jojo dont elle ne pouvait rien faire. Réponse de l'enfant? "t'es pas ma mère, t'as pas le droit de me donner des ordres". En parlant de là, à quoi voulez-vous aboutir... Ma mère n'est pas née de la dernière pluie, mais habituée à une génération plus ancienne et plus auto-disciplinée, plus structurée, plus cadrée, elle n'arrive à rien et rend son tablier dès juillet.)

    Il y a d'autres vecteurs mais ceux-là me semblent importants.

    Il y a aussi le manque de compréhension. Il y a moins de deux jours, j'ai lu sur un forum que je fréquente une jeune femme d'une trentaine d'année qui écrivait "c'était un état de baie attitude". J'ai mis deux minutes à comprendre et dix secondes à fermer la bouche! Cette personne dont je lis régulièrement les topics en arrive même à écorcher son propre pseudo par flemme d'un "n" qu'elle oublie de doubler un coup sur deux...

    Alors que faire... Je pense que le mieux est de lutter chacun à son échelle, chacun à son rythme. Inutile de viser Polytechniques, mais autant être fier d'écrire clairement et d'apprendre.

    Car on ne cesse jamais d'apprendre. C'est un des charmes de la vie.

     

     

    112
    Samedi 2 Juin 2012 à 18:39

    C'est clair que les profs ils ne se remuent pas beaucoup le train pour que leurs élèves écrivent bien, d'ailleurs si ma mémoire est bonne, quand j'étais au lycée on m'autorisait à abréger, on m'y forçait un peu la main même. Puisque le prof parlait, qu'il n'écrivait rien et qu'il ne faisait aucun effort pour attendre les élèves. Enfin je dis "le", c'est général... Du coup on se retrouvait avec des cours qu'on ne comprenait pas, qu'on n'avait pas l'ambition d'apprendre, et au contrôle, zéro pointé, par contre le prof lui, est payé quand même que t'aies des bonnes notes ou pas, j'trouve ça scandaleux qu'on puisse autant n'en avoir rien à faire de son métier.

    M'enfin, moi, je sais pourquoi j'écris bien, que je m'applique et d'ailleurs j'ai la fâcheuse tendance à rejeter l'abrégé, je le trouve inutile et dégradant.

    113
    MarioB Profil de MarioB
    Samedi 2 Juin 2012 à 19:42

    Baie Attitude, c'est le nom d'un village, non ?


    Akikou : Plusieurs profs ne savent pas écrire. Un de mes emplois au doctorat à l'université consistait à souligner les fautes de français dans des travaux d'étudiants, et j'ai une fois croisé des travaux de gens en enseignement et il y avait beaucoup de fautes.

    114
    Dimanche 3 Juin 2012 à 12:14

    Oui, alors qu'il est tellement simple d'écrire normalement... Pour moi en tout cas... Car au début de quand je commençais à abréger, il m'a fallu réfléchir à comment on devait abréger... Et en fait j'ai vite arrêté car ça m'a très vite gonflé! Je ne comprenais rien de ce qu'on me disait, et je finissais par ne plus comprendre ce que je disais moi-même (sur les tchatbox). D'ailleurs je pense que si tout le monde prenait le temps (comme nous sur nos commentaires) et faisait l'effort d'écrire normalement partout, quoiqu'il advienne, (ordinateur, portable et feuille de papier,...) ils se rendraient vite compte qu'écrire normalement et sans fautes, en fait... ce n'est pas si compliqué, et que c'est bien mieux d'être "compris" plutôt que de forcer à comprendre!

    115
    Pipiou Profil de Pipiou
    Dimanche 3 Juin 2012 à 12:49

    Bien le bonjour,
    Thordruna, ton plaidoyer fait plaisir à voir : il se remplit de judicieuses remarques, tant rigolotes que déconcertantes (!) mais toutes animées par le seul plaisir de bien écrire : ça fait drôlement du bien, merci  !!!

    116
    Lundi 4 Juin 2012 à 18:33

    Bonsoir à tous, 

    En rédigeant ce texte, j'avais dans l'idée de pousser, posément et j'espère poliment, un coup de gueule. Parce que je tiens à ma langue (même si je ne sais pas toujours la tenir !). Et en effet, les réactions pour la plupart constructives qui ont suivi sont très encourageantes. Je n'en attendais pas tant...

    Cordialement.

    117
    Vendredi 22 Juin 2012 à 15:50

    Bonjour à tous et à toutes.

    Les fautes d'orthographe sont le reflet de ce qu'est la fénéantise de l'être humain. Un ou deux fautes, ce n'est pas grave, du temps que ce n'est pas fait exprès. Un dérapage de clavier, ce n'est pas non plus dramatique (le preuve : la première fois que j'ai voulu écriren "l'être humain" dans ce commentaire, j'ai écrit "l'âtre humain"...--') Mais le pire, c'est bien le language SMS ! Le language SMS, comme son nom l'indique, sert à écrire des SMS rapidement, pas à écrire un blog ! Un blog est fait pour être lu et apprécié. Or, la première chose que je fais lorsque je vois du language SMS, c'est de sortir vite de ce blog totalement illisible. Voilà tout ce que j'avais à dire.

    Mittiwii

    118
    Samedi 23 Juin 2012 à 14:20

    Bonjour,

    Eh bien je dois dire que ça me fait assez plaisir de lire tout ceci :3

    Je suis moi-même au collège mais je lis depuis que j'ai 6 ans des romans que je qualifierai "pour enfants" mais disons en plus... "façon du XIXème siècle" comme par exemple les romans de la Comtesse de Ségur, dont "Les Malheurs de Sophie" fait parti. En ce qui concerne les mmorpg, c'est clairement dangereux pour l'écriture. J'ai un jeune oncle de 17 ans qui vit chez moi et qui joue à ces jeux. Il passe des heures dessus et utilise ce language SMS que nous redoutons tous ici-même. Mais bon, heureusement pour lui, il a quand même un excellent orthographe mais étant donné qu'il a passé son année de 1ère à sécher les cours pour pouvoir jouer à ces jeux (il ne vivait pas encore chez moi à cette période là), le style de son écriture s'est clairement rabaissée à un piètre niveau et quand je lis ce qu'il écrit, c'est incompréhensible pour mes pauvres neurones, même si l'orthographe est bon (ou bonne? Je ne sais pas trop). Et quand je vois les commentaires sur son mur Facebook de ses amis qui jouent aussi à ces jeux, j'ai carrément mal à la tête à force de lire cet horriblissime language.

    Pour en revenir aux ? et ! en revanche, on m'a toujours appris à ne pas mettre d'espace entre les lettres et les ? ou ! donc je ne sais pas trop quoi dire à ce propos.

    Et pour les SMS, je dois avouer qu'à une certaine période, j'étais obligée d'écrire en language SMS pour ne pas dépasser le prix. Maintenant, j'ai les SMS illimités donc je peux écrire sans fautes. Et pour la question de la rapidité, cela ne m'a jamais posé de problème étant donné que j'écris assez vite, non seulement sur un clavier d'ordinateur mais aussi pour le portable.

    Bref, sur ce, je retourne à mes activités~

    Mayu-nyan~

    119
    Dimanche 24 Juin 2012 à 01:38

    Je signale, quand on ne lit pas, on ne peut maîtriser l'orthographe, ni la syntaxe, ni autre !

    Et quand j'écris " lire " ce sont de vrais ouvrages, pas des BD bourrées de fautes, ni des mangas ( gloup's )inutile de me traiter de " ringarde " :D

    Pandora.T

    120
    Neko-elfie Profil de Neko-elfie
    Dimanche 24 Juin 2012 à 07:57

    A contrario quand on lit beaucoup, on finit par faire la chasse aux fautes dans les différents ouvrages Pandora! (c'est dingue, je suis équipée d'un détecteur et ça va me pourrir un passage si je bute sur une faute >< (la maniaquerie connaît ses inconvénients)

    J'avoue que je suis assez d'accord: plus on lit plus on maîtrise la langue et quelque part c'est un phénomène normal puisqu'on l'alimente. C'est le principe de la voiture et du carburant: c'est très bien de passer le permis B mais ça ne sert strictement à rien si on ne met pas de carburant dans la voiture! Le problème est aussi sociétal je pense: aujourd'hui tout va vite: la télé va vite (tellement vite que même les dessins-animés de mes neveux me larguent, moi qui me souviens de Clémentine et des Cités d'Or), le langage va vite , les gens parlent de plus en plus, vite, marchent vite, c'est la course permanente pour vivre. Et lire, par excellence, cela demande de prendre le temps de se poser et de suivre le rythme de son esprit. Non, lire ne va pas vite etapprendre à lire correctement est un travail même LONG que beaucoup d'enfants modernes bâclent (comme d'autres choses d'ailleurs).Le problème, c'est que les bases ne s'inventent pas et qu'on en a besoin toute une vie. La solution n'est pas dans une réforme de l'orthographe pour abaisser le niveau à la fainéantise et à la négligence, mais je crois dans un changement de philosophie. Une philo où quitte à moins se disperser, on fasse pleinement ce que l'on entreprend, plutôt que d'ébaucher des dizaines de secteurs d'apprentissages sans les maîtriser, on en sélectionne un peu moins et on les connaisse! Eh oui, quelque part ce que je décris c'est l'école d'autrefois (que je n'ai d'ailleurs pas connu non plus!).

    Je pense qu'il faudrait équilibrer la rigueur pré 68 et notre ultralibéralisme actuel parce que je pense que l'absence de maîtrise de l'orthographe est le symptôme d'un état général lié aux mentalités et à leur évolution.

    La lecture est un incroyable domaine de liberté, bien plus grand que n'importe quel multimédia. A ce jour, je ne lui ai trouvé qu'un seul concurrent digne de ce nom: l'écriture.

     

    121
    MarioB Profil de MarioB
    Dimanche 24 Juin 2012 à 08:08

    La lecture et l'écriture existent depuis des siècles et des siècles ! Mieux que 60 ans de télé et 90 années de radio, non ?


    Pandora, il y a des BD particulièrement bien écrites, riches en vocabulaire. Achille Talon, pae exemple.

    122
    Pipiou Profil de Pipiou
    Lundi 25 Juin 2012 à 08:30

    Bonjour bonjour,
    je cautionne : la lecture, ça aide à découvrir plein de trucs. Tellement... que le détecteur de fautes se met en route automatiquement, ce qui permet en plus de se poser des questions... auxquelles on ne pensait pas ! (lol)
    Et fort à propos, la lecture prend du temps, ce qui, soyons honnête, n'est plus à l'ordre du jour de notre société. Tout est fait pour tout accélérer et pour tout faire "plus vite". Parfois c'est utile (de l'aspirateur robot aux commandes de chaussures sur le Net), parfois c'est inutile (des jeux où on est scotché pendant des plombes aux réseaux sociaux qui tuent le "vrai" relationnel.)
    Oui, un recentrage à la base (programmes scolaires) serait intéressant (notamment pour l'équipe de de France de football, mais c'est un autre débat ) pour revenir à des bases solides.
    Parce que quand y'a pas une bonne base, forcément, ça se casse la g..... !! Je me demande combien de générations vont se succéder avant que ce soit... compris ?

    123
    Lundi 25 Juin 2012 à 09:03

    Combien de générations ? Pipiou ? une multitude !

    Ca fait quelques décennies que ça dure, et rien ne va plus ...

    Trop de permissivité, trop de formatage chez les jeunes, trop de laxisme de la part des éducateurs ( parents en premier )

    Quant aux médias que nous utilisons pour notre plaisir et quelquefois notre travail, les jeunes se lâchent " à tous les niveaux " grâce à ces mêmes outils et font d'eux leur essentiel...

    Portable dès 8 ans, ordinateur dès 10 ans, souvent sans surveillance, les lectures sont virtuelles, et non sélectionnées par les enseignants ou parents, c'est dire si les jeunes se moquent des règles en général, et de toute forme d'autorité, ( frappent, insultent leurs profs ) usent de force et de ruse, pour obtenir ce qu'ils veulent, on est bien loin des enfants " innocents ", belle image d'Epinal .

    C'est consternant

    @Mario : je ne connais pas Achille Talon " je rate quelque chose " ?

    @Neko-elfie :

    Dès que je lis et même en pensant le radar anti fautes se met en route ... forme de pensée ou éducation orientée ?

    Pandora.T

    124
    Lundi 25 Juin 2012 à 17:54

    Personnellement, j'ai un portable que j'ai eu en 5ème (et j'ai sauté une classe donc c'était pour mes 12 ans), donc l'année dernière mais c'est parce que j'ai changé de collège et mon collège est désormais assez loin de chez moi. J'avoue que je passe beaucoup de temps dessus mais je m'abrutis pas pour autant ^^'

    125
    Neko-elfie Profil de Neko-elfie
    Mardi 26 Juin 2012 à 07:37

    En fait, le sujet du multimédia est nouveau. Je me sens vieille en disant cela, mais il y a trente ans, il n'y avait pas d'ordinateur. Il y a vingt ans, il n'y avait pas d'Internet... Il y a quinze ans, le portable ne pointait pas encore le bout de sa couverture réseau en France. Et on vivait parfaitement bien sans ! (Attention, je ne suis pas rétrograde, je condamne l'usage, pas l'outil.) J'ai connu à différent stade de ma vie ces trois révolutions (au sens littéral du mot) et je pense que nous sommes nombreux(es) dans ce cas sur ce débat...

    Peut-être est-ce de là aussi que vient notre nostalgie du "c'était mieux avant?"

    Objectivement, rien n'est réellement mauvais, ni l'informatique, ni le Net ni la téléphonie mobile, ce qui est mauvais n'est pas le produit, c'est l'usage qui en est fait. D'outils, ils deviennent une marque de fabrique, un cachet social, un média que l'on utilise non plus au besoin mais à l'envie. Il faut avoir un portable aujourd'hui, non pas par effet de mode mais simplement pour avoir un travail. (N'en ressentant pas le besoin, j'ai bien tenté de résister vaillamment mais même le Pôle pour l'Emploi en fait une nécessité)

    Je digresse un peu mais j'en reviens au sujet de fond: le monde, notre monde subit de très grands bouleversements sur des laps de temps relativement courts, bouleversements qui ne sont ni encadrés ni appréhendés comme ils le devraient et dont on n'a jamais vraiment préparé les impacts sur les dix ans à venir. On peut blamer les éducateurs, l'Education Nationale, les parents, il n'en demeure pas moins que dans les lacunes actuelles, il y a une part du jeu de l'apprenti sorcier. On lance des nouveautés majeures que l'on met en libre disposition, et on regarde ce que ça donne sans songer aux conséquences à moyen et long terme.

    Le résultat? On en revient à nos générations survoltées et pressées qui vivent au rythme des images. Un effet psychomoteur? Qui sait... Il y a de plus en plus d'enfants hyperactifs... Comment leur demander, dans le monde du zapping perpétuel de bien vouloir se poser et de daigner entreprendre un apprentissage long, fastidieux mais indispensable? L'apprentissage est après tout histoire de répétition, de bachotage... Cela implique d'y mettre le temps nécessaire et d'accepter de rabâcher!

    Prendre le temps de lire, prendre le temps même d'apprendre à lire est devenu obsolète dans les mentalités. Le nombre de Primaire qui me disent "de toute façon ça sert à rien" en parlant des bases du français a un aspect désespérant. Je crois que bien peu de générations d'enfants aiment l'école, mais les nouvelles en viennent à être carrément blasées et si à mon époque (la vieille refait surface!) même les cancres se mettaient un peu de plomb dans la cervelle, aujourd'hui les programmes allégés et les enfants-zappeurs font pour l'essentiel du survol...

    (et petite parenthèse en bordure de sujet:

    Le phénomène multimédia est aussi intéressant chez les tout-petits: je connais une famille qui n'a pas de télé (aro! cela est-il encore seulement possible? eh bien oui, il existe une minorité d'irréductibles qui luttent encore et toujours...), pas d'Internet à domicile par choix et bien entendu pas de portable. Les enfants de 5 et 6 ans, habitués à cette vie depuis toujours sont loin de s'en plaindre. Mais ce qui est frappant, c'est au niveau du dessin: quand je vois leurs dessins et que je les compare à d'autres oeuvres picturales d'enfants du même âge, ça n'a plus rien à voir! Les petits qui grandissent sans télévision ont développés, pris le soin du détail, la feuille est couverte et le résultat est très expressif. Ils font ce qu'ils font, ils ne sont pas "ailleurs". Dessins d'autres enfants, même âges même classes, familles différentes: le bonhomme est un monsieur patate avec des bâtons en guise de jambes et un corps à moitié colorié parce que l'auteur s'en est désintéressé et a jugé qu'il avait terminé... avant de prendre une autre feuille. Sujet très simple souvent repompé sur le copain d'à côté.)

    C'est effrayant. Nous construisons des zappeurs. Et le constater ne me rends pas optimiste sur la maîtrise de l'orthographe dans les années à venir...

     

     

    126
    MarioB Profil de MarioB
    Mardi 26 Juin 2012 à 07:47

    Prenez mon nom en note : je n'ai pas de téléviseur depuis 1998 et n'ai pas de branchement télé sur mon ordinateur. La plus belle décision de ma vie. Je n'ai pas de portable non plus. C'est rare que je réponds au téléphone à la maison, car il sonne toujours quand je mange, je lis ou j'écris.

    127
    Mercredi 27 Juin 2012 à 11:59

    Chez moi, nous avons la télévision mais l'antenne télé est cassée donc on ne peut pas regarder la télé. Mais quand j'étais en CE2, on a gagné la Wii à la tombola et il faut dire que ma mère a toujours été un peu accro aux jeux vidéos (même si elle est prof et qu'elle ne passe pas sa vie dessus) donc on l'a gardée et on a finalement acheté pas mal de jeux. Sinon, on regarde les DVD dessus mais bon, pas tellement. Par contre depuis que j'ai au moins 6 ans j'allais sur des sites de jeux et j'ai toujours été un peu geek mais bon, je pense que le fait de ne plus avoir la télévision est assez hum... "joueur" sur l'éducation des enfants.

    128
    Neko-elfie Profil de Neko-elfie
    Mercredi 27 Juin 2012 à 12:35

    Je crois que c'est la dose qui fait le poison Mayu-Nyah (après tout, je me revendique également comme geek, ce n'est pas pour tout diaboliser!) Les meilleures choses peuvent devenir dangereuses dans l'excès: si tu bois vingt litres d'eau tu peux en mourir!

    Le problème, (et c'est pour cela que dans mon post précédent je distingue outil et usage), ce ne sont pas les multimédias eux-même, mais ce que les gens en font. Si tu utilises la télévision de manière sélective et modérée, elle peut t'enrichir (arte et france 5 sont passionnantes entre autres, mais sur les autres chaînes une fois de temps en temps passe un bon programme). Les jeux ont valeur de détente avec modération. Le portable par contre est peut-être l'objet qu'on utilise le plus sans raison "valables". (Combien d'appels sur mobile sont réellement indispensables? Finalement c'est aussi une affaire d'organisation. J"avoue que je n'aime pas cette invention parce qu'à mes yeux elle ne représente pas une liberté mais au contraire, une chaîne. Un patron peut appeler à toute heure du jour et de la nuit.)

    On s'éloigne un peu du sujet initial, mais selon moi, le problème c'est l'orgie audiovisuelle dans laquelle baignent les nouvelles générations. La télé est la deuxième nounou mondiale, elle diffuse des modèles et des idées. Nous sommes les proies des images.

    Et pour établir un rapport direct avec le sujet de l'orthographe, la télévision est un média passif: elle ne demande pas de réflexion au contraire de l'usage d'un ordinateur (même si un usage excessif est tout aussi nocif). La passivité est d'une part du temps perdu mais aussi une invitation à la facilité: pourquoi se donner du mal à faire un effort quand on peut endormir tranquillement son esprit devant un flot d'images?

    Les dégâts à constater avec le net (notamment skype et msn) et le portable, se basent plus sur le vouloir "aller vite". Il y a ceux qui abrègent d'un côté avec des "Pk c pas bi1 d'écrir en SMS?" (paradoxalement long à écrire et à décrypter quand on est pas habitué, comme quoi...) et ceux... qui ne surveillent pas les règles. Un coup un met un "s" un coup on en met pas. à et a c'est prise de tête! un a c'est un a quoi... Etc. Ca commence par de petites flemmes et ça se termine en mauvaises habitudes. Bon, tout le monde n'a pas forcément ce raisonnement, mais il y a un sévère relâchement malgré tout...

    Les Forums de discussion en général sont de plus en plus minés de ce "mal écrire" à tel point que même sur des sujets un peu empruntés, trouver un message sans faute représent aujourd'hui une oasis dans le maëlstrom global (enfin selon moi). Pourquoi? Pour plusieurs raisons je présumesz, mais à chaque fois que je pose la question à quelqu'un qui écrit mal, la réponse tourne toujours autour du "c'est plus rapide" ou encore "je sais pas faire".

    L'effort minimum en somme...

    129
    Mercredi 27 Juin 2012 à 14:40

    Personnellement, sur msn, je ne parle pratiquement qu'avec une seule amie (enfin, ça dépend, mais dans tous mes amis sur msn, je ne parle qu'avec une demi-douzaine de personnes je pense) et on parle en anglais (pour le fun) :3 (mais je parle en anglais comme je parle en français, c'est-à-dire que j'utilise un language courant et quand je parle en anglais, je parle comme la plupart des jeunes, donc en ne prononçant pas tout le temps le "g" dans les mots se terminant par -ing, même si dans mes rédacs, je les écris.)

    130
    Jeudi 28 Juin 2012 à 12:21

    Même à moins que 20 litres ! avec 5 litres d'eau tu perds tous tes sels minéraux et tu meurs.

    J'ai portable, télé salon, télé chambre, mais je suis une adulte qui utilise ces machines " lorsqu'elle le veut " l'essentiel est de ne pas en faire une addiction, mais comme une ouverture sur le monde " à loisir " pas un fil à la patte...

    Moi les fils où que ce soit, ne me conviennent " jamais ".

    La vraie vie est à l'éxtérieur, pas derrière un écran.

    131
    Pipiou Profil de Pipiou
    Jeudi 28 Juin 2012 à 16:20

    Coucou,
    une idée par-ci, une idée par-là, des constats effrayants et des rebelles bien sympas (faut dire que j'en fais partie alors forcément... !
    Pareil pour moi ! (eûh non, pas comme Mario B ) de la technologie oui, de l'addiction à, non. Le problème générationnel est flagrant (les jeunes sont nés avec) et les anciens (pas toujours au courant ou trop "à fond dedans") n'ont pas vu ce qui allait arriver... et puis comme les enfants sont rois et qu'il ne faut pas les contrarier (sinon ça en fait des esprits vengeurs) forcément, ce qui devait arriver est arrivé ! (Zorro aussi, mais lui, il avait pas msn !)
    Bref, je prends plaisir à vous lire, alors on ne lâche pas !

    132
    Vendredi 6 Juillet 2012 à 16:02

    Bonjour,

    Au primaire, on nous apprend à écrire correctement, les mots en entier, faire des phrases compréhensibles, etc... Arrivée au collège : mais prenez donc des notes ! "Madame, madame, vous allez trop vite !" - "Tu n'as qu'à abrèger"... Abrèger, oui mais comment ? En utilisant le langage SMS ? 

    Dès le primaire on retrouve des gamins laisés, et déjà, il n'y a pas assez de monde derrière eux... Les profs ? Pas assez nombreux, chez nous, on était 35 par classe. Les parents ? Ils n'ont pas le temps. Et plus ils grandissent, moins il y a de monde derrière eux, puis ils baissent les bras, abandonnent...

    Alors non, je ne dis pas que c'est le cas de tous, certes, beaucoup ne font pas d'effort, mais sans aide, si on est pas capable d'aligner une phrase correcte en primaire, on ne le sera pas plus au lycée.

    Tout le monde ne reçoit pas la même éducation, j'ai eu la chance d'aller dans une bonne école, mais quand je vois des personne de mon entourage actuel, je me dis que beaucoup n'auront pas la même chance. Et il n'y a pas la même éducation suivant les milieu sociaux et ça c'est bien dommage. Ils ont commencé à mettre des vigiles dans les établissements jugés difficiles à la place de rajouter des postes d'enseignants, cherchez l'erreur ?

    Je ne jette la faute sur personne, mais des fois j'me dis que certaines fautes d'orthoraphe sont excusables... Et parfois NON ! 

    Bonne journée à tous !

    133
    Mercredi 18 Juillet 2012 à 14:54
    Enfin des personnes que j'arrive a lire parfois je me demande si les autres ne parlent pas une autre langue !
    Nos pauvres souris sont presque au bord de la mort . . .
    134
    Mercredi 18 Juillet 2012 à 16:23

    Ce qui a le don de m'énerver dans cette décennie et même plus, c'est le fait de " tout mettre " sur le dos des parents !

    Des mômes fainéants, des imbéciles, y'en a toujours eu , et il y en aura toujours !

    Non que ça m'enchante, mais certains sont destinés à des métiers manuels, d'autres à des métiers intellectuels, que tout le monde ait des droits, voilà qui est important, mais qu'on veuille " formater " tout le monde et faire croire que tous deviendront " des génies " ! de qui se moque t-on ?

    Nouveau truc : le môme qui suit pas, ou s'ennuie, c'est un surdoué ! mais oui et les fainéants, les incompétents, les étourdis, les petits esprits, y'en a plus alors ?

    Subitement grâce à l'opération internet, sms, et msn, ils sont tous surdoués !!!!

    Y'a des paires de baffe qui se perdent !

     

    :D

    Enseigner à ce monde " totalement impoli et menfoutiste " c'est désespérant, bravo aux enseigants, à leur dévouement malgré leurs conditions difficiles !

    135
    Mercredi 18 Juillet 2012 à 17:37

    Désolée mais l'éducation joue aussi un rôle important. Certains parents ne font aucun effort.

    Evidemment, qu'il y a toujours eu des fainéants mais, ça ne veut pas dire qu'ils ne travaillent pas, ou qu'ils ne font aucun effort. Peut-être sont-ils dépressifs? Mais ça, évidemment, les gens ne veulent pas s'en rendre compte. Tout le monde se fout de ce que les autres peuvent penser, "oh, je suis moi, je suis seul au monde, je m'en fous des autres." Woah. Tout le monde se fout de la gueule des autres. "Hahaha! Qu'est-ce qu'il est moche!" ou "Oh, qu'est-ce qu'elle s'habille mal..."... 'fin je veux dire, c'est bon, quoi. On a chacuns nos goûts. C'est pas de notre faute si on n'est pas comme les autres le voudraient. [Désolée, j'ai fait une fausse manip' et ça a tout mis en gras+gris foncé ^^']

    Mais les gens ne s'en rendent pas compte que c'est totalement stupide de "formater" les gens, comme tu le dis. On vit dans un comformatisme tellement ridicule, aujourd'hui... On ne peut plus rien faire de différent. On se fait critiquer. Il faut qu'on soit comme les autres. Il faut qu'on soit "normal". Mais au final, qu'est-ce que c'est, être normal? En fait, ça ne veut strictement rien dire.

    Euh, par contre, j'ai jamais entendu parlé de la théorie du "môme qui suit pas ou qui s'ennuie est un surdoué". Le môme qui ne suit pas et qui s'ennuie... il est juste en train de rêver à la fin des cours, pour pouvoir retourner à ses jeux vidéos, à sa télévision, ou à son ordinateur, aujourd'hui. Enfin, c'est vrai qu'il y a différents cas. Il y a aussi les dépressifs, qui pensent à leur prochaine tentative de suicide. Ou encore le rêveur, qui pense tout simplement au vide. Mais bon, les gens n'en n'ont rien à faire, ils les mettent tous dans le même sac.

     

    En revanche, non, la plupart des professeurs ne méritent pas cette admiration. Parce que pour certains, s'ils faisaient des efforts, peut-être que ça marcherait? J'ai une amie qui a habité en Chine pendant 6 ans, elle allait dans une école américaine, là-bas. Eh bien, ses professeurs étaient totalement différents de ceux que nous avons en France. Déjà, beaucoup plus calmes, pas stressés, relax, etc... les choses qu'ils faisaient étaient d'ailleurs plus compliquées qu'en France. Pourtant, les professeurs travaillaient avec humour et donnaient envie d'apprendre.

    136
    Neko-elfie Profil de Neko-elfie
    Mercredi 18 Juillet 2012 à 19:30

    Personnellement je dirais qu'il ne faut pas généraliser. Les parents, les professeurs, les élèves, tous ont à une certaine mesure leur taux de contribution, mais l'éducation est un tout. Et ce tout est assez vicieux car si les parents ou les élèves font des efforts, les lacunes peuvent venir des professeurs. Si les profs sont bons, ils peuvent tomber sur des gosses fainéants, si les élèves et les profs y mettent un peu du leur, il peut manquer derrière l'appui des parents.  Dans cette trinité, il suffit qu'il manque une branche et l'équation est bancale. Je pense qu'on peut trouver d'autres facteurs d'influence en cherchant mais ces trois-là sont les plus directs.

    Après, il y a la question des élèves et des cours...(Il y a effectivement des surdoués qui s'ennuient en classe -même s'ils ne sont pas majorité-, on va dire que j'ai une maîtrise sur le sujet et siouplait on passe à autre chose T_T)  Tout les élèves qui s'ennuient ne sont pas surdoués, Mayu-nyan a un constat assez juste de la situation je trouve. Au passage, j'en profite pour rebondir sur la dépression à l'école: elle frappe de plus en plus d'élèves et commence de plus en plus tôt. Problème sociétal? Encore une fois, Mayu souligne quelque chose d'intéressant, l'éducation de notre pays souffre des failles au niveau de la formation du corps enseignant. Je ne dirais pas que les profs soient mauvais, mais plutôt qu'ils ne sont pas formés à ce qu'ils rencontrent. Un de mes amis est devenu prof' de bio, c'est un garçon équilibré, gentil, calme... Je l'ai revu récemment après deux ans de coupure, il est plus jeune que moi et souffre déjà de l'affront de... très nombreux cheveux blancs. Cette année, il a connu trois décès dont un suicide parmi ses collègues et il s'est considérablement éteint comparé au jeune homme sémillant que je connaissais.

    Notre société est dépassée au niveau éducatif, les réformes prises par les grattes-papiers ne veulent rien dire car sur le terrain il y a décalage. L'ami sus-nommé, pourtant pédagogue met une demi-heure sur son heure de cours simplement à ramener le calme dans les classes collèges en région Parisienne.

    Les élèves ne naissent pas en monstres, ils le deviennent. Et ce serait intéressant de comprendre comment et pourquoi pour contrer le phénomène.

    Encore une fois, j'approuve les propos de Mayu: aujourd'hui, le formatage n'est plus réservé aux adultes, les enfants doivent cadrer à un moule très exigeant où l'on condamne ce qui dépasse, ce qui ne rentre pas. Et si vous êtes résolument original, on vout met au banc et on vous détruit.La différence fait peur, ce n'est pas nouveau, mais pour une espèce évoluée, on aurait pu attendre que la race humaine ait fait des progrès sur ce point.

    Dans ce contexte, on peut considérer les lacunes d'apprentissanges non pas comme le coeur du problème, mais le symptôme de quelque chose de plus grand et de plus grave. Et quand on voit les adultes que ça vous fait derrière...

    La lutte pour l'éducation est un combat de tout les instants et il est d'autant plus difficile que certains éléments de société ne vont pas pour faciliter les choses (sur-médiatisation, banalisation de la médiocrité, tolérance élevée aux bévues et autres erreurs, endormissement des esprits etc...) On ne pousse plus les personnes à s'instruire ou à s'élever. On ne cherche plus à créer des citoyens éclairés.

    Et si on tente de faire de la résistance, d'inculquer des valeurs, un bagage, un savoir à ses enfants, on en fait des excentriques. J'ai le cas dans ma famille d'un petit garçon très doux, très très intelligent et... très malheureux. Ses copains ne veulent pas de lui, c'est un "sale intello''. Sa mère s'inquiète beaucoup parce qu'il prend le chemin de la dépression infantile.

    Pour traiter le problème de l'illetrisme, il faut viser beaucoup plus haut je pense et revoir entièrement le système éducatif. Autant du côté des élèves que des profs.

     

     

    137
    Mercredi 18 Juillet 2012 à 19:35

    [Je n'aurais jamais cru être approuvé de cette manière o.o (ça fait trop plaisir >w<) au collège, je suis traîtée de gamine de la part de 3 de mes "amies" donc... ça fait bizarre]

    138
    Jeudi 19 Juillet 2012 à 15:18

    Addjectif préféré des djeun's " TROP " qui ne veut strictement rien dire !

    Quel pauvre langage, on dirait des illlettrés qui essaient de s'exprimer...

    Quant au monde où plus personne ne peut s'exprimer, il ne tient qu'à toi de lefaire, ne pas ressembler aux autres, voilà qui sort de l'ordinaire, sache que celui qui te raille est tout simplement jaloux !

     

    Il faut savoir détecter ce qui est important de la broutille habituelle...

    139
    Jeudi 19 Juillet 2012 à 16:20

    Mais non, on a juste envie de montrer notre entoushiasme, avec cet adjectif.

    Eh bien, personnellement, je ne pense pas que ce soit si idiot de dire ça. Parce qu'aujourd'hui, peu de choses font vraiment plaisir, avec toutes les moqueries, les sarcasmes qui nous entourent, les remarques désagréables qu'on reçoit pour tout et n'importe quoi... 

    Peut-être mais dans ce cas, peu de gens en sont capables. On ne peut pas forcer les gens à ça. Et les gens qui reçoivent ces railleries n'y pensent peut-être pas. Les railleries sont pour la plupart blessantes. Et même si ce n'est pas important, c'est quand même blessant. Eh oui, ça fait mal.

     

    140
    Jeudi 19 Juillet 2012 à 17:33

    Tellement d'accord avec toi, Thordruna. L'un de mes derniers articles est consacré à un médecin spécialiste dans un hôpital universitaire qui, dans un protocole, a écrit un avis bourré de fautes d'orthographes du style "épelucher", "occulaire", "attéri" et j'en passe. Le titre de mon article (désolé, c'est sur OB) était  "leçon de français donné par un ouvrier à un universitaire. Ceci dit, je regrette l'intrusion (même ici) systématique du "franglais" mais c'est l'évolution et il faut faire avec.  Michel de Bruxelles

    141
    Pipiou Profil de Pipiou
    Samedi 28 Juillet 2012 à 10:21

    Bien le bonjour ô vaillants défenseurs !
    j'aime bien le "On ne pousse plus les personnes à s'instruire ou à s'élever." de Neko-elfie. Parce que si je ne suis pas devenue un génie (ha bin zut !) on m'a tirée vers le haut en me montrant que batailler les difficultés, c'était finalement pas mal...
    Il semble qu'on soit dans le monde du "tous pareils, des fringues aux loisirs, et surtout des loisirs" et... basta ! Alors franchement, j'vois pas bien ce qui intéresser dame jeunesse aujourd'hui, vu qu'elle n'est jamais satisfaite !?

    PS Pandora T. : t'es trop !

    142
    Princess
    Dimanche 29 Juillet 2012 à 17:38

    Bonjour,

    Voilà un sujet qui m'intéresse. 

    J'ai enseigné le français pendant vingt ans. J'ai vu la situation se dégrader rapidement. Il y a le problème, certes des SMS (je ne sais pas m'en servir !!! ), mais la méthode globale a créé des générations de jeunes qui, bien qu'intelligents, ne savent plus écrire. Quand j'avais cinq ans, c'est ma Maman qui m'a enseigné, à ma demande, à lire et écrire avec la vieille méthode Boscher. 

    Je n'ai aucune confiance dans les correcteurs d'orthographe. J'ai changé de métier, et je suis maintenant justement "correctrice en ligne" : je corrige des mémoires d'étudiants par exemple, et surtout des romans de personnes qui veulent se faire publier. 

    Beaucoup ont acheté le logiciel à la mode, "Antidote". Mais "Antidote" non seulement laisse passer des fautes, et parfois même, en provoque. Rien ne vaut un oeil humain...

    Nous avons à la maison une bonne trentaine de dictionnaires. Ma "bible" est "Le dictionnaire de l'orthographe", d'André Jouette. 

    Cela étant, pour avoir travaillé un petit moment comme lectrice-correctrice dans une maison d'édition parisienne, je sais que LE livre sans fautes n'existe pas. Je relisais récemment "La bête humaine" dans  La Pléiade (et on ne peut pas dire qu'ils n'ont pas de correcteurs professionnels !!!) : en vingt pages, je suis tombée sur deux grosses fautes. 

    J'ai beau me lire et me relire, je sais que je ne serai jamais parfaite et que je laisserai toujours filer une erreur. L'idée est qu'il en reste le moins possible.

    Cordialement. 

     

    143
    Mittiwii
    Dimanche 29 Juillet 2012 à 19:25

    Je suis d'accord avec toi Princess ! Mon correcteur d'orthographe de Microsoft Word est vraiment incroyable : il fait plus de fautes qu'un enfant de 11 ans ! Alors moi, ça me stresse, ces petites zigzags rouges alors que je sais que je n'ai fait aucunes fautes ! Mais je ne vais pas corriger une faute que je n'ai pas faite ! Alors que certaines personnes, elles, sont persuédées que les correcteurs "virtuels" ont toujoutrs raison, et ça créé un amas de fautes...

    144
    Princess
    Lundi 30 Juillet 2012 à 06:58

    Bonjour Mittiwii,

    Le correcteur d'orthographe de Word est sans doute un des pires. Je pense que ça vient du fait qu'il y a peu de mots dans son "dictionnaire", sa mémoire, alors, il y a beaucoup de choses qu'il ne reconnaît pas.

    Pareil pour la grammaire. Il ne repère pratiquement aucune faute, parce contre, il souligne en vert n'importe quoi, notamment niveau poncutation. Par exemple, dans une phrase de dialogue suivie mettons d'un point d'interrogation puis d'une incise (,dit-il, demanda-t-il....), il va souligner le verbe de l'incise parce qu'après une ponctuation forte, pour lui, il faut une majuscule (alors qu'évidemment, ce n'est pas le cas ici). 

    J'ai décidé de l'ignorer, il ne sert que pour une faute de frappe : on tappe deux "i", ou trois "l", et si la police de caractère est petite, ça peut passer inaperçu.

    "Antidote", lui, serait un correcteur "intelligent". Il indique les fautes et les explique, fait des suggestions, repère les répétitions, etc. Mais il est loin d'être infaillible. D'après un neveu de mon mari informaticien, ça viendrait du fait qu'au départ c'est un logiciel anglais, traduit ensuite par des Franco-canadiens. Or visiblement, ne serait-ce qu'au niveau de la ponctuation, les Canadiens n'ont pas tout a fait les mêmes règles que nous. 

    Pour un texte long comme un manuscrit, il n'y a pas de secret : il fut lire et relire. Mon mari écrit des romans. Quand le scénario, les personnages sont en place, que le livre est "fini", on passe aux corrections "fines" : une dizaine de lectures à nous deux.

    Amitiés. 

    145
    MarioB Profil de MarioB
    Lundi 30 Juillet 2012 à 07:25

    Exact, Princesse ! Les correcteurs informatiques repèrent les coquilles et il vaut mieux mettre en doute tout le reste. Dans un de mes textes, il y avait une phrase du type "La lettre a pris le chemin de la poubelle." Le correcteur demandait de mettre un P majuscule à Poubelle, et je me demandais drôlement pourquoi, jusqu'à ce je mette en fonction la touche explicative, qui m'a appris que les noms de chemins, de rues et de routes prenaient des majuscules. Ah bon ? Pour un roman, ce sont des relectures incessantes, jusqu'à la nausée. Les maisons d'éditions ont des correcteurs, mais ils devaient lire page par page, réfléchir, faire attention. Je me vante de n'avoir eu que quatre fautes grammaticales dans mon roman de 2009, un manuscrit de 470 pages.

    146
    Pipiou Profil de Pipiou
    Lundi 30 Juillet 2012 à 09:24

    Bien le bonjour,
    haaaa les correcteurs (logiciels) vaste débat ! A marioB, c'est vrai qu'on ne voit pas bien pourquoi poubelle prendrait une majuscule ! Mais l'exemple que tu cites est typique : un "extrait" : impossible de dire si le chemin de la poubelle est le nom d'un vrai "chemin" ou juste une construction de phrase quelque peu améliorée : ça semble évident parce que justement c'est un exemple, mais c'est pas "certain" du tout ! C'est aussi tout le problème des "extraits" : ce ne sont que des extraits !
    Par ailleurs, Poubelle étant à l'origine un nom propre (Monsieur Poubelle) le dico avait p'têt ça dans sa base de données, d'où le questionnement ?

    Parce qu'il est là le souci : le questionnement. L'oeil ne suffit pas à "voir" les fautes, quel que soit son entrainement, le cerveau utilise ses propres capacités et "corrige" à l'insu de l'oeil qui ne voit "pas d'erreur", ça a été démontré via des petits textes, c'est impressionant. C'est pour ça que la relecture est parfois trompeuse et laisse passer des coquilles.

    Je fais des corrections par-ci par-là et c'est très compliqué, ça prend du temps et il faut s'assurer de bien comprendre ce qu'a voulu dire l'auteur du texte, avec ses interprétations qui lui sont propres. Parce qu'une virgule mal placée peut changer le sens, si on n'a pas le même ressenti que l'auteur, on peut se gourer de sens !

    Bêtement pour moi, les correcteurs, ça dépend, gloabalement ils peuvent être utiles (fautes de frappe), ou aider à la troisième relecture ! J'ai un bréviaire que je consulte régulièrement parce que j'aime bien "comprendre" pour mieux "utiliser". Comme les correcteurs disposent de bases de données générales, chacun doit compléter sa base de données en ajoutant tous les mots au fur et à mesure, sinon c'est vrai, le correcteur provoque des fautes : il a "un" mot, il n'a pas les déclinaisons/extensions du mot, il n'a pas "le mot" utilisé dans une phrase ou dans un contexte, il ne conjugue pas non plus... autant de variables orthographiques et grammaticales qui font des écrits de véritables perles... de culture générale ;-)

    PS : le problème de la "méthode globale", c'est qu'elle est... globale 
     

    147
    Princess
    Lundi 30 Juillet 2012 à 10:14

    Euh... je viens de laisser un long com, qui semble avoir disparu ! Je le remettrai.

    148
    Lundi 13 Août 2012 à 09:39

    moi aussi je n'aime pas les fautes d'orthographes même si j'en fait. Mon clavier disjoncte parfois donc il y a un peut de mélange et de fautes de moi. Mais j'en fait beaucoup plus sur l'ordinateur qu'à l'écrit.

    149
    Mercredi 15 Août 2012 à 06:36

    J'ai réussi à lire les 148 commentaires et je crois que je ne m'en suis pas sorti indemne: j'ai hésité entre "réussi" et "reussi". Je crois qu'il faut que je dorme...

    150
    Princess
    Mercredi 15 Août 2012 à 10:19

    Bonjour,

    Pour Mario, il y a dans les maisons d'édition plusieurs correcteurs pour un seul texte. Parce qu'effectivement, comme le dit Pipiou, si on relit plusieurs fois le même texte, notre cerveau "rétablit" une lettre qui manque, ou une préposition, etc. 

    Il faut impérativement plusieurs "lecteurs" ou "correcteurs". Pour mon mari, on essaie d'en avoir au moins deux en plus de lui et de moi. Parce qu'à force de lire et de relire, d'une certaine manière, on ne "voit" plus. 

    Un de nos cauchemars, ce sont les traits d'union. Par exemple, "en dessus" n'en prend pas, mais "au-dessus" oui. On a un aide-mémoire long comme le bras pour ce genre de choses. 

    Quand je corrige un roman, j'aime pouvoir me dire que j'ai quand même fait un boulot convenable. Je me refuse à avoir un logiciel de corrections, j'ai pu voir ce que ça donnait. Comme je l'ai dit, ça marche pour les fautes de frappe, et c'est toujours ça vous me direz.

    Si vous voulez bien vous prendre la tête aussi, je vous recommande l'accord des verbes pronominaux suivis d'un infinitif ! Il n'y a pas meilleur pour faire travailler ses méninges...

    Amitiés. 

    151
    Mercredi 29 Août 2012 à 11:39

    J'ai pas tout lu ( honte à moi TT__TT ). Mais je partage le même sentiment.

    Dans mon ancienne plateforme de blog, ma souris et mes yeux étaient torturé.

    C'est pourquoi je me suis dirigé vers Eklablog.

    Je comprend qu'on puisse faire des p'tites fautes, comme un oubli de " s ".

    Mais pas quand on a + 25, et K0n écrii come sa.

    Pour l'instant je n'ai pas vu beaucoup de blogs comme ça.

    Mais c'est peut-être parce que je suis nouvelle.

    152
    Mittiwii
    Mercredi 29 Août 2012 à 11:53

    Maywenn, c'est qu'il y a beaucoup de choses d'écrites (^.^)

    Oui, je suis d'accord avec toi, mais même un adolescent de 15-16 ans ne devrait pas écire K0m SaàA !

    Et après, on se plaint qu'on "ai pa for en fransai"... (T.T)

    153
    Pipiou Profil de Pipiou
    Mercredi 29 Août 2012 à 12:32

    Coucou, et dire qu'hier on m'a fait remarquer deux fautes dans un de mes articles (ouf, fautes de frappe !) c'est à croire qu'à un moment, l'oeil droit et l'oeil gauche ne visent plus au même endroit ;-)

    Pardon mais j'ai beau regarder, je pige pas :

    - TT__TT

    - *.*

    - T.T

    (bon sang ce qu'elle est pénible !)

    Merci pour "l'accord des verbes pronominaux suivis d'un infinitif" : j'vais aller voir ça de plus près, pour le plaisir de la prise de tête !

     

    154
    Mercredi 29 Août 2012 à 13:31

    Hi Pipiou,

    T.T, *.*, etc... = smileys inventés. 

    Voilà pour la traduction du siècle !

    A+ 

    155
    Mittiwii
    Mercredi 29 Août 2012 à 14:06

    Oui, désolée, j'adore mettre ça^^ Moi non plus au début je pigeais pas le truc du T_T Mais maintenant, que je regarde des mangas, je sais que ces smileys sont dérivés des expressions des personnages de manga.  Voilà pour l'approfondination (je sais : ce mot n'EXISTE PAS) de ce qu'à dit Inch'Allah

    156
    Pipiou Profil de Pipiou
    Mercredi 29 Août 2012 à 14:47

    ha ok, merci pour l'éclairage ;-)

    157
    Mittiwii
    Mercredi 29 Août 2012 à 15:03

    De rien^^

    158
    Princess
    Mercredi 29 Août 2012 à 16:13

    Tiens, moi je ne comprends rien non plus à certains "codes". J'imagine bien ce que sont des smileys, mais je n'ai aucune idée de la manière dont il faut les décrypter. Alors, je laisse filer, en me disant que si déjà, je comprends le texte écrit !!!  Car parfois, ce n'est pas le cas !!! 

    159
    Mittiwii
    Mercredi 29 Août 2012 à 16:41

    Oui, c'est vrai que la moindre des choses, quand on utilise des smileys comme ça, c'est de bien écrire !

    160
    Jeudi 30 Août 2012 à 13:51

    Tout le monde dis sa

    161
    Jeudi 30 Août 2012 à 14:13

    Pipiou, si tu veux je pourrais te faire un cours spécialisé

    162
    Princess
    Jeudi 30 Août 2012 à 16:20

    Je vois beaucoup de gens aussi, sur les blogs ou forums, qui mettent régulièremment à la fin de leurs phrases :  ^^. Je n'ai jamais pu savoir ce que ça voulait dire... Si quelqu'un peut m'éclairer.

    Les smileys, je les utilise quand ils sont tout prêts. Sinon, je me contente de "lol" et de "mdr". Désolée, suis une vieille !!! 

    163
    Jeudi 30 Août 2012 à 16:26

    Cela signifie . Oui, ça:  <= <=

    164
    Princess
    Jeudi 30 Août 2012 à 16:27

    Ah bon, merci beaucoup Ady LM. Et désolée pour la faute sur "régulièrement" (un seul "m"). 

    Mais je me demande comment on peut deviner ça !!! 

    165
    Jeudi 30 Août 2012 à 16:31

    Princess, no problémo !

    Pour un fois que c'est le jeune qui enseigne aux anciens XD

     

    XD <--  le X c'est les yeux, et le D, c'est la bouche.

    166
    Jeudi 30 Août 2012 à 16:32

    je n'ai pas compris Ady LM

    167
    Jeudi 30 Août 2012 à 16:35

    Sweet Sister, qu'est-ce que tu n'a pas compris ?

    Le smiley, ou ce qu'elle a écrit ?

    168
    Jeudi 30 Août 2012 à 16:35

    sa phrase n'a ni queue ni tête

    169
    Jeudi 30 Août 2012 à 16:47

    Certes, mais le plus important c'est que Princess ai ( on dit AI ou A ? ) compris le sens.

     

    170
    Jeudi 30 Août 2012 à 16:47

    oui si elle a compris tant mieux pour elle ^^

    171
    Princess
    Jeudi 30 Août 2012 à 16:54

    Maywenn, c'est "ait" !  Merci pour "les anciens" !!! 

    Quoi, je m'exprime mal ??? Je remerciais sur le sens des "smileys" qui sont codés, et je disais qu'une "vieille" comme moi ne pouvait pas savoir...

    Sinon, je m'excusais pour une faute dans mon précédent com. 

    172
    Jeudi 30 Août 2012 à 17:09

    Princess, je préfère dire << Ancien >>, car << Vieux >> je trouve ça un peu trash !

    173
    Princess
    Jeudi 30 Août 2012 à 17:32

    C'est gentil... 

    Maintenant, si ce que j'écris est incompréhensible pour certains, je préfère me retirer de ce sujet... 

    174
    Jeudi 30 Août 2012 à 22:51

    Ce ne serait pas plutôt : D

    175
    Neko-elfie Profil de Neko-elfie
    Vendredi 31 Août 2012 à 13:06

    Hum, le sujet des smileys me titille un peu. Objectivement, j'en utilise aussi (et même de plus en plus avec l'usage de msn ou de skype notamment), mais quelque part je m'interroge sur leur fonction profonde. Au premier degré on pourrait dire "c'est pour donner l'humeur de la personne qui écrit". mais il me semble que, si l'on mène correctement un énoncé ou un texte, les smileys ne sont plus nécessaires. C'est un phénomène assez récent comparé à l'âge et à l'évolution de l'écriture... Et je crois que c'est intéressant à observer. Mais peut-être pas dans ce plaidoyer.

    Ce serait dommage que tu te retires du débat, Princess, car tes arguments comme tes idées sont très bons je trouve.

    Je trouve aussi un peu dommage que la discussion ait à ce point dévié de son sujet initial qui est me semble t-il aussi intriguant qu'important. Ayant eu un été occupé -et d'un certain labeur mine de rien- je n'ai pas beaucoup suivi le débat, et maintenant que j'y reviens... Eh bien, il semblerait que le fil de départ ait été rompu. Et nonobstant du sujet sympathique des smileys, j'espérais tout de même retrouver le sujet de l'orthographe!

    Toujours sur les forums, les blogs et dans certains jeux en ligne que je "masterise" (je suis maître de jeu d'un ou deux univers "jeux de rôles" à mes heures perdues, d'où les termes techniques.) je retrouve de plus en plus de fautes d'homonymes. En gros, si ça marche sur le phonème, on prend! Mais je ne peux pas m'empêcher de bondir, (sale bête que je suis!) quand je lis des "sa lui été égal au bou du compte de marchaient très longtemps". Non, je n'exagère pas, malheureusement...

    En bonne Don Quichotte en jupons, j'ai attrapé quelques uns de ces charmants jeunes gens (quoi que beaucoup soient finalement plus vieux que moi) pour tenter de leur demander un minimum de correction. Ô effroi quand ces derniers, tout contents d'eux reviennent me voir en disant "j'es corriger, y a plus de faute!" (alors oui, il faut leur reconnaître qu'ils en enlèvent environ 40%... Et ils en replacent aussi pas mal par de nouvelles!)

    On dépasse le stade où les personnes ne font pas d'efforts: Terrible de voir que désormais, les personnes de 30 à 10 ans ont de plus en plus de mal à simplement appliquer les bases...(Et il faut aussi noter qu'il y a, à côté de cela une belle tendance au relâchement puisqu'à la correction, un nombre non négligeable de fautes disparaissent...)

     

    176
    Princess
    Vendredi 31 Août 2012 à 16:12

    C'est gentil Neko-elfie. C'est peut-être de l'orgueil mal placé, mais quand on me dit que ce que j'écris n'a aucun sens, ça m'agace. En tant que prof, j'ai été obligée au contraire de rendre mon langage simple et accessible pour les élèves.

    Et effectivement, le fait que le sujet initial ait dérivé vers les smileys ne m'intéresse que modérément. Juste une précision ou deux, par curiosité, mais c'est tout. Les smileys modifient les textes, empêchent souvent d'employer l'ironie (si je rajoute à une phrase apparemment sérieuse, plus personne ne se donnera la peine de chercher où est l'ironie). Voltaire n'utilisait pas de smileys, c'est pour ça que ses textes sont souvent difficiles à comprendre pour les jeunes. Parce qu'un texte écrit au second degré, il faut se donner la peine de le comprendre, de connaître l'époque, etc. 

    177
    Mercredi 5 Septembre 2012 à 13:40

    Tout à fait d'accord avec ceci ;) !

    Quand je navigue sur des blogs (et oui : il arrive que ma curiosité me traine hors du mien), je me trop souvent retrouve face à des énormité pas possibles !

    178
    Mercredi 5 Septembre 2012 à 13:41

    moi si je fais des fautes, ce n'est pas fait exprès

    179
    Mercredi 5 Septembre 2012 à 13:43

    D'ailleurs en parlant de fautes : j'ai oublié un "s" à "énormité" dans mon précédent commentaire...

    180
    Mercredi 5 Septembre 2012 à 13:45

    pff, ça arrive laissons de côté

    181
    Vendredi 7 Septembre 2012 à 08:28

    Certes les fautes sont énervantes décridibilisant un texte, mais le contenu est souvent plus important à approfondir, je passe aujourd'hui sur " quelques fautes " par contre un tas d'imbécilités " bien écrites " cad sans fautes " ne vaut rien non plus ...

    Et surtout, les fautes sont le reflet d'un manque d'éducation et forcèment de culture...

    Désolée de le rappeller, on juge sur pied.

    182
    Pipiou Profil de Pipiou
    Vendredi 7 Septembre 2012 à 09:06

    Bonjour bonjour,

    Pandora.T tu dis "les fautes sont le reflet d'un manque d'éducation et forcément de culture..." mais... ça serait pas plutôt "on juge sur pièces" et pas "sur pied" ?

    "c'est celui qui dit qui y est" ?

     

    183
    Dimanche 9 Septembre 2012 à 21:51

     tu me poses une colle ! l'ouvrier au pied du mur, ou on juge sur pièce, mais un pied de tissu, c'est une mesure !

    C'est celle qui critique qui est ? :D digne d'une récré de gosse de dix ans ...

    Vu dans une boutique de déco un message écrit en SMS genre " kes tu fé, ? tt'as pa le drouaaaa "

    Le carnage total, on s'achemine vers l'inculture totale et irréversible...

    Ne vous en déplaise, guisante ! !

    184
    Dimanche 9 Septembre 2012 à 22:13

    Un peu comme Nicolas Sarkozy," donné " réelu président et faisant un gros bide ?

    185
    Dimanche 9 Septembre 2012 à 23:06

    Bonsoir à toutes les deux (et aux autres aussi, y a pas de raison)

    Là, tu la cherches, Pandora !

    Fin de la récré ! 
    C'est au pied du mur qu'on voit le maçon : d'après un de mes amis qui est maçon, l'origine de l'expression vient du fait qu'un maçon qui bosse bien ne laisse pas tomber trop de matière première au pied du mur (pas de gaspillage), et que les fondations sont bien faites. 
    Juger sur pièces est plus un terme de cour de justice : juger de manière impartiale en fonction des éléments du dossier.
    Juger sur pied, à ma connaissance, s'applique aux animaux de boucherie (on va dire que c'est une expression que je n'ai entendue qu'à l'abattoir). Mais je ne demande qu'à apprendre. 

    Sinon, il est en effet navrant que la pub et le design cèdent à cette facilité pour faire "d'jeuns" (c'est comme ça qu'on dit ?). 

    Bonne soirée, @+. 

    186
    Pipiou Profil de Pipiou
    Lundi 10 Septembre 2012 à 10:30

    ha zut, Thordruna a sonné la fin de la récré

    J'ai quand même été voir ce qu'était "guisante" : j'ai trouvé ça mimi, accentué (sinon par le probable accent !?) par le sms dramatique...ment drôle !
    Gageons que c'était pour rire, parce que côté bide, Hollande peut rêver d'avoir... celui que n'a pas Sarko (re  et pardon Thordruna pour le hors-sujet !)

    187
    Neko-elfie Profil de Neko-elfie
    Lundi 10 Septembre 2012 à 10:50

    Houlà, si on part sur la politique... Personnellement je vais éviter (je suis une grande cynique des jeux politiques, j'avoue ne pas croire au système... mes discours sont déprimants, je vais m'abstenir.).

    Question expressions, merci pour cet éclaircissement Thordruna, c'est assez intéressant de découvrir les variantes et leur histoire. Je connaissais effectivement "juger sur pièce" et vaguement son origine, mais j'ai découvers "juger sur pied".

    Pour revenir dans le débat... Doit-on "adapter" la pub aux effets de mode? L'exemple cité par Pandora.T me semble un peu inquiétant à vrai dire...

    Traverstir l'orthographe pour se mettre au niveau des "modes" me semble être la démarche inverse de ce qu'il faudrait faire. En agissant de la sorte, on nivèle par le bas, on n'encourage pas vraiment les gens à s'exprimer clairement.

    Doit-on suivre une mode qui pousse vers la facilité plutôt que vers l'application? Personnellement (et cet avis n'engage que moi) je suis contre.

    Contre car l'usage de la langue est un outil quotidien, et comme la plupart des acquis, il s'entretient. Si on le limite, si on le vulgarise jusqu'à sa déclinaison la plus dépouillée, on finit par y perdre.

    Et il n'y a plus de raisons pour que ça s'arrête. Pourquoi se donner la peine et le mal d'écrire correctement si la vox populi banalise l'usage du phonétique à côté? Sans voir le mal partout, cela ne me paraît pas vraiment une bonne idée.

    188
    Lundi 10 Septembre 2012 à 10:54

    Bonjour,

    Les fautes ne sont pas forcément dûes à un manque d'éducation, j'ai connu des gens qui travaillaient, et travaillaient dur, sans jamais réussir à alligner une phrase sans faute. 

    Il y en a pour qui, ça ne pose pas de problème, d'autres pour qui ça en pose un peu plus.

    En tant que profs pour certain(e)s, vous devriez être un peu plus indulgents. Il y en a qui ne demande qu'à apprendre, mais qui n'y arrivent pas, tout simplement.

    Il faut de tout pour faire un monde.

    Par contre, il est claire que le langage SMS ne résoudra pas les problèmes. Je me souviens d'un exercice que j'avais eu au collège (il y a quelques années maintenant), où le prof nous avaient demandé de ré-écrire une phrase de façon à ce qu'elle soit la plus courte possible, en langage SMS donc... Pour dire jusqu'où ça va !

    Alors, le manque d'éducation ne vient pas toujours du côté des parents .

    À méditer...

     

    Bonne journée !

    189
    Princess
    Lundi 10 Septembre 2012 à 11:15

    Bonjour,

    J'ai arrêté le métier de prof, mais je le reste malgré tout... 

    Cependant, quand je vois que dans les consignes "officieuses" qu'on nous envoie pour la correction du Bac, "Ne pas tenir compte de l'orthographe", ça me fait bondir ! Et je n'appliquais pas ces consignes. Peut-être pour ça qu'après "ils" ne m'ont plus convoquée !!! 

    Pourtant, comme prof, j'étais plutôt cool. 

    190
    Lundi 10 Septembre 2012 à 11:50

    Cool, avec le bob vert, jaune, rouge et des rastas ? Ou cool, "bon aujourd'hui nous allons voir la biographie de Victor Hugo" ? Non je plaisante, rhooo !

    191
    Mardi 11 Septembre 2012 à 20:18

    A propos de cette boutique déco qui vend ce genre de messages SMS, c'est ( j'espère qu'on peut le dire sans citer leur nom, évidemment) réellement navrant, et quant à la politique c'était simplement une métaphore

    Les bides en politique comme en écriture sont plutôt rigolos, car ils montrent bien qu'en fait tout le monde peut se " planter "

    Juger sur pied en boucherie, oui, mais aussi juger sur pied en confection, un pied est une unité de mesure britannique, certes, mais très souvent employée " autrefois " en France jusqu'en 1860, comme l'aulne, par exemple.

    Merci pour le renseignement Thordruna

    Défendons notre magnifique langue française

    192
    Samedi 15 Septembre 2012 à 17:52

    Défendre notre belle langue? onn epuet qu'être d'accord avec ça!!! Je reconnais à mon corps défendant qu'il m'arrive de laisser passer des fautes, même quand je fais attention, mais il est vrai que parfois, on est véritablement "agressé" par certaines tournures ou approximations concernant certains mots, ou accords. certains font des efforts d'autres non. ceux qui ne font aucun effort n'ont aucune excuse

    193
    Samedi 15 Septembre 2012 à 17:55

    je suis d'accord avec vous mais quand je fais des fautes, c'est pas fait exprès

    194
    Neko-elfie Profil de Neko-elfie
    Dimanche 16 Septembre 2012 à 10:56

    Personnellement ce sont les barbarismes que j'ai en horreur... Attention, pas les néologismes (même si j'en trouve certains spécialement laids, comme "auteure" pour une femme -alors que le féminin logique des mots en "eur" est souvent "isse" et je trouve que le mot "autrisse" serait moins discracieux. Mais je digresse!), les vrais barbarismes et les conjugaisons fantaisistes...

    " Je lui fesé confiance parceque s'étaient mon meilleure ami". (phrase piquée sur un forum, et on est loin du pire)

    Ben... Au risque de passer pour une vieille rétrograde, moi ça me fait bondir et grincer des dents...

    Sweet Sister, j'ai été voir ton blog (très sympa au passage!) tu n'y fais pas beaucoup de fautes. Je crois que d'une manière générale, les gens ne font jamais des fautes délibérément, mais certains se moquent de savoir comment ça s'écrit tant qu'ils sont déchiffrables, et pour ceux-là, je suis d'accord avec Paul Bonnet.

    Pour le reste, comme cela a été soulevé plus tôt dans le débat, ce qui manque la plupart du temps, ce sont les bases... Les acquis se perdent et se transmettent de plus en plus mal. Et comme la maîtrise du français se délite de plus en plus, difficile de transmettre ce que l'on a pas appris...

    A qui la faute? Un peu tout le monde, à commencer par le système éducatif. (Pas les profs, mais la méthodologie selon moi) Mais aussi les mentalités: on a augmenté la tolérance aux examens. Autrefois, cinq fautes au Bac étaient éliminatoires! Aujourd'hui, il resterait combien de bacheliers avec ce fameux système? Pas des masses... Et avec les mentalités, l'attitude des parents, des enseignants, comme des élèves.

    Un retour à la rigueur ne serait pas forcément une bonne idée non plus, mais un juste équilibre entre l'école moderne et celle d'autrefois serait peut-être la réponse?

     

     

    195
    Twiggy Profil de Twiggy
    Vendredi 28 Septembre 2012 à 16:26

    Tout simplement merci. Un lien vers cet article de mon blog, espérant que les habitudes changent.

    196
    Princess
    Vendredi 28 Septembre 2012 à 18:04

    Je ne sais pas où est le lien pour le blog. Mais bon, je suis nulle en informatique... 

    Je peux corriger un texte de 400 pages, mais un ordi pour moi, c'est un truc dangereux.

    Les profs Neko, il y a deux catégories : ceux qui s'en fichent parce qu'eux-mêmes sont passés par la méthode globale. Et ceux qui appliquent les consignes "officielles". Pas facile de gérer tout ça. 

    Moi aussi j'ai connu l'époque du 5 fautes (de grammaire) = 0. Mais ce n'était pas pour le Bac, c'était pour les dictées jusqu'à la fin du collège. En lycée, c'est fini les cours d'orthographe... sauf que certains profs de Fac en remettent, tellement ils sont ahuris de ce qu'ils lisent des bacheliers. 

    197
    Pipiou Profil de Pipiou
    Samedi 29 Septembre 2012 à 08:33

    Coucou,
    hihihi, moi aussi j'ai connu les "5 fautes = 0" et c'est vrai qu'au lycée c'était moins rigoureux (le nombre de points enlevés dépendait de la faute : un accent = un demi point) et ce... quelle que soit la matière !! C'était un autre temps... (finalement ça fait pas rire lol)

    Sans revenir à des notations draconniennes, de la même manière qu'on apprend 2 + 2 = 4, pourquoi n'apprend-on pas le français aussi "sérieusement" ? Pourquoi ce laisser-aller professoral (dans toutes les matières) et à quel titre ? Parce que "tout bon" mais 12/20 à cause des fautes, ça motive pas nos chérubins ? Mais leur mentir, ça les motive ? On dirait bien, mais c'est leur apporter sur un plateau, pour plus tard, les rames de la galère !

    Sans parler d'une écriture irréprochable (chacun sa spécialité), je suis pour les efforts en français pendant 10 ans, parce que ça garantit une autonomie pour les 90 ans qui suivent ;-)

    J'ai entendu aux infos que chez les ados (et pas chez les petits) la lecture, c'était un "truc de filles"...  on n'est pas prêt d'arriver à l'égalité des sexes !  

    198
    Mardi 16 Octobre 2012 à 05:55

    Je suis tout à fait d'accord. C'est un manque de respect envers le lecteur que de publier un article bourré de fautes d'orthographe. Moi non plus je ne supporte pas ça. Super article !

    199
    Jeudi 18 Octobre 2012 à 12:52

    Bonjour...je viens de voir le sujet que vous évoquez dans votre article, l'orthographe...et je suis complètement d'accord avec ce que vous dites, concernant la maladie de la souris qui brandicardise (hé oui, on a des références style "urgences"..) au décryptage de certains textes sur les blogs..que ce soit ici ou sur d'autres plateformes..mais ce qui me choque le plus encore, c'est de voir les interventions des uns ou des autres sur les forums et notamment ici, à la Cafetaria ou encore sur les dysfonctionnements..mais quel charabia ! ! faut relire une phrase plusieurs fois pour arriver à comprendre quelque chose..il n'y a pas que l'orthographe, il y a aussi et surtout la grammaire..enfin, c'est de la phonétique pure..cela deviendrait complètement risible si on avait pas conscience de la révélation de cet état de fait chronique, ces grossières lacunes qui indiquent souvent un "trou" de plusieurs années dans les études, ou l'abandon pur et simple de l'école..C'est affligeant ! je me mets à la place d'un employeur qui va recevoir la candidature d'une de ces personnes qui ne savent s'exprimer que par du langage relevant du niveau le plus basique, ou carrement du style texto (encore que cela ne me dérange pas si les mots sont compréhensibles et  écrits correctement) mais lorsque sur deux ou trois lignes de texte, il y a plus de 10 voire 15 fautes d'orthographe, d'accords, ou de grammaire, le pauvre recruteur doit avoir des syncopes ! c'est vraiment catastrophique..langage écrit = langage parlé pour beaucoup de gens..Pauvre France..Je crois que cela révèle une pauvreté, une indigence qui fait peur, et qui n'est pas seulement le fait des plus jeunes.. ce n'est pas l'envie qui me manque de mettre un mot à ceux qui aposthrophent les personnes du staff, en leur écrivant des reproches bourrés de fautes, souvent sans la mondre ponctuation (cela donne des résultats quelquefois hilarants) ou qui règlent leurs comptes entre eux...Bref, il a du boulot.. bonne journée

    200
    Princess
    Jeudi 18 Octobre 2012 à 17:30

    J'ai un ami sur un forum qui est en charge, entre autres, d'examiner les demandes d'emploi et donc les lettres de motivation. Au bout de 10 fautes, il met directement à la poubelle, il en a marre !!! 

    201
    Dimanche 21 Octobre 2012 à 09:43

    Bonjour à tous, 

    je reprends le fil en route.

    Klinep, je vous déconseille vivement de réagir à ce qui est écrit sur les forums pour ce qui concerne l'orthographe des intervenants (ou alors en ciblant bien la personne à qui vous faites la remarque...), la seule chose à en obtenir, ce sont des rafales de mitrailleuse lourde pour intolérance, moquerie, mauvais esprit... De toutes façons, les personnes qui écrivent ainsi, sans orthographe, sans grammaire, s'avouent pour la plupart hermétiques à toute idée d'effort en ce sens - parce que ce n'est pas de leur faute et que l'orthographe, c'est un truc de favorisés etc -, certaines se targuant même de ne pas aimer la lecture. Faire l'autruche, c'est bien confortable. L'indigence de l'expression apparaît parfois liée à ce qui gouverne celle-ci en amont, en relation avec le caractère immature de quelques interventions, et je ne parle pas des moins de 15 ans (là, elle se lâche et elle n'est pas gentille, Thordruna !). Il est un fait que, une fois passée la barrière de la langue (?!), lire les forums peut s'avérer savoureux... Et, mais ne le prenez pas mal, car ce terme technique médical est plutôt rare, c'est bradycardie (ralentissement du rythme cardiaque, le contraire de tachycardie, plus fréquemment rencontrée).

    Oui, Princess, il faut bien que sélection se fasse. L'orthographe reste un affichage de soi, je n'en démordrai pas.

    Bon dimanche.

    202
    Princess
    Dimanche 21 Octobre 2012 à 10:47

    Bonjour Thordruna,

    Sur les deux forums "littéraires" où je sévis et où je suis correctrice, je ne fais jamais à quelqu'un une remarque sur son orthographe. Sauf si c'est quelqu'un que je connais bien, et qui le prendra avec humour. Parfois, sur le forum où j'ai les commandes de modératrice, je me permets discrètement de corriger certaines fautes mais sans rien dire (très récemment, "receuil" que j'ai remplacé bien sûr par "recueil"). 

    L'orthographe n'est pas en soi plus compliquée que les maths par exemple (j'ai fait un Bac scientifique, je connais le problème ). Mais c'est comme tout, il faut faire des efforts. Travailler, c'est ce qui se perd de plus en plus notamment chez les jeunes (désolée de passer pour la vieille grincheuse de service !)

    Bonne journée. 

    203
    Mardi 4 Décembre 2012 à 14:17

    Je viens à peine d'apprendre l'existence de cet article, alors pardonnez-moi d'arriver un peu tard...
    Cependant je souhaitais tout de même donner (ne nerait-ce qu'une toute petite partie) mon avis, car il me semble entrer dans la catégorie "adolescents" (ou presque... ) > j'ai bel et bien treize ans, eh oui !

    J'ai rapidement vu que vous parliez des smileys plus haut. En ce qui me concerne j'en utilise régulièrement, mais j'essaie de me modérer. Après, cela dépend parfois de quelle manière je m'adresse à quelqu'un (sur un chat > msn surtout < j'aurais plus tendance à en employer beaucoup étant donné que c'est "direct". Dans le sens où ça donne comme l'intonation à ma phrase. Après, je n'en mets pas à chaque mot non plus... M'enfin... )
    Là, par exemple, je m'efforce de ne pas trop en mettre... X) < trouvez l'intru... <

    Bref.

    En ce qui concerne l'orthographe, j'ai (personnellement, mais je ne pense pas être la seule ici) horreur de ce langage dit "sms". Et le pire, c'est que contrairement à vous, j'en "croise" tous les jours au collège... C'est limite si je ne me mets pas à corriger les fautes comprises dans les phrases inscrites sur les tables ! S'ils écrivent quelque part, autant le faire bien franchement... !

    Mais excusez-moi, je crois que je m'égare...

    Tout ça pour dire que je pense effectivement que l'orthographe (et la grammaire !) n'est effectivement pas très populaire chez "les jeunes" et je trouve ça fort dommage... Bon, peut-être ne me croirez vous pas quant à mon âge, mais peu importe ! ^^ Puis c'est vrai que j'ai fait assez attention dans ma rédaction de commentaire alors... 

    En espérant avoir donné un avis un tant soit peu utile...
    Bonne journée de même ! :)

    204
    Enjolras
    Dimanche 16 Décembre 2012 à 07:15

    Mon père disait l'ORTOGRAFE c'est la science des ânes, cela na jamais fait décololé les fusée ni les avions. Qu'el beau troupeau nous avons là.

    Vive les FOTES sur le net ça permet à certains de s'exprimer et de dévoiler leur vécus qui sont beaucoup plus intéressant et moins morne que les votres.

    La dictature de l'orthogtaphe, c'est l'exclusion et moi je ne serait jamais un exclus je préfère résister à l'inteligencia BO BO 

     

    205
    Neko-elfie Profil de Neko-elfie
    Dimanche 16 Décembre 2012 à 09:47

    Une autre leçon à tirer de la vie Enjolras, c'est de savoir s'émanciper de son éducation. Ce n'est pas "parce que ton père le disait" que c'est nécessairement plus vrai ou plus juste que le point de vue des personnes qui se sont exprimées jusqu'ici.

    Mon père à moi soutient que Dieu n'existe pas, c'est son droit. Mais il ne prêche personne comme quoi il a raison.

    Et si tu relis bien ce qui a été dit (l'as-tu seulement lu ou as-tu juste sauté sur l'intitulé?) il ne s'agit justement pas de "dictat" mais d'une forme de liberté. Le savoir, c'est le pouvoir, plus on connaît son terrain, ses éléments, ses bases dans la vie et plus on a d'aisance à avancer.

    Aujourd'hui plus que jamais, l'orthographe peut être ta mauvaise fée dans la vie: les courriers administratifs, les CV, lettres de motivation, j'en passe et des meilleurs demandent une maîtrise minimum. Il ne s'agit pas pour tout un chacun de décrocher la Certification Voltaire, mais de savoir dans quoi nous nous aventurons, et surtout, ce que nous allons laisser à nos enfants!

    On ne peut pas enseigner aux autres ce que l'on a pas appris, simple question de bon sens. Si pour une raison quelconque, l'avenir nous ramenait à une austérité culturelle où chacun doit être irréprochable et où la tolérance aux fautes soit de zéro, j'aimerais que mes enfants partent avec un bon départ dans la vie. Et même sans cela, l'orthographe, la grammaire sont des bagages qui servent tout au long de l'existence. Les maîtriser apporte un plus, les négliger entraîne des pénalités.

    Enfin, je ne vois pas en quoi le fait de "faire des "fotes"" exprime un "vécu plus intéressant" que ceux exposés dans ce plaidoyer. Prosaïquement, il s'agit là d'un parti-pris puisque la forme n'ajoute rien à l'intérêt du fond, et la réponse face à une attitude si péremptoire serait de dire "c'est complètement idiot comme raisonnement". Mais j'aimerais quand même comprendre sur quoi tu te base pour dire ça.

    Faire des fautes ne permet pas aux autres de s'exprimer plus librement. Les gens peuvent dire exactement la même chose au mot près avec ou sans faute. Cela n'ajoute absolument aucune valeur à un discours de le bourrer de fautes, sinon une notion urticante à haute dose, parce que pour le lecteur (qui ne fera pas forcément les mêmes!), le cerveau bute, corrige mentalement, poursuit sa lecture, bute, corrige, poursuit, bute etc... C'est comme conduire une voiture en appuyant régulièrement sur le frein à main.

    Le milieu social n'a rien à voir non plus avec la culture et l'apprentissage. Je viens de "la France d'en bas", mais dans ma famille, peu importe les moyens, nous avons le goût du savoir et de l'apprentissage. Autrement dit, le "vécu" n'excuse pas vraiment les lacunes. On peut banaliser l'ignorance et dire que le savoir ne sert à rien! Il faut juste espérer que ce que tu ignores ne te manquera jamais, même à ton insu...

    Après, il y a parfois des lacunes d'apprentissage à pallier.

    En tout cas je félicite Vampy-chan pour sa maturité ;) L'orthographe n'est pas une fin en soi mais un outil, comme les mathématiques (quand on fait ses courses, on est content en général de savoir compter suffisament bien pour savoir que le vendeur ne va pas nous arnaquer de dix euros!), l'Histoire (savoir par quoi on est passé pour éviter de refaire les mêmes âneries...), et sans énumérer toute les matières importantes, ce que l'on enseigne à l'école pour faire de nous des personnes éclairées, capables de se forger un avis personnel sans répéter bêtement tout ce qu'on leur dit, indépendantes mentalement et moralement, capables de tenter et réussir un ou des coups d'audace dans la vie.

    Etre exclue d'un monde régi par les préjugés, l'ignorance et les partis-pris, voir l'intolérance (tout ces éléments, on les retrouve dans tes quelques lignes Enjolras) ne me manquera pas le moins du monde. Personnellement, je milite pour l'ouverture (d'esprit et de coeur), l'aide, l'instruction, la solidarité et l'évolution!

    Bref, de mon point de vue, mieux vaut "l'inteligencia Bobo" et son bagage pour s'en tirer avec les honneurs!

     

     

    206
    Mardi 29 Janvier 2013 à 11:46

    Un grand merci pour ce plaidoyer, avec la pointe d'humour qui convient. Le slogan de mon blog d'origine chez OB ( et ici) est un appel à écrire autrement, pour le plaisir du lecteur. Un plat  n'est que plus agréable s'il est présenté avec soin dans de belles assiettes, dans un joli décor ; Il donne envie d'une dégustation et accroit le plaisir. Sinon il est avalé vite fait, sur un coin de table !

    207
    obligado Profil de obligado
    Lundi 4 Février 2013 à 19:35

    C'est bien joli tout çà,mais qui lit les blogs ou justement ces efforts de style et je l'espère d'orthographe sont les bases nécessaires au blogueur?Pour visiter la toile régulièrement ,mon sentiment est plus que mitigé.Du café commère aux discussions de bistrot ,hélas le reflet d'une société décadente.

     

    208
    Jeudi 14 Février 2013 à 14:28

    Je ne compte plus le nombre de fois où j'ai cessé de suivre, sur Internet, des histoires racontées par des jeunes bourrés de talent pour écrire mais certainement pas pour accorder, conjuguer et orthographier leurs mots ! Une ou deux fautes de frappe, une maladresse, passe encore mais l'idiot qui se permet de vous balancer "ta vu cb de fote tu fait c tro dla merde ske tecri tu dvrai avoir onte" je lui répond qu'un gamin de 6 ans écrit mieux que lui ...

    209
    MAMAMOKE Profil de MAMAMOKE
    Jeudi 14 Février 2013 à 20:37

    jE FAIT BEAUCOUPS DE FAUTE,DONC IL NE ME RESTE QU´A SUPRIMER  MON BLOG.POUR NE DÉPLAIRE A SES SIEUX ET DAMES ET A AVALER TOUS CE QUE J´AIS A DIRES ET A MONTRER.ET A ME REMETRE A APRENDRE L´HORTOGRAFE ET LE VOCABULAIRE FRANCAIS

    frustré QUE JE SERAIs

    210
    lasidonie Profil de lasidonie
    Jeudi 14 Février 2013 à 20:48

    Mais Non MAMAMOKE, il suffit de corriger ses fautes avec le correcteur intégré !...ou un dictionnaire

    211
    MAMAMOKE Profil de MAMAMOKE
    Dimanche 3 Mars 2013 à 22:03
    si il m'arrive de faire des fautes fait moi signe svp et merci encore.
    212
    Dimanche 3 Mars 2013 à 22:23

    Mamamoke

    S'il m'arrive de faire des fautes, fais moi signe, svp, et merci encore.

    Non seulement les fautes, mais aussi la présentation, tout est important ...

    Les majuscules, la ponctuation !

    213
    MAMAMOKE Profil de MAMAMOKE
    Dimanche 3 Mars 2013 à 23:02

    je ne suis pas expert en ecriture , mais je fait mon possible. Les blogs sont devennus tres populaire se qui fait que la classe moins instruite y a droit aussi (mon cas) sinnon que deviendrons nous .Mais l'effor pour une ameliorations y es .

    214
    Dimanche 3 Mars 2013 à 23:07

    C'est bien, si tu lis et persistes tu vas améliorer ton orthographe

    Mon post précédent n'était pas une critique, tu demandais qu'on t'informe de tes fautes.

    Dans un premier temps, utilises Word, comme on te l'a conseillé 

    bon courage

    215
    MAMAMOKE Profil de MAMAMOKE
    Dimanche 3 Mars 2013 à 23:21

    merci

     

    216
    serge17 Profil de serge17
    Vendredi 29 Mars 2013 à 05:31

    Bonjour

    Je lis avec beaucoup d'intérêt ce sujet, car moi même  suis un incorrigible fauteur .Je m'aide néanmoins comme je peux d'un correcteur d'orthographe ou tout autres subterfuges afin de palier à cet handicape , cependant rien n'y fait . 

    J'ai reçu pourtant une excellente éducation et  ne manque pas de culture. Par ailleurs j'aime le Français, et tâche en tout cas verbalement, d'avoir une syntaxe et une prononciation irréprochable .En outre je ne manque pas de vocabulaire,ce qui ajoute à ma douleur ces lacunes orthographiques :étant parfaitement conscient de l'affront que je fais subir à mes lecteurs .

    Vous l'aurez compris, je suis très complexé de cet handicape qui m'a pourri la vie ; m'empêchant de m'affranchir dans le plaisir de l'écriture : que ce soit dans la vie professionnelle comme dans le privé.Je ne pense pas obéir au diktat de qui ou quoi que ce soit en aspirant à écrire sans faute, c'est juste par amour de ma langue et le respect que nous lui devons . 

    217
    Zedeasy Profil de Zedeasy
    Samedi 30 Mars 2013 à 02:11

    @thordruna et @ vous tous

    +1

    je suis menuisier

    218
    Samedi 30 Mars 2013 à 08:34

    Serge17 : Je plussoie ! La langue française est magnifique mais négligée. Toutefois, les règles d'orthographe, de conjugaison et de grammaire sont simplissime une fois qu'elles sont rentrée. J'ai eu la chance d'avoir une mère qui me faisait bosser deux heures par soir en primaire afin de retenir mes cours. Pour se replonger dedans, soit des manuels soit Internet peuvent constituer une bonne aide.

    219
    Zedeasy Profil de Zedeasy
    Samedi 30 Mars 2013 à 11:50

    @ Chlo Plume relis-toi !

    220
    lasidonie Profil de lasidonie
    Samedi 30 Mars 2013 à 13:11

    CHLO plume !!!!!!!!!!!!!!!! simplissime  S ; rentrée...S ;
    Sans rancune, en plus des règles à respecter il faut prendre soin de se relire plusieurs fois avant de publier , car les étourderies, le fait de taper vite sur un clavier, peuvent provoquer des erreurs, même pour les plus respectueux de l'orthographe ( mon cas parfois !).

    221
    Chlo Plume
    Dimanche 31 Mars 2013 à 11:12

    Oups ! Je plaide coupable ... mea culpa, avec toutes mes excuses. (C'est bon là ?) ^^

    222
    Zedeasy Profil de Zedeasy
    Dimanche 31 Mars 2013 à 22:10

    @Chlo Plume

    C'est dommage de ne pouvoir éditer quelques heures plus tard, mais là, tu n'y es pour rien.

    223
    serge17 Profil de serge17
    Lundi 1er Avril 2013 à 08:18

    @ Chlo Plume, chez moi, ce n'est pas un problème de compréhension : quand règle il y à, ou toutes autres formes de logique ; je n'ai aucun doute sur mon orthographe. En revanche, c'est bien en l'absence des deux qu'interviennent les fautes. Ce n'est pas tant une forme d'intelligence qui me fait défaut, qu'une absence de  mémoire. Et ne me dites pas que la mémoire ça se travaille; certes! mais lorsque cette dernière est à ce point " sclérosé " nous tombons dans le domaine de l'irrécupérable ( j'exagère à peine.)

     

     
    224
    Chlo Plume
    Lundi 1er Avril 2013 à 12:21

    Zedeasy : Effectivement ... Partir en croisade contre les fautes quand on fait soi-même, voilà qui est tout de suite moins crédible !

    serge17 : Tu fais des mots croisés ? Sinon, tu peux, avec des amis, c'est drôle même adulte, faire des petits jeux comme le jeu du lynx etc ... Déjà, ça te pemrettrait de travailler non seulement la mémoire mais aussi la rapidité et l'observation. Le cerveau est un muscle. ^^

    225
    Zedeasy Profil de Zedeasy
    Lundi 1er Avril 2013 à 16:35

    Relis-toi avant de poster Chlo !

    226
    le100simpas
    Lundi 1er Avril 2013 à 19:00

    se n'est pas facebook ou twitter pour parler comme ça dans eklablog et c'est vrai

    227
    Zedeasy Profil de Zedeasy
    Lundi 1er Avril 2013 à 22:10

    Bonsoir le 100simpas,

    Certes, je ne connais pas encore les us et cutumes, ni probablement la bonne façon de s'exprimer sur  ce site, et ne suis ni un adepte de Facebook, ni un twitteur.Si Chlo Plume avait eu le temps d'éditer son dernier post (pour rendre sa première phrase intelligible), j'aurais supprimé le mien, et c'eut été mieux pour nous deux visiblement.

    J'espère qu'elle ne m'en voudra pas.

    Au fait: Ce n'est pas Facebook.....

    228
    le100simpas
    Lundi 1er Avril 2013 à 22:16

    en fais dans facebook des personne parle comme ça "koi ta po de cha" c'est ça qui n'est pas bien orthographier je voulait dire se chose

    229
    Zedeasy Profil de Zedeasy
    Lundi 1er Avril 2013 à 23:07

    @le100simpas

    J'en déduis avec toute la prudence de mise, que tu ne t'adressais pas à moi.

    Ne me tiens pas rigueur de m'être senti concerné par ton intevention, elle suivait juste la mienne.

    Si je puis me permettre, je t'invite à signaler au début de ton post, le pseudo de la personne à qui tu réponds, ainsi cela évite les malentendus du genre de celui-ci.

    Amicalement

    ps pardon pour les "cutumes" pas eu le temps d'éditer...

     

    230
    le100simpas
    Mardi 2 Avril 2013 à 11:54

    @zedaisy pas grave et aussi je dit amicalement =)

    231
    Neko-elfie Profil de Neko-elfie
    Mardi 2 Avril 2013 à 12:34

    Je pense que nous avons tous tendance à hésiter/laisser échapper des fautes (le cas de Chlo-Plume je suppose), c'est très difficile d'être irréprochable, et ce n'est peut-être pas non plus le premier but à avoir.

    Je pense que l'écriture est comme le dessin sur ce plan, on nous donne les bases, il faut du temps et du travail pour perfectionner, affiner, préciser et lisser sa maîtrise du Français. Si vous avez l'occasion de participer à une dictée publique, c'est un excellent test pour se donner une idée de nos forces et de nos lacunes.

    Bref, pour en venir au vif du sujet, inutile de viser immédiatement la perfection, chacun devant progresser à son rythme. Le mieux est de se donner de petits objectifs et de s'y tenir, par exemple par habitude il n'est pas rare pour chacun d'avoir des tics d'écriture, de faire des répétitions. On peut aussi buter sur un mot bien spécifique, ou sur une règle.

    Un petit progrès après l'autre, un pas après l'autre, c'est comme ça qu'on avance!

    Mieux vaut des petits progrès bel et bien acquis que de gros efforts fournis en peu de temps et aussi vite oubliés !

     

    232
    le100simpas
    Mardi 2 Avril 2013 à 12:44
    @neko-elfice

    Exactement!
    233
    Mardi 2 Avril 2013 à 15:22

    Neko-Elfie : Il s'agit, en effet, de fautes de frappes ou d'étourderies que je laisse échapper. Je suis, en règle générale, attentive à ce que j'écris, sauf quand, comme la dernière fois, j'écris en speed parce que je n'ai pas vraiment beaucoup de temps. C'est dommage que l'on ne puisse pas éditer nos posts ...

    Zedeasy : Je suis désolée, je reconnais ne pas être absolument irréprochable quand il s'agit d'orthographe, de grammaire, de conjugaison, etc ... À ma décharge, les cours en sont bien loin car datant de la primaire. Par la suite, ni au collège, ni au lycée je n'ai étudié à nouveau les bases de la langue française. Mais je te rassure : je suis beaucoup plus rigoureuse dans mes copies et encore plus dans les cours de soutien de français que je donne parfois !

    234
    Zedeasy Profil de Zedeasy
    Mardi 2 Avril 2013 à 16:18

     T'as intérêt !

    235
    Mardi 2 Avril 2013 à 18:23

    Chef, oui, chef !

    236
    le100simpas
    Mardi 2 Avril 2013 à 19:46

    Chef,oui,chef !

    237
    Mercredi 3 Avril 2013 à 22:41

    Je trouve que c'est tout à fait vrai, les fautes d'orthographe me donnent presque envie de donner un coup de poingt dans mon écran ( je suis un peu bizarre, je le sais ) Malgré le fait que je sois encore " jeune " ( je n'ai que 13 ans ) j'essaye de faire le moins de fautes, mais mon clavier commence à vieillir... Et puis, il faudrait bien corriger les gens qui font des fautes, si on les laisse faire, pour finir, il n'y aura plus que ça ! Mais, ça m'a fait plaisir de lire ces lignes qui ne racontent que la vérité sur les blogs récents...

    238
    Lilla 9000 Profil de Lilla 9000
    Samedi 13 Avril 2013 à 16:02

    Au self de mon collège il y avait une affiche où il était écrit "Merci "dans" tenir compte!" mais heureusement elle n'y est plus!

    239
    Lundi 15 Avril 2013 à 16:38

    Ah oui, chez moi, il y avait une pancarte :

    << Test de français. Veuillez frappé pour entrer >>

    240
    Mercredi 17 Avril 2013 à 00:09

    Ouh là, quelle honte! dans le milieu scolaire, en plus! 

    Cela me rappelle les bus scolaires que je vois passer dans la rue: « Transpourt scolaire » (véridique).

    241
    serge17 Profil de serge17
    Mercredi 17 Avril 2013 à 10:33

    C'est vrai que les fautes constatées - surtout lorsque ces dernières sont énormes,- font toujours un drôle d'effet sur les personnes qui les constatent. Quoi qu'il en soit, je n'aime pas me transformer en justicier de quoi que ce soit ou de qui que ce soit et ce, en toutes circonstances.  Il faut toujours faire très attention à ne pas faire la chasse au sorcières : à ce petit jeux on risque fort de s'en mordre les doigts.  Evidemment certaines fautes peuvent être évitées me direz vous " certes ", dans ce cas peut-être pouvons nous avec tact le faire remarquer sans ironie à son auteur. Soyez donc plus indulgent ou pour le moins plus contrasté dans vos critiques : certaines personnes - dont je fais partie,- ont un véritable problème avec l'écriture, culpabilité et honte sont déjà suffisamment expiatoires  pour ne pas les accabler davantage. En revanche, ce qui est intolérable, ce sont les internautes qui se croient obligés pour faire " bien? " de nous infliger leur vocabulaire MSN ; ça c'est insupportable, car  intentionnelle.

    Si vous  voiier des fotes de fransé fête le moi remarqué avec diplaumasi ; Je vousan ceré gré.      

    242
    Mercredi 17 Avril 2013 à 12:42

    haha oui ^^ Je me doute que certaines personnes ont des difficultés ( moi même parfois, je m'égare ! ) Je prends pour exemple ma voisine en cours, c'est moi qui la corrige car elle me le demande. Il ne faut pas que nous laissions les gens faire des fautes comme si de rien n'étais. Par cotnre, je suis vraiment d'accord avec le fait que le langage MSN est insuportable --"

    Je suis tou à fé d'accor, je veus bi1 aidé les gen avec dé dificulté 

    243
    Gaelys Profil de Gaelys
    Samedi 11 Mai 2013 à 11:15

    MERCI !!

    Enfin je retrouve des internautes préoccupés par leur orthographe ! 

    Ma souris a attrapé la même maladie que les vôtres, c'est incroyable comme beaucoup de sgens ne font plus attention à ce qu'ils écrivent lorsqu'ils sont sur internet , alors merci de ton plaidoyr qui fait plaisir à lire !!

    244
    warriorpieces Profil de warriorpieces
    Dimanche 12 Mai 2013 à 02:43

    Complètement d'accord avec vous !

    J'ai lu une partie des commentaires, et bien qu'ayant 12 ans mais étant déjà en quatrième je suis tout à fait d'accord avec vous. En sixième je corrigeais une amie et ses reproches furent l'une des causes de la fin de notre amitié. Cette année, ma voisine avec qui je m'entends bien en allemand est dyslexique et j'ai pu constater aussi bien pendant ces heures qu'en français qu'elle ne fait aucun effort, comme si la dyslexie excusait tout.

    Il y a quelques heures je recopiais un texte écrit par l'une de mes camarades de classe pour un devoir à faire en commun, et fus forcée de constater que malgré ses notes correctes mes doigts n'étaient pas assez nombreux pour compter les fautes d'orthographe. Personnellement, je n'aurais jamais osé envoyer un texte pouvant contenir une quelconque erreur à qui que ce soit.

     

    245
    Dimanche 12 Mai 2013 à 05:26

    Bonsoir  warriorpieces,

    Félicitations pour ton élocution, et ta parfaite orthographe, je suis impressionné agréablement,

    du coup, je ne résiste pas à visiter ton blog.

    246
    Dimanche 12 Mai 2013 à 14:01

    Totalement d'accord avec Zedeasy: moi aussi, j'ai eu envie de visiter ton blogue, warriorpieces. 

    Quand c'est bien écrit, quand il n'y a pas de fautes, ça attire. 

    Ton blogue sur les paroles de chansons est bien fait; à quand un module « rechercher »?

    247
    Dany Hèm Profil de Dany Hèm
    Lundi 20 Mai 2013 à 07:14

    Bonjour

    J'ai trouvé par hasard cet article sur l'orthographe, un sujet que j'aime bien.

    Je ne suis pas tout jeune (bientôt 63 ans) et je n'ai jamais fait de croisade en faveur de "la belle orthographe", sauf à m'efforcer d'en faire comprendre les bases, les règles, et l'agrément à mon fils lorsqu'il avait l'âge de faire ses devoirs d'école.

    Autant l'écrire : j'essaie de le faire saus fautes parce que je trouve que ça fait "plus propre", plus correct pour mes lecteurs éventuels, parce que que c'est ainsi que je me sens mieux.
    Par contre, comme il a déjà été écrit dans certains commentaires, je ne prétends pas être "Monsieur zéro faute" et n'en jamais faire (dommage...).

    Mon opinion est donc que c'est mieux d'écrire sans faire de fautes, mais depuis quelques années, cet avis est mitigé : est-il vraiment nécessaire de conserver une écriture et une grammaire aussi compliquées ?
    Ne pourrait-on pas revoir certaines règles imposées il y a... trop longtemps, probablement pour exclure une grande majorité de la population au lieu de favoriser son enseignement et son intégration au "savoir" ?

    Rendre hermétique un langage (écrit ou parlé) en le rendant trop complexe n'est pas si intelligent que cela ; bien sûr, on empêche "les autres" de s'immiscer dans sa "classe" sociale, mais 500 ans ou mille ans plus tard, on déplore que "les autres" contourne l'obstacle en créant d'autres règles qu'ils parviennent à leur tour à imposer parce qu'elles sont - celles-ci - plus faciles à apprendre, à propager, et qu'elles sont plus tolérantes.

    Alors, je me damande s'il n'est pas temps de revoir certaines règles (ou toutes, mais avec du temps) pour assouplir sainement grammaire, conjugaison, vocabulaire.
    Utopie ou grosse connerie ? L'avenir le dira...

    Le vocabulaire anglais est, d'après mes souvenirs de collège (qui à l'époque, s'appelait lycée), plus riche que le nôtre : un mot pour désigner une chose, évitant ainsi les quiproquos, les ambiguïtés, les fautes...
    En rendant notre vocabulaire plus précis et notre grammaire moins rigide, peut-être donnerait-on plus d'attrait à notre langue dont la majorité des étrangers se détourne (au singulier ou au pluriel, détourne ? Les 2, mon capitaine, mais je le sens plus au pluriel...) et que "les jeunes" estiment inutile d'apprendre tant la tâche leur paraît fastidieuse et inutile.

    Alors oui, comme vous, j'aime écrire "proprement" (j'ai déjà consulté 2 fois le dictionnaire rapidement accessible sur mon PC, mais on ne consulte un dictionnaire que si l'on a un doute et que l'on désire le lever, pas en cas de certitude ou de flemme...) et aussi "lire proprement" les textes, les blogs et autres supoorts d'idées.
    Mais je m'attache un peu plus qu'avant à en apprécier "l'essence" (s'il y en a, ce qui n'est pas toujours le cas) et la qualité des photos, acceptant une personnalisation orthographique ou stylistique que je déplore sur le fond mais que je comprends quand même en me disant qu'il ne faut pas juger les gens sur la mine, que l'habit ne fait pas la moine (tiens...), etc.

    Daniel

    248
    paris7575 Profil de paris7575
    Lundi 20 Mai 2013 à 13:11

    Il faut tant que possible respecter l'orthographe quand on écrit sur un blog qui a pour vocation a êter pérein.

    ce serait tellement bien si eklablog intégrait un correcteur d'orthographe automatique comme c'est le cas ailleurs.

    249
    Lundi 20 Mai 2013 à 13:23

    Oui, mais parfois, le correcteur ne fonctionne pas ( dans mon cas par exemple ) donc il est plus dur de conserver une bonne orthographe...

    250
    Lilla 9000 Profil de Lilla 9000
    Lundi 20 Mai 2013 à 15:05
    251
    Mardi 21 Mai 2013 à 16:30

    Ah, merci pour les sites, ils nous seront très utiles !

    252
    Miss Sykes Profil de Miss Sykes
    Vendredi 21 Juin 2013 à 12:00

    Moi j'essaye de faire des efforts mais j'ai très vite tendance à écrire en langue SMS !! 

    Mais il y à des fautes que je ne supporte pas comme: 

    le s à la 2 eme personne : Tu chanteS

    le c : il c bien .. Mais il c'est bien . 

    Le reste ça passe !! Mais bon je critique pas trop car je fais aussi beaucoup de faute ou d'oublis !

    253
    Vendredi 21 Juin 2013 à 13:27

    Oui, en fait, notre professeur de français nous a fait faire des exercices sur les homophones comme c'est/sait/sais ou a/à... C'était assez utile

    254
    Miss Sykes Profil de Miss Sykes
    Vendredi 21 Juin 2013 à 13:31
    Ok
    255
    Dimanche 1er Septembre 2013 à 18:06

    Je suis atteinte de cette phobie moi aussi, en fait ce qui m'effraye le plus quand je vois une telle écriture c'est de me dire que oui, c'est un être humain qui a écrit ça, et cette personne je peux la juger que d'après son écriture, du coup je la voit comme une personne... vraiment... ah, je trouve pas les mots pour dire ça, je dirais un mélange entre bizarre, pas sociale et... non, je ne trouve vraiment pas les mots...

    Hier, j'ai relu comment j'écrivais il y a trois ans (quand j'avais 11 ans), j'ai en est presque eu peur, je me suis dit "Non ? C'est moi qui ai écrit ça ? Mais quelle horreur !"

    256
    Dimanche 1er Septembre 2013 à 18:34

    Je crois que même les plus maniaques d'entre nous laissent échapper de temps en temps une petite faute ou deux. -Je travaille en presse et suis extrêment rigoureuse, d'autant que l'agence pour qui j'oeuvre a tendance à ne pas faire attention, mais sitôt hors du contexte professionnel, je me rends compte que je me "laisse aller" parfois!

    Je crois qu'il ne faut pas juger -même si c'est tentant- les personnes qui font beaucoup de fautes. Ceci partant de l'idée qu'il vaut mieux ne pas être trop prompt aux jugements en général. Mais je vois ce que tu veux dire, Milluzi. Dans le cas des personnes qui font du tout-phonétique, il m'arrive de m'interroger: ont-elles été à l'école? Ont-elles réussi à trouver un travail? Ou réussiront-elles à s'intégrer dans la vie active? Arrivent-elles à comprendre un texte écrit dans un français académique? Savent-elles seulement lire correctement?

    Et surtout : est-ce que ça ne leur porte pas un énorme préjudice au quotidien?

    Ce qui est agaçant, c'est l'illetrisme décomplexé: les personnes qui écrivent mal, mais cautionnent leur fautes par "vien pa nous prendre la tête sur les fotes, ont es sur Internet, est pui j'écrit kom je veu!"

    Dernier exemple en date pour la réfractaire des réseaux Facebook que je suis: une page "détente" avec une photo quelconque censée être drôle. En lisant les commentaires, c'est l'effarement: non seulement il n'y en que deux ou trois qui ne soient pas cribés de fautes, mais pour le malheureux -pour une fois ce n'était pas moi!- qui a OSE faire remarquer qu'écrire correctement, c'était quand même plus sympa pour les autres, ça a été un lynchage en règle! Une trentaine de commentaires avec des "Tg machin" ou des "C'est une honte de critiqué l'orthographe  de seux qui save pas écrire san fote!" (ah bon?).

    Le choc mental: on a inversé l'ordre et le chaos: la personne qui s'applique devient un "sale intello". Les réactions sont affligeantes.

    Le pire? ça m'a choquée, mais pas surprise.

    Ce genre de scène est courante sur Internet.

    Et pour en revenir aux progrès personnels, le plus important, Milluzi n'est pas comment tu écrivais il y a trois ans, mais que tu aies réussi à te perfectionner jusqu'à ton niveau actuel ! Le Français est une langue certes difficile et longue à maîtriser, mais tellement intéressante! On ne cesse jamais de l'apprendre.

    257
    Jeudi 5 Septembre 2013 à 15:21

    Il m'arrive de vous lire de temps à autre. Je faisais des fautes , j'en fais encore. Mais j'aime l'écriture et je deviens de plus en plus rigoureuse. Pour l'amour des mots, pour la compréhension, pour le défi , car écrire bien est un véritable défi. Parce qu'écrire c'est aussi un code qui a ses propres règles  et que contrairement à ce que l'on peut parfois penser, suivre les règles rend plus libre. Plus libre parce qu'à l'intérieur de celles-ci je peux exprimer tout ce dont j'ai envie et rejoindre , peut-être l'autre ....

    258
    Dimanche 8 Septembre 2013 à 10:03

    Il y a celles et ceux qui font des fautes ou qui maîtrisent mal le français par manque d'éducation évoluant probablement dans un milieu sociale peu propice, conjugué avec un désert culturelles, ces personnes deviennent irrécupérables et asociale ; malheureusement.C'est bien le mal qui ronge notre société, dans laquelle à ce jour, seul compte le consumérisme et l'argent facile vite acquis. Pour les efforts, la bravoure, le dévouement et l'altruisme... point de place, circulez! rien à cirer comme ils disent. 

    259
    Mercredi 18 Septembre 2013 à 12:51

    Bonjour,


     


    Je ne peux hélas pas "critiquer" car je suis peu douée en orthographe et ce depuis de nombreuses années.


    Les accords s'oublient, la grammaire se fait absente et pourtant j'adore lire, j'aime la poésie ...


    Est-ce lié au système d'éducation ? à la méthode globale ?... je l'ignore.


    L'orthographe tout comme la langue française a son évolution des mots usités il y a fort longtemps dans une orthographe bien différentes n'existent plus aujourd'hui...ils existent mais avec la forme actuelle pour ex :


    Encore aujourd'hui nous y mettons un "e" il y a quelques siècles le "e" était absent....


    Tempête s'écrit avec un accent circonflexe il y a quelques siècles le "s" qui donnait "tempeste" était de mise...


    Une langue vivante est une langue en constante évolution même si celle partiquée aujourd'hui par la nouvelle génération version SMS est illisible pour les "vieux dinosaures" comme nous ...


    Le temps nous dira l'avenir de cette "nouvelle" orthographe  mais les bonnes choses persistent toujours !


     


    Bonne journée.

    260
    Samedi 28 Septembre 2013 à 12:07

    Je viens juste de prendre connaisance de "Plaidoyer pour l'orthographe" (par Thordruna 20/10/2011)

    Bravo pour ce texte long mais bien écrit (donc il se lit jusqu'au bout !) qui reprend en grande partie ce que je pense et fais ("maladie de la souris" oblige...) quand je tombe sur un texte mal écrit.

    Je suis plutôt indulgente pour les fautes d'orthographe de mots "difficiles" ou inhabituels, les absences de "s" (quand il n'y en a pas trop...) mais intransigeante quand il s'agit de syntaxes mal cousues : on ne comprend plus rien, et là je ferme tout ! (En plus d'avoir mal aux yeux, c'est le mal de tête assuré)

    Ce qui me hérisse le plus le poil, ce sont les fautes sur les mots très courants comme "tâche" et "tache", "gêne" et "gène" ou l'emploi du subjonctif imparfait (eût par exemple) à la place du passé simple (eut) ; les accents circonflexes semblent très appréciés des "à-peu-près"-tistes, comme si la richesse d'une langue se devait d'être l'ornement des lettres de ses mots...

    Un de mes profs de lycée disait que, quand on ne connaît pas l'orthographe d'un mot, et en l'absence de pouvoir vérifier, on l'écrit le plus simplement possible : il y a plus de chances de l'avoir bien écrit, du moins il reste compréhensible.

    Petite remarque en passant, au moment où les écrivains-bricoleurs farcissent leurs mots d'accents à tout-va, la réforme de l'orthographe préconise le retrait d'accents sur certains mots...

    Ce qui me dérange aussi, c'est le fait d'avoir perdu un article, un thème intéressant, bien pensé mais ravagé par tant de constructions parasites le rendant inexploitable.

    Sur ce, je souhaite à tous une bonne journée !

    261
    Vendredi 4 Octobre 2013 à 16:34

    Trucs et astuces :

    http://www.scribens.fr/

     

    facile et pratique, plus une faute possible !

    262
    Dimanche 6 Octobre 2013 à 13:25

    Je pense que faire des fautes sans s'en rendre compte n'est pas très grave (s'il y en a peut et qu'elle ne sont pas faites exprès pour économisé du temps) d'après moi si par la suite on les corriges (je ne c'est pas si c'est juste) c'est le plus important :)

    PS: j'essais de faire le moins de fautes possible mais sans m'en rendre compte j'en fait... Désoler...

    263
    Mercredi 16 Octobre 2013 à 08:04

    Bonjour,

    Tout le monde pense avoir trouvé la cause ou les causes.

    Mais il ne faut pas oublier une chose tout le monde n'est pas littéraire. Et ce n'est pas l'enseignement actuel qui va arranger ça. Mais certains ont une logique exacerbée pour les maths et d'autres pour le français.

    Et quand on a des enfants on se surprend à faire des fautes ou à ne plus savoir conjuger un verbe car ils font tant d'erreurs que cela déteint sur nous. grrrrrr. Je me surprends parfois à aller voir sur un dico pour vérifier.

    Merci de m'avoir lu.

    264
    Samedi 19 Octobre 2013 à 14:33

    Bonjour,

    Peut-être que tout le monde n'est pas "littéraire" comme dit killerwords, mais on a tous appris l'orthographe et la grammaire à l'école. Dans certaines têtes ça ne rentre peut-être pas, mais il existe toujours des dictionnaires et des bescherelles (ça existe dans toutes les régions de France les beschrelles ?).

    Moi j'y suis comme allergique et corrige un peu toutes les fautes que je vois. Quand on fait un travail en groupe au lycée même en math', c'est moi qui fait la secrétaire. :) Les profs' aussi sont toujours contents face à des copies sans fautes. ;)

    Bonnes vacances à tous !

    265
    Lundi 28 Octobre 2013 à 17:28

    Bonjour,

    Plus les années passent, plus je suis sans pitié.

    Des courriers administratifs aux sous-titres et bancs-titre lus à la télévision, en passant par les factures et en général par tous les écrits manuels ou non, nous sommes envahis de fautes d'orthographes dont la plupart n'est même pas volontaire ni stylistiquement justifiable.

    Des milliers de chômeurs ne sont jamais embauchés au motif d'une orthographe de sagouin, autant d'étudiants se font sauvagement saquer pour la même raison. Nos personnages publics concourrent à qui fera la pire faute de français, de grammaire, de liaison. Nos journalistes postulent au plus inculte, confondant parfois le plastique et le plastic, l'ammoniac et l'ammoniaque.
    L'exemple moult fois répété devient une sorte de philosophie du j'm'en-fous de l'orthographe et du j'emmerde la grammaire.

    Autrefois apanage des classes sociales moins longtemps éduquées, l'orthographe erronée et la non-maîtrise générale de la langue sont devenues les symboles de l'échec de tout un système qui se glorifiait pourtant d'envoyer 80% d'une classe d'âge au baccalauréat.

    Peu me chaut qu'ils soient manœuvre, avocat, caissière ou médecin, les déficients ortographiques doivent prendre conscience de leur vacuité plus ou moins partielle et réagir, faire des efforts, réapprendre, quitte à engraisser les organismes privés de formation continue, mais faire au moins l'effort de corriger leurs faiblesses au lieu de se regrouper en bandes d'incultes ricanants et se moquant de ceux qu'ils nomment les "singes savants" ou les "mono-maniaques du français".

    Alors, quand j'en vois un, je tire*.
    Tant pis.

    _______________________________________

    * c'est bien entendu une métaphore, précision importante pour les éventuels non-maîtrisants qui me liraient jusqu'au bout malgré tous les mots que j'ai osé écrire.

    266
    Lundi 28 Octobre 2013 à 18:31

    Moi, plus les années passent, plus je suis écoeurée. J'ai été "formatrice" en Bureautique...

    Mais ces messieurs-dames renâclaient quand il fallait "bien" écrire : "Oh, moi j'ai le correcteur de Word !" (tu parles, il est fait par la même graine de personnes...).

    Mais il y a autre chose, en plus de ce n°1 au hit parade de la "méculture". "Bien" écrire, surtout professionnellement, consiste AUSSI à disposer correctement sa lettre, l'adresse selon les normes, les abréviations utilisées à bon escient et là aussi correctement transcrites, etc. Là encore, les stagiaires ne respectaient pas les règles, les piétinaient : "Oh, mais moi j'ai Internet pour les modèles !" (tu re-parles, j'en ai corrigé de ces "lettres", qu'elles soient de motivation ou d'acccompagnement de facture, pleines de fautes diverses, d'orthographe, de formulation et d'incorrections typographiques). Pour ces gens, dès l'instant où ils utilisent l'ordinateur (bien, croient-ils), ils se sentent les égaux des professionnels, secrétaires, éditorialistes voire romanciers... Ils s'imaginent que par un miracle, la déesse Informatique les tranformera, sans qu'ils se fatiguent, en écrivains ou du moins en bons assistants commerciaux ou administratifs.

    Que recherchent donc ces personnes qui suivent des stages de ce genre ? Le "joujou" avec l'ordinateur avec en prime une indemnité mensuelle ! Et le pire, c'est qu'on leur accorde tout crédit pour un emploi !!! Tu as tel "diplôme", tu auras cette (bonne) place (planque rémunératrice). Tant pis pour les autres, qui n'auront pas eu la "chance" d'entrer dans ce milieu...

    Voilà où nous en sommes : des articles de loi bourrés de fautes diverses, des circulaires incompréhensibles, des questionnaires idiotement faits... qui nous pourrissent la vie (et j'espère la leur aussi).

    Le Dr Janet disait qu'une "réaction sthénique" pouvait sauver quelqu'un qui avait un problème de santé, une faiblesse quelque part ; c'est-à-dire qu'une prise de conscience (énergique) de son mal lui permet de mettre tout en oeuvre pour se soigner et guérir... Que ces "ignares" réagissent est une bonne chose, mais encore faut-il savoir COMMENT les faire réagir, car ils sont trop confortablement vautrés dans leur inculture et bien sûr s'y complaisent !

    Ainsi se termine mon billet de grosse humeur.

    Bonne soirée à tous.

    267
    Mardi 12 Novembre 2013 à 22:57

    Bonsoir,

    J'applaudis des deux mains car la langue française disparait peu à peu. En lisant vos blogs j'ai remarqué que de nombreuses fautes d'orthographe.

    Je suis bénévole dans une école des devoirs et j'ai remarqué que les enfants de 4e à la 6e ne savent plus écrire correctement, même leurs professeurs font des erreurs et quand je leur fais la remarque, ils me disent que ce n'est pas important.

    Il y a le langage du sms détruit le français, certains ordinateurs où il n'y a plus l'utilisation  de l'accent circonflexe.

    Nadine

    268
    Jeudi 14 Novembre 2013 à 08:06

    Coup de rage:

    Depuis plusieurs années déjà, j'ai le masochisme de suivre quelques pages d'actualité. Outre l'information elle-même, je suis régulièrement mortifiée par les commentaires. Je sais que je fais des fautes à l'occasion quand je me relâche -ça m'agace d'ailleurs!- et je suis une bonne cliente de la commande "éditer". Mais je peux vous dire que sur ces pages, je perds très vite mes complexes vis à vis de la langue tellement je suis choquée par la manière dont d'autres la malmènent!

    Il y en a même deux-trois qui m'ont déjà surnommée "baronne", "Larousse" et Petit Robert" pour ma manière de m'exprimer...

    J'ai parfois l'impression qu'une majorité des gens qui participent aux débats n'ont pas appris le Français à l'école: quand ce n'est pas du phonétique c'est de la confusion d'homonymes (un des plus courants: "c'est","s'est", "sait", "ces"), ou le SMS décomplexé. Le pire? La réplique-type qu'ils semblent tous avoir quand on leur fait (gentiment) remarqué que c'est un peu incompréhensible:

    " Ca va, c'est une page Internet, je savais pas qu'on était en cours de Français!"

    Avec comme variante sur les débats politiques

    " Quand les contestataires n'ont plus d'arguments, ils critiquent l'orthographe!"

    Cette dernière réplique a le don de me révulser, parce qu'elle a l'air de dire "quoi! j'écris mal, c'est mon droit, si tu viens m'embêter là dessus c'est vraiment que t'as rien à dire!"

    L'impression que ça m'inspire c'est qu'il y a des personnes qui revendiquent la médiocrité...

     

     

     

    269
    Samedi 16 Novembre 2013 à 10:39

    Bonjour,

    je comprends bien ton coup de rage Neko-elfie !

    La médiocrité ? J'ai juste l'impression que c'est "le mieux" aujourd'hui : non seulement on s'en satisfait mais celui qui fait des efforts se fait engueuler, c'est dingue !

    aujourd'hui... il est où l'intérêt de l'effort ?

    ...

    m'en fous, je continuerai à écrire bien et à défendre l'orthographe !
    l'ancienne orthographe, pas la nouvelle avec ses horreurs de simplifications !

     

    270
    Dimanche 17 Novembre 2013 à 10:55

    Moi quand je fait des fautes j'essai de les corriger meme si je n'y arrive pas tout le temps mais aussi je suis en 5ème donc j'ai le temps  d'apprendre a ne plus en faire

    271
    Dimanche 17 Novembre 2013 à 11:39

    Ne crois pas ça, aayj ... Tu es en 5ème donc tu dois avoir 12 ou 13 ans. Tu as écrit ci-dessus deux lignes en y faisant quatre fautes, sans parler de l'absence de ponctuation. C'est déjà beaucoup, ne perds pas trop de temps en disant que tu l'as devant toi, tu te ferais des illusions !

    272
    Lundi 23 Décembre 2013 à 20:31

    merci des conseils , mais je ne suis pas très bonne en français .

    Pourtant je fais des efforts

    Suivre le flux RSS des commentaires de cet article


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :