• A propos ... d'Eklablog point kommt" !

    Bonjour, 

    La parole aux blogueursBien sûr, parfois quelques bugs et quelques p'tits coups de gueule en réponse, mais ça n'est pas bien méchant. J'ai lu dans certains forums, qu'il n'était pas étonnant que surviennent ainsi des problèmes : «— Car sur une plateforme "gratuite", on devait s'y attendre», disait-on. Me trompé-je, en rappelant que tous les supers sites tels que Google, Mozilla, Facebook, Twitter, boîtes à blogs, à mails et autres, n'échappent pas à ces aléas. Que je considère comme "normaux". Nous-mêmes, à l'intérieur de notre petit logiciel maison, œuvrant dans un périmètre de 2 à 3 m², avec vue sur un panorama d'environ 17 ou 22 pouces, nous buguons pas mal de fois. Même les pros !
     
     
    J'ai déjà reçu des visites de tas de pays. Dont la Chine, c'est vous dire. Alors, jeLa parole aux blogueurs trouve certaines remarques bien sévères et pas très objectives. Tout d'abord, je comprends qu'il y ait de temps à autre, des problèmes sur un site prenant de l'ampleur et devenant "international". Dans le sens noble du terme. Ce qui nous permet, à nous "eklablog.comonautes", de pourvoir communiquer avec des "amis" de tous pays et de pouvoir s'enrichir. Culturellement parlant.
     
    J'ai publié dans un bon paquet de blogs. Du plus simpliste au plus costaud. Du plus familial au plus "pro". Hé bien là, il y a de quoi s'arracher les cheveux et si comme moi, on n'a le crâne entièrement désherbé, il y a même de quoi s'arracher les ... je ne vous dirai pas quoi (pour le savoir, veuillez consulter les sites pour adultes, S.V.P). Bref, comme vous le savez, si vous avez lu mes révélations à la rubrique : ... Qui suis-je ? (sinon dépêchez, vous car le 21 octobre 2019, je retire l'article) donc, comme vous le savez ou le saurez, je suis beaucoup plus balaise au post-it qu'au clavier. Il faut dire que lorsque je blogue (ou plus exactement, lorsque je bloguais), je devais passer ma salopette et attendre la 4ème ou 5ème couche, voire la 6ème avant d'avoir un résultat satisfaisant.
     
    La parole aux blogueursSur Eklablog, miracle. J'use de l'informatique, comme j'use mes crayons sur mon bloc sténo. Sur ma dernière plateforme, une très populaire du genre tir au pigeon d'argile, où on loupe une fois sur quatre, j'ai pas mal rou ... coulé. C'est un hébergeur également "gratuit", mais dans le genre "pull !" (Prononcer : [poul]). Un blog Over et contre tous, où je devais tricoter pas mal des index et des méninges, pour publier correctement un article de 6,324 lignes en moins de cinq heures.
     
    Déjà, pour comprendre à peu près le fonctionnement chez un hébergeur de blog moyen, il me faut deux trois jours. Mais, recherches dans les aides et forum comprises. Hé oui, je ne suis quand même pas si nul que ça. Je sais où chercher ! Avec Eklablog et son fameux "Essayer le blog de démo", je me suis inscrit vers les 09h33 heures d'une matinée sans lune et pourtant, j'y ai vu très clair. Vers les quelques heures de cette même journée, juste avant le goûter, j'ai pu éditer ma page d'accueil et préparer d'autres pages à soumettre pour le lendemain. Le temps qu'il me faut pour poster "UN" seul article dans un blog dit normal, me permet d'en publier jusqu'à "CINQ" dans Eklablog et je n'ai pas dit mon dernier mot.
     
    C'est d'une facilité déconcertante et c'est un vieux pro du stylo plume qui vous le ditLa parole aux blogueurs ! Un des gros avantages d'Eklablog, c'est que tout est toujours sous les yeux. Les différents menus restent "épinglés" sur l'écran : quand on écrit, quand on insère des images, quand on modifie en mode HTML, quand on supprime quelque chose, quand on change la position des rubriques ou des articles, quand on va boire un p'tit café et surtout ... on peut modifier son article à loisir. Sans jamais perdre son travail de vue. Pas comme dans d'autres blogs, où l'on ne peut agir que page après page. Après avoir enregistré l'une pour ouvrir l'autre et faire un continuel aller retour vers le blog présenté au lecteur afin d'en juger le résultat. Pas de ça sur Eklablog. De plus, on peut construire entièrement sa page, sans en bouleverser la mise en forme. En utilisant à discrétion, un "chapô" indépendant du bloc texte.
     
    Dans ces autres blogs, j'avais un gros problème. C'était pour insérer un lien (j'entends des lecteurs rigoler). Hé bien oui, je n'en étais que là. Mais aujourd'hui, à l'heure où je vous parle par écrit, pfft, disparu le problème. J'ai trouvé la solution sur le forum. Là, madame et monsieur Eklablog m'ont expliqué "tout bien comme il faut" et ce, UNE seule fois ... (n'est pas coutume). A présent, je manie le lien avec dextérité. A tel point, que je me suis parfois relevé la nuit, rien que pour faire des liens. Mais les 2, 3 premiers jours seulement. Très vite, je suis devenu un ligoteur professionnel et maintenant, je vais passer à autre chose. Comme par exemple, poster cet article sur " La parole aux blogueurs". Au bon endroit et pas dans un autre sujet. Comme je l'ai fait en présentant mon blog, ailleurs que sur …

    … ha bein, on fait c'qu'on pneu, on n'est pas des chambres à air !

     
    A propos de message. Autre attention de la part d'Eklablog. Personnellement, lorsque j'envoie un message S.O.S par l'intermédiaire du contact, je reçois une réponse. Pas comme dans les blogs, où vous avez l'impression de déranger et dans les boîtes mails desquels doivent encore stagner mes vieux appels à l'aide. Sur Eklablog c'est suivi avec intérêt, avec gentillesse et pourtant, je vous jure que je ne suis pas le chouchou de la classe ! Voilà ce que voulais dire sur Eklablog et j'en passe. Tout va pour le mieux pour moi et mon blog. Il n'est pas parfait (lequel pourrait l'être), mais je suis vraiment satisfait de ce que j'arrive à réaliser. Dès que quelqu'un me parle d'hébergeurs de blog, je lui réponds d'aller voir sur Eklablog si j'y suis (... et le plus drôle, c'est que j'y suis).
     

    N.B : Je tiens également à signaler que chez certains hébergeurs (dont 3 ou 4 en particulier), l'ouverture d'un bloc nécessite l'ouverture d'un compte. Bien, jusque là, pas de problème. Seulement, voilà. Lorsque l'on décide de "reprendre sa liberté", on peut très facilement supprimer son blog ... mais pas le compte. Lequel reste incrusté en ligne de son propre chef. Pour le clore, il faut réclamer une demande de suppression par fax (hé oui). En indiquant l'url du blog, notre email (pas notre fax), notre date de naissance et surtout, la raison de la suppression (autres que pour congé maternité, raisons familiales, divorce, maladie, etc. Même monsieur Alzheimer et madame Parkinson ne seront pas entendus, c'est vous dire). Bref, il faut une "vraie" et solide raison, certifiée conforme par la Sureté Nationale. Sinon, toute demande incomplète ne sera pas traitée.

     
    Il est donc plus facile de s'inscrire, que de se désinscrire. Pour quelle(s) raison(s) ? Peut être qu'ainsi, certaines plateformes peuvent tranquillement annoncer plusieurs centaines de milliers de blogs à leur actif ... y compris, les blogs délaissés depuis des lustres, ainsi que les inscriptions très, très, vraiment très difficiles à supprimer. Quant à mes 3 ou 4 autres plateformes, nulle indication. Je suis inscrit à vie et si je meurs, ce sont mes héritiers qui devront supporter ce flambeau. Ce n'est pas très joli, joli, tout ça. !
     
    Amitiés,
    PtK


  • Commentaires

    1
    Mardi 26 Juillet 2011 à 14:49

    je suis entièrement d'accor avec toi!

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :